Interview Exclusive du Maire de la Ville de Butembo

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

L’honorable Wabunga Singa est Maire de la Ville de Butembo par Décret Présidentiel 05/059 du 9 juillet 2005 sur le compte de la Composante Société Civile. Le parcours académique et professionel de l’Honorable Wabunga Singa démontre à suffisance qu’il a une longue experience administrative dans le milieu de Butembo et qu’à ce titre il a des atouts pour administrer la ville de Butembo. Agé de 50 ans, marié à sa charmante Kavira Musambaghani et père de Six enfants, Wabunga Singa est un vrai produit de Butembo. Ecole Primaire à Ndando-Katwa, Ecole Secondaire au Collège Pie X devenu Institut Kambali à la suite dela zairianisation mobutienne, Diplôme d’Agronome de l’ISEA de Bengamisa dans la Province Orientale, membre influent de la Société Civile du Grand-Nord, Pendant longtemps Président du Conseil du Conseil d’Administration de la COOFIZA/Butembo, et Président de la Commission Diocésaine Justice et Paix du Diocèse de Butembo-Beni sous S.E. Mgr Emmanuel Kataliko et S.E. Mgr. Melchisédech SIKULI, etc. Fort de cette experience, Wabunga Singa s’est confié à Benilubero Online pour parler de son travail à la tête de la Ville prestigieuse de Butembo, Centre Commercial du Nord-Kivu.[ www.benilubero.com/nouvelles du 20 Février 2006]

.

                                            

Benilubero.com: Présentez-vous aux lecteurs de Beni-Lubero Online!

Wabunga Singa: Je suis Wabunga Singa, Maire de la Ville de Butembo.

Benilubero.com: Comment êtes-vous arrivé à la tête de cette prestigieuse ville, capitale économique des Nande?

Wabunga Singa: J’ai longtemps milité dans l’organisation Diocésaine de Défense des Droits de l’homme, "la Commission Diocésaine Justice et Paix". Là, j’ai prêché la bonne gouvernance, luttant contre les arrestations arbitraires et interpellant les autorités à la bonne gestion des affaires de l’Etat.

J’ai participé à pas mal de colloques, j’ai organisé des conférences et échanges avec des couches très variées de la population pour étudier et comprendre leurs misères et essayer de trouver des solutions auprès des autorités politico-administratives.

Pendant les périodes de troubles, de crises et de catastrophes naturelles, j’ai été parmi cuex qui ont organisé des moyens d’urgence de secours et avec l’appui du Diocèse de Butembo-Beni, nous avons aidé pas mal de familles sinistrées et dénoncé les abus ainsi que les crimes contre l’humanité.

J’ai également exercé pas mal de métiers et passé de l’enseignement au commerce; de cammioneur au gestionnaire des coopératives (COOFIZA – BUTEMBO, COODEFI). Bref, j’ai côtoyé toutes les classes où les couches de la population de Butembo et du Nord-Kivu.

Je crois que c’est en vertu de toutes ces expériences que je suis parvenu à me faire accepter par mes paires et par mes autorités politico-administratives, comme Maire de la Ville de Butembo. Pour mieux diriger cette ville, j’estime qu’il vaut mieux avoir connu et côtoyer sa population en luttant pour préserver ses droits et défendre ses atouts économiques.

Benilubero.com: Quel est l’impact de la Societé Civile du Grand-Nord dans la gestion de la transition au Congo et dans la gestion de la ville de Butembo?

Wabunga Singa: La Société Civile du Grand-Nord a joué un rôle déterminant dans la gestion de la Transition politique en République Démocratique du Congo. Sans nous glorifier que l’actuel Président de la C.E.I. est venu de la Coordination de la Société Civile du Grand-Nord; cette dynamique de réflexion a formé pas mal de personnalités qui influencent actuellement la sphère politique. Durant toutes les périodes de crise, l’on a vu cette Société Civile s’émouvoir et défendre les intérês de la population de Beni-Lubero et ainsi bloquer toute velléité de la domination sur tout l’ensemble du Pays. Les conflits fonciers, les incursions intempestives des Mai-Mai et les répressions des forces de l’ordre ont meurtri cette population. Cependant, l’intervention à tous les niveaux des militants de la Société Civile a rendu possible l’accalmie et cela en facilitant des rencontres entre les bélligérants à l’instar du Symposium International pour la Paix en Afrique (SIPA), la Table Ronde de Réconciliation entre les Mai-Mai et les FLC (Front de Libération du Congo) organisé à Butembo successivement du 27 février au 1er mars 2001 et du 4-5 mars 2001.

