Grand P

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Jeudi, 18 novembre 2009…Butembo, Hôpital de Matanda/Butembo
Les horloges des soins intensifs sonnent 22h30.
Une vie s’éteint sur terre, une étoile monte dans le ciel!
Le départ pour l’éternité de Boniface, mon Grand Père!
RIP
Mr. Kambale Kitamuliko Boniface (1912- 2009)
.
15h30 à Port au Prince, j’appelle Theo, mon grand-frère.
Il me dit qu’ils sont aux soins intensifs près du Grand Père.
Il me demande d’être courageux, il me dit qu’il n’y a plus d’espoir…
Papa Valentin me rappelle: “ Il avait 97 ans”. Je doute de le revoir.
.
Theo et Papa Valentin me cachent quelque chose, je le sens.
.
L’atmosphère est morose tout le reste de l’après-midi.
Pourtant un jour “chaud” pour les 206 ans de Vertières ce mercredi.
Mon cœur chavire et mes pensées vont dans tous les sens
.
Est-ce possible ce qui arrive? Ce qu’ils ne veulent pas me dire?
.
Alors je dis à Theo…”Dis à Grand-père, on fêtera ensemble Bonana!”
Mon grand-frère me répond: “Courage, Walter”. J’ignore quoi dire.
Theo reprend et tente de me rassurer: “Grand-père est dans le coma”
.
Instinctivement le film des souvenirs de “Boni ”commence à défiler
Je revois ce grand-père tant chéri m’inviter dans son dispensaire.
C’était en 1979…il m’a acheté un ballon de foot et des maillots.
Je grimpe les escaliers quatre à quatre, jusqu’à l’infirmerie
.
La suite passe très vite: je me déshabille tout seul et houp!
.
Deux infirmiers m’étalent sur une table d’opération, m’immobilisent.
Ensuite mon grand-père arrive, avec sa petite trousse chirurgicale
L’opération de circoncision avait commencé…comme par un jeu.
.
C’était douloureux, je pleurais de toutes les larmes de mon corps.
.
A la fin de la petite opération, je croyais qu’il m’avait fait du tort.
Enfin il m’a dit: “Maintenant, tu es un homme, tu n’es plus un bébé!”
J’étais fier de lui et de moi, parce que Théo était encore incirconcis.
.
Après tout, mon grand-frère était passé au dispensaire le lendemain.
.
Des milliers d’enfants avant et après nous passèrent dans ce dispensaire.
Ils devinrent des hommes grâce à grand-père Boniface, le “Musyakulu”.
Nous lui devons tous notre fierté d’”homme” au sens masculin du terme.
.
Infirmier depuis les années 40 dans les Mines des Grands Lacs du Congo-Belge
Grand-père Boniface a fait le tour de toute la région Est du Grand Kivu:
De Kamituga, où ma mère Christine est née en 1945, jusqu’à Manguredjipa
Le jeune Infirmier Kambale Kitamuliko Boniface était un professionnel inégalé.
.
Il a continué à exercer sa profession jusque dans les années 90.
Grand-père Boni a passé environ un demi-siècle de pratique infirmière.
Retraité, il voulait que ses petits enfants soient médecins ou infirmiers
Il fallait toujours lui expliquer pourquoi, on ne pouvait pas suivre ses traces.
.
Malgré tout, Grand-père Boni a tout gagné pendant ses 97 ans d’âge sur terre
Deux de ses petits-enfants sont médecins, d’autres religieuse, journaliste, agronomes.
Il laisse aussi des arrières petits-enfants et autres arrières-arrières petits enfants dans la lignée.
Il lui a manqué quelqu’un à voir: un arrière petit-enfant de son Walter Mulondi d’outre mer…
.
Grand-père Boni a beaucoup pesé dans ma vie: il m’a convaincu de me marier.
C’était le sujet central de ma visite annuelle de 2002 à Butembo au Nord Kivu.
Trois ans plus tard, je m’étais marié à une collègue journaliste Vira Ruth Kalendi.
En Mai 2008, ma dernière visite, il voulait la rencontrer…ce fut fait quatre mois plus tard.
.
Quatre-vingt-dix sept ans!
Il était proche du centenaire, mon grand-père Boniface!
Il nous lègue un chapelet de valeurs: la première, il a vécu avec une épouse unique
Nous pourrions y ajouter l’amour du travail bienfait, le sens de la famille et le pardon.
Grand-père Boni simple, humble…apportait toujours la joie et l’espoir autour de lui.
.
Adieu Grand-père!
Adieu “Boni”!
Embrasse Ya Achille pour moi!
A bientôt dans l’autre monde.
.
Ton petit-fils
Walter Mulondi
Port au Prince, Haiti
©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*