amaveshangarbis00

Guéguerre au sein de l’AMAVES de Butembo

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

 Une guéguerre sans nom secoue l’Association de Mamans Vendeuses des Souliers, en sigle AMAVES, en ville de Butembo. Au centre de la crise, la gestion d’une aide reçue d’un mécène d’occident au mois d’octobre 2010 pour la construction d’un hangar pouvant protéger les mamans vendeuses du soleil brulant de Butembo, surtout à l’heure de midi. Une parcelle avait alors été achetée sur la Rue Matadi pour abriter ce hangar. Une fois la construction du hangar terminée, l’AMAVES a procédé à l’ouverture officielle de trois hangars que les bubolais avaient vite baptisés de « galerie des souliers ».

 amaveshangarbis00

La fête d’ouverture des hangars finie, une guéguerre a vu le jour entre les mamans de la galerie appelée « MUSITU » en face de l’Oasis et celles de la galerie GTB située dans la clôture de Kabede. La question qui a opposé ces deux groupes de l’AMAVES était de savoir lequel de deux groupes occuperait les hangars nouvellement construits! 

Rappelons que les mamans de la Galerie MUSITU sont considérées comme grossistes. En effet, c’est elles qui fournissent la marchandise aux autres groupes d’AMAVES en ville de Butembo. Pour cette raison, ces mamans de la Galerie Musitu voulaient occuper les hangars nouvellement construits pour en faire une référence permanente de la vente des souliers en ville de Butembo. Les mamans de l’enclos de KABEDE ne l’entendaient pas de cette oreille. Le conflit était ainsi ouvert.

 amaveshangar00

Une aide qui était au départ un signe d’unité était devenue un signe de division. C’est ce qui arrive souvent quand quelqu’un veut s’accaparer d’un bien commun sans le consentement de la communauté réunie.

La présidente de l’AMAVES s’est retrouvée au cachot de l’ANR où elle a passé deux jours comme prévenue. Elle sera libérée suite à l’intervention des sages de la ville qui ont demandé aux deux groupes de s’asseoir autour d’une même table pour couper la poire à deux. 

Depuis lors, la guéguerre autour des hangars est en voie d’être résolue par la voie de la raison au lieu de la force ou du trafic d’influence ! 

Mlle Nzanzu Zawadi

Butembo

©Beni-Lubero Online

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*