Benilubero.com: Pouvez-vous présenter aux lecteurs de Beni-Lubero Online l’historique de la Ville de Butembo?

Wabunga Singa: De par son caractère cosmopolite, la Ville de Butembo est habitée principalement par des Yira 9 (Nande), peuple agriculteur qui a longptemps travaillé la terre et a développé le commerce avec d’autres Villes de la République Démocratique du Congo. Butembo fut érigée en cité indigène par l’Arrêté du Ministre des Colonies du Congo-Belge et du Rwanda-Urundi No 21/503 du 23 Septembre 1949. L’Ordonnance No 97/138 du 15 mai 1956 soumettra la dite Cité indigène au régime de l’urbanisation. Un plan d’urbaniser la Cité indigène fut conçu et adopté à partir de cette date et c’est à partir de ce plan que les avenues avaient été tracées d’une façon ordonnée et les maisons rangées méticuleusement contrairement aux autres villages des environs."Centre extra-coutumier" ou "Cité" jusqu’à l’accession du pays à l’indépendance le 30 juin 1960 et là, commence son essor économique. Cette dénomination de "Cité de Butembo" sera conservée jusqu’au 23 Septembre 1999, date à laquelle les politiciens du RCD/KIS-ML prendront la décision de fait d’ériger Butembo en Ville et de droit, l’Administration Centrale de Kinshasa par le Décret Présidentiel No 042/2003 du 28 mars 2003 portant Création et Délimitation de la ville de Butembo et ses Communes en Provinces du Nord-Kivu.

La Ville de Butembo est dotée de quatre Communes avec une superficie se 190,34 Km2 comptant une population de 600.000 habitants. Actuellement, c’est une Ville en plein essor économique grâce à un commerce actif des opérateurs économiques de la place et une agriculture de rente axée sur les cultures vivrières et industrielles (quinquina, café, etc.).

Benilubero.com: Quelles sont vos joies et vos peines à la tête de cette ville de Butembo?

Wabunga Singa: Mes joies c’est d’être en mesure de satisfaire la demande de la population dont les doléances sont multiples. Certaines sont d’ordre sécuritaire, d’autres demandent des interventions ponctuelles en termes d’aide ou de facilitation de la résolution des conflits fonciers, des conflits de succession, etc.

Mes peines concernent la gestion de l’Armée qui est abandonnée aux dépens de la population civile. La voirie urbaine est vraiment une casse-tête pour l’entité urbainde de Butembo, vu la pauvreté de notre Etat.

Néanmoins, j’essaye de m’en sortir car la population étant mobilisée autour d’un idéal (travaux communautaires en mobilisant tous les moyens humains et matériels) et ayant acheté une benne, réorganiser les travailleurs de la voirie pour ainsi réhabiliter les routes, les avenues et les voies de desserte agricole. A force de lutter contre la divagation des bêtes en Ville de Butembo, on devient une bête noire pour certains habitants qui, jusqu’à présent, continuent à laisser végéter leur bêtes le long des rues et des routes de Butembo.

Benilubero.com: Au Point de l’administration, quels sont vos liens avec le reste de l’admnistration du pays.

Wabunga Singa: Il nous faut d’abord souligner que la Mairie, administrativement parlant, fait partie de ce que l’on appelle Entité Administrative Décentralisée. Elle jouit d’une autonomie de gestion. Quant à ses rapports, avec la hiérarchie, elle est tenue à collaborer et dépend principalement de la Province qui y exerce un droit de regard par la bénédiction du Ministère de l’Intérieur. Les Inputs et les Outputs des autres Villes nous sont toujours les bienvenus; nous collaborons avec d’autres entités pour élaborer des projets similaires et nous nous écrivons régulièrement. Nous devons présenter chaque jour la situation journalière à la Province et le courrier abonde quand il s’agit de répondre aux lettres qui nous sont transmises.

Benilubero.com: Qu’avez-vous apporter de plus à l’administration de la ville?

