Huis-clos avec Salomon, chef de bande des Assassins de Kidubai

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Après les révélations d’hier sur la part de chacun des prévenus dans l’assassinat de Kidubai, la population de Butembo commençait à voir pointer à l’horizon la conclusion du procès.   Tout le monde s’attendait à ce que l’audience de ce vendredi 27 juillet au cours de laquelle était prévue la comparution de celui que les prévenus appellent leur chef, en l’occurrence Mr Salomon Kyambaliro, allait lever tout le mystère qui couvre les commanditaires et les mobiles de l’assassinat de Kidubai.
 
Après la comparution de Muhindo qui a révélé que l’intention première des Assassins était de prendre de force l’argent de Kidubai et non de le tuer, le public pensait que le tribunal avait à faire à une bande des criminels qui peuvent avoir agi dans le seul but de se taper de l’argent. Mais hélas, en réfléchissant de la sorte c’était méconnaitre la sagesse d’un auteur français du nom de Beaumarchais qui avait raison de dire que si « le fond des procès appartient aux plaideurs, on sait bien que la forme est le patrimoine des tribunaux » (Le Mariage de Figaro). Là où le public bubolais voyait venir le verdict final, le tribunal militaire a placé un huis-clos de 48 heures.
 
En effet, quand le prévenu Salomon Kyambaliro montait au podium pour y subir les questions du juge, le public s’attendait à la fin du procès qui vient de durer une semaine, jour pour jour. Au lieu de répondre aux questions du juge, le prévenu Salomon n’a trouvé mieux que de demander un huis-clos avec les juges avant sa comparution devant le public.
 
Sans problème, le juge principal a accédé à la demande du prévenu Salomon. Le public a alors fait du bruit pour protester contre ce huis-clos avec Salomon. Le public avait soif d’écouter celui que les autres prévenus appellent leur chef. Notez que le nombre des participants était très élevé ce vendredi car les bubolais voulaient voir les visages des complices congolais qui n’étaient pas à la première audience publique. Le juge n’avait pas ainsi la tache facile pour calmer cette foule immense de bubolais surchauffés. Mais, fin de fin, le juge a convaincu le public en lui disant que tout le monde a intérêt que toute la vérité éclate au grand jour et que le huis clos peut être utile dans ce sens.
 
Commencé à 10h00, heure locale, l’audience de ce vendredi 27 juillet n’a duré qu’une heure car, à cause du huis clos, le juge principal a renvoyé le public, en lui donnant rendez-vous le lundi 30 juillet 2007, au même lieu, à 9h00, heure locale.
 
Le huis clos des juges avec le prévenu Salomon est le sujet des divers commentaires dans la ville de Butembo ce soir.
 
D’aucuns qui craignent la manipulation du procès par le prévenu Salomon pendant le huis clos, accusent les juges militaires de ménager les assassins depuis le début du procès en accédant à toutes leurs demandes. Tel fut le cas le vendredi dernier quand les avocats des prévenus demandèrent un report de 48 heures de l’audience publique. Aujourd’hui c’était le tour du présumé chef des assassins. 
 
Pour d’autres cependant, le huis-clos peut permettre aux enquêteurs de prévenir des révélations abracadabrantes du Salomon qui peut chercher à semer plus de confusion dans la ville en accusant gratuitement qui il veut. La sagesse du huis-clos, selon ces derniers, peut éviter à la ville un tsunami dévastateur fait des révélations mensongères dans le seul but de nuire aux innocents. On sait que les malfaiteurs n’aiment jamais mourir seuls ! Ils veulent qu’après eux, il y ait un déluge !
 
Pour ceux qui voient la fin de la carrière de Salomon se profiler à l’horizon, sa demande du huis-clos n’est pas à craindre, car il peut avoir tout simplement tenté de retarder sa condamnation. Peu importe ce qui sortira du huis clos, comme il y a eu mort d’homme, un jugement sévère attend tous les complices. Ce n’est donc pas un sursis de quelques jours accordé aux assassins qui changerait les choses. Au contraire, il peut aider à élargir la liste des Salomon, des Kariuki, des Jorime, etc., qui se cacheraient encore dans la ville.
 
La grâce du procès de Kidubai pour la ville de Butembo est de l’avis de tous les bubolais, la trêve des vols à mains armées et des assassinats à travers la ville pendant toute la semaine écoulée. Quand la justice fait son rôle et le peuple le sien, les malfrats rangent leurs coutelas ! Pourvu que cela dure !
  
L’audience de Lundi 30 juillet est ainsi très attendue par tous! A suivre avec Beni-Lubero Online !
 
Kakule Mathe
Butembo
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*