tilapia

Humour et Imagination sur l’origine des mots : LIKOKE, KARAFULI, SALIBOKO, GESTUZI

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

S’inspirant de  Mr Kasereka Katchelewa du Kyaghanda France qui partage souvent ce genre d’humour sur Beni-Lubero Online, les bathunga du Kyaghanda Kampala proposent aussi ce qui suit à l’intention des surfeurs de BLO.

1. Origine du mot « LIKOKE » ou poisson fumé en Kinande 

Un colon britannique avait un travailleur nommé LUC. Lors d’une excursion à Kyavinyonge, le colon britannique acheta du poisson tilapia. Une fois dans leur camping, le colon britannique sortit sont brasier et grilla trois poissons. A l’heure du repas, il donna un poisson entier à son épouse, un autre à Luc et le dernier à lui-même. Pendant que Luc savourait la délicatesse du Lac Edouard, son patron s’adressa à lui en ces termes : ’’ Luc ok ?’’. Luc conclut que le tilapia fumé s’appelait « LIKOKE ». Luc répandit la nomenclature du LIKOKE et jusqu’aujourd’hui le tilapia fumé s’appelle «LIKOKE »  chez les Nande. Le pluriel de LIKOKE c’est MAKOKE. 

tilapia

2. Origine du mot « Karafuli » ou eucalyptus en Kinande

Un colon britannique avait une petite pépinière d’eucalyptus dans son jardin des fleurs. Comme cette pépinière nécessitait plus d’attention que les autres fleurs, le colon mit devant elle une petite pancarte avec ces mots : «Care : Full ». Les jardiniers Nande conclurent que ces arbres s’appelaient «Karafuli », pluriel : Mirafuli.

eucalyptus

3. Origine du Nom Propre « SALIBOKO »

Il n’est pas rare de rencontrer des congolais qui s’appellent Kambale SALIBOKO, Kavugho SALIBOKO, etc. Ce mot serait une transformation de l’injure « sale bouc » que les colons belges utilisaient pour qualifier certains de leurs ouvriers congolais qui faisaient le contraire de ce qu’on leur demandait de faire. Les collègues de service témoins de l’injure surnommaient ainsi les concernés « SALIBOKO ». Le fait qu’un même colon injuriait plusieurs de ses ouvriers par «sale bouc », explique pourquoi il y a plusieurs «SALIBOKO » aujourd’hui.  

Que penses-tu des explications ci-dessus ? Quelle est ta version des mêmes mots ? Partage d’autres histoires du même genre avec les internautes de Beni-Lubero Online.

4. Dans les années 50 et 60, l’actuel couvent des Pères Assomptionnistes qui travaillent à l’Institut Kambali et à la radio moto était un hotel touristique ‘Trois Etoiles’  connut sous le nom de « GESTUZI« , selon une mal-prononciation du mot anglais « Guest House ».

Jean-Marie Bahwere

Kyaghanda Kampala

©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*