Wabunga Singa: Depuis mon installation à la tête de l’Exécutif Urbain le 18/07/2005, j’ai pris comme cheval de bataille la réorganisation de l’administration. J’ai éclairé chaque agent et déterminé pour chaque chef de service ses attributions respectives ainsi que la stricte observance de celle-ci. J’ai réinstauré la collaboration avec les Bourgmestres, fixer à tous l’unité de commandement et rétablir la transparence dans la gestion. Sous la conduite des affaires par moi, j’ai dissocié, le tribunal de l’administration publique tout en responsabilisant chacun dans ses fonctions propres. J’ai dû rétablir la paie de la prime des agents longtemps laissés dans les oubliettes et faire observer les textes qui régissent les agents et fonctionnaires de l’Etat… Bref, mon ambition demeure de faire voir à la population de Butembo que nous ne sommes pas si loin du rétablissement de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance … Que les habitants de la Ville de Butembo sentient que je nous sommes –là pour eux afin de réussir ensemble.

Benilubero.com: Quelle collaboration y-a-t-il entre vous et vos adjoints, les bourgmestres, les chefs des quartiers et les responsables des Nyumba Kumi?

Wabunga Singa: L’Administration Publique fonctionne à Butembo sous forme pyramidale. Du chef de "Nyumba Kumi" au Maire de la Ville se trouve une administration stratifiée de sorte que toutes ces instances ont un grand rôle à jouer, participent directement à la canalisation des décisions de la hiérarchie à la base, et nous font parvenir les doléances de la population le plus tôt possible.

Avec mon Adjoint, Madame KAHINDO LUSENGE Alphonsine, nous entretenons des relations de collaboration et d’entraide. Nous nous répartissons les tâches pour chaque journée et d’habitude, je me fais représenter par elle en cas d’empêchement. Nos relations sont donc au bon fixe.

Nous sommes tenus à mous rencontrer 3 fois par semaines avec les bourgmestres pour la présentation des différents rapports administratifs, sécuritaires, sociaux et ceux liés au développement. A ce sujet, une parade (salut au drapeau) est organisée chaque lundi où, Bourgmestres, Chefs de Services, Agents et Chefs de quartiers doivent se présenter et donner quelque doléances d’ordre sécuritaire, administratif et de développement. Le mardi et le jeudi, deux réunions sont au programme. Chaque mardi se tient au bureau de la Monuc la réunion du Comité Mixte de Sécurité avec la MONUC- Mairie-FARDC-PNC-ACR où les Bourgmestres sont conviés. Une autre rencontre se déroule chaque jeudi où le Comité Urbain de Sécurité se réunit à la Mairie ou dans un des quartiers de la Ville de Butembo. Dans ces deux réunions, l’on discute de la situation sécuritaire de la Ville et ses environs, de la Province du Nord-Kivu comparativement à l’évolution de la situation socio-politique du moment. Aussi, une patrouille mixte MONUC-FARDC est organisée en Ville de Butembo et concourt à la sécurisation des personnes et de leurs biens.

Quant au Chefs des quartiers, les Chefs des cellules er les Chefs des "Nyumba Kumi" (dix maisons), nous procédons régulièrement à des visites d’inspection dans leurs juridictions pour la récolte des informations utiles ou tout simplement nous profitons de la rencontre que nous organisons une fois le mois avec eux pour assurer une meilleure adéquation entre eux et la hiérarchie. Notre objectif est de les responsabiliser pour surveiller les travaux communautaires de Salongo prévu pour chaque vendredi. Et chacun d’eux en présente un rapport circonstancié le lundi à la parade.

Benilubero.com: Avex-vous un message à adresser aux ressortissants de Butembo de par le monde ainsi qu’aux partenaires nationaux et internationaux de votre ville?

Wabunga Singa: Butembo demeure cette oasis de paix pour accueillir tous ceux-là qui voudraient bien s’y rendre et y habiter. C’est une Ville en pleine construction avec une population très active tournée vers l’agriculture et le commerce. C’est un bon coin pour les investisseurs et le entrepreneurs car tout est encore en chantier. Pleine de ressources humaines très importantes aux potentialités énormes, la Ville de Butembo est en quête de soutien pour solidifier et promouvoir son agriculture, son commerce et ses entreprises dans le domaine de la transformation. Et pour ceux qui ont quitté cette ville il y a 3 ans, ils vont la retrouver complètement transformée, et nous leur réservons la surprise lors de leur retour.

Benilubero.com: Votre mot de la fin?

Wabunga Singa: Comme