kate

Interview de Mr. Olivier KATEMBO MUKONDI, Candidat Député National

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Mr Olivier KATEMBO MUKONDI, alias « Katé », est candidat député national dans la circonscription électorale de la ville de Butembo sur le compte du parti politique dénommé « Convention des Progressistes pour la République » (en sigle CPR), un parti proche de Joseph Kabila. Il a accordé une interview exclusive sur son projet politique à Tembos Yotama de Beni-Lubero Online (BLO en sigle). 

           kate

BLO: Bonjour Mr Katé MUKONDI (K.M). Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de Beni-Lubero Online ? 

K.M : Merci, Mr le journaliste ! Je réponds au nom de KATEMBO MUKONDI Olivier et Je suis le candidat à la députation nationale sur le compte du CPR, le parti du changement. Mon numéro d’ordre est 18, le numéro à retenir pour le 28 novembre prochain. 

BLO : Les autres partis politiques prônent aussi le changement. Quelle est la particularité du changement prôné par le CPR ? 

K.M : Le CPR dont le projet de société est centré sur les intérêts et le bien-être de la population. Le changement ne sera pas un vain mot, un concept, encore moins un slogan de campagne mais un ensemble d’actes concrets, quantifiables, vérifiables.  

BLO : Quel est le bilan d’action du CPR pour qu’on lui fasse confiance aujourd’hui ? 

K.M : Le CPR est un nouveau parti qui vient d’être crée pour changer la politique telle que pratiquée jusqu’aujourd’hui en RDC. Notre bilan est donc pour l’instant l’originalité de notre approche politique aux problèmes actuels des congolais. Nous demandons aux bubolais et aux bubolaises de nous faire confiance car tous les vieux partis ont des bilans négatifs. Il fallait un nouveau parti, le CPR, pour changer la politique du pays. 

BLO : Quel critique faites-vous du bilan des élus de 2006 de la ville de Butembo? 

K.M : Les élus de 2006 ont déçu les bubolais et les bubolaises. Au lieu de répondre aux problèmes de la population de Butembo, ils ont soutenu des grandes idées des développeurs étrangers qui n’avaient pas intérêt à financer la sécurité, l’eau potable, l’électricité, la santé, les ponts, etc. en ville de Butembo car leur intérêt se trouvait dans les forêts, les zones minières, etc.    En faisant ce choix, les élus de 2006 ont trouvé leur compte en sacrifiant ainsi la population de Butembo sur l’autel de leurs intérêts égoïstes. Comme Député National de la ville de Butembo, je ferai passer l’intérêt concret de ma base électorale avant mon intérêt personnel. Pour le CPR, le député est un représentant, un porte-parole, un envoyé, non un patron, un maître qui agit à son propre nom sans consulter sa base. 

BLO : Si les élus de 2006 ont si mal travaillé pourquoi les appele-ton alors « Honorables » ? 

K.M. : Pour ce qui me concerne, je voudrais qu’on m’appelle Honorable Kate en fonction de ce que j’aurais fait pour mes élus. Le titre « Honorable » est donné en signe de reconnaissance pour un service rendu au peuple. C’est donc le peuple qui doit honorer quelqu’un. Les élus de 2006 n’ont pas honoré la confiance des élus de Butembo. Comme représentant de Butembo, je m’engage à honorer ma promesse pour mériter le titre de « Honorable Katembo Mukondi ». 

BLO : Le problème numéro un de la ville de Butembo c’est l’insécurité devant laquelle le gouvernement national et provincial est resté indifférent, allant jusqu’à ouvrir les portes des prisons pour que les criminels retrouvent l’air libre ? Comment allez-vous honorer votre promesse de sécurisation des bubolais et des bubolaises ? 

K.M : Comme Député National, mon rôle sera de répercuter du haut de la tribune de l’assemblée nationale le cri de la population de Butembo jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée. Pour que ma voix soit assez forte, je demande aux bubolais et aux bubolaises de voter aussi pour les autres candidats du CPR non seulement pour la ville de Butembo mais partout en RDC. Ainsi, la voix du changement quantifiable et vérifiable se fera entendre. Aussi comme Député National, je suis appelé à faire des alliances avec d’autres familles politiques pour qu’ensemble nous puissions faire voter des lois du changement prôné à Butembo mais aussi ailleurs au Congo. Contrairement aux élus de 2006, je ne me tairai pas devant un cri de la population de Butembo. Et pour que je ne dorme pas, mon téléphone restera ouvert et son numéro affiché dans tous les coins de Butembo pour que je sois accessible en tout moment par mes élus. 

BLO : Une fois élu, comment voudriez-vous résoudre l’éternelle question de l’insécurité causée par ceux qu’on appelle « rebelles étrangers » au Kivu-Ituri ?

K.M : Je militerais à l’assemblée nationale pour parvenir à la mise en place d’une commission mixte des parlementaires de la région de grands lacs pour que chacun des pays concernés par ces rebelles étrangers au Congo prenne ses responsabilités en participant, contribue des troupes pour une force armée commune, afin de résoudre définitivement ce problème qui à mon avis n’est pas difficile s’il y a une réelle volonté politique de tous les états concernés. Pour que cette approche concertée dans la vérité et la transparence aboutisse, il faut voter pour moi et tous les candidats du CPR dont la vérité et la transparence vis-à-vis du peuple congolais sera le dénominateur commun de chacun de ses projets. 

BLO : Que promettez-vous aux agents de l’Etat, les enseignants, les militaires, les policiers, etc. dont les salaires sont impayés ? 

K.M : La question est pour mois une question du budget. Je militerai pour que leurs doléances soient prises en considération lors du vote du budget annuel et pour que l’exécution du budget ne souffre d’aucune entorse. Je militerai aussi pour la gratuité de l’enseignement comme prévu dans la constitution. J’initierai des motions contre les détourneurs des soldes des militaires, policiers, enseignants, fonctionnaires de l’Etat, etc. 

BLO : Pour quel candidat-président parmi les 11 en lice, vu que le CPR n’a pas de candidat-président ? 

K.M : Joseph KABILA, le président sortant, a démontré à la limite de ses possibilités que ce Congo peut changer. Depuis l’esclavage, la terreur du caoutchouc rouge, la colonisation, les années du règne du Maréchal Mobutu, les rebellions de 1998 -2003, ce pays nous légué par nos ancêtres, n’a jamais eu la chance de décoller. Ainsi, je voterais pour Joseph Kabila pour lui donner la chance de parachever ce qu’il a commencé, lui donner son dernier mandat selon la constitution (une fois renouvelable). Son courage pour avoir réunifier le pays qui était menacé de BALKANISATION me poussera à voter pour lui malgré que la pacification n’ait pas été totale ici à l’Est du pays. 

BLO : Dans une ville de Butembo où Joseph Kabila a perdu la confiance des bubolais et des bubolaises parce qu’il n’a pas résolu l’insécurité qui y fait la loi, ne pensez-vous pas que le projet du CPR va souffrir de sa consigne de vote pour Joseph Kabila? 

K.M. : J’expliquerai à ma base le pourquoi de mon choix et pourquoi, il faut donner une autre chance à Joseph Kabila. 

BLO : Pourquoi à votre avis, Joseph Kabila n’a pas résolu l’insécurité et le problème des rebelles étrangers ? 

K.M. : Ma réponse est les élus de 2006 ont failli à leur mission de crier du haut de la tribune la souffrance du peuple congolais. Ils étaient amorphes, peureux, n’étaient pas unis, chacun travaillant pour ses intérêts personnels. 

BLO : Quel votre dernier mot ? 

K.M : Nous demandons aux électeurs de comprendre que si les élus de 2006 n’ont pas pu faire ce que la population attendait d’eux, c’est parce qu’ils ne savaient pas s’exprimer, ils avaient peur et la plus part d’entre-eux étaient des gens qui n’avaient jamais défendu la population auparavant! Autre chose, nous appelons les électeurs, surtout ceux du Grand Nord d’être vigilants pendant cette période électorale, de ne pas se laisser emporter par du n’importe quoi, de peur d’envoyer encore des gens inexpérimentés et sans vision politique à l’Assemblée Nationale. A tous nous demandons de voter utile. 

Interview réalisée par Tembos Yotama de Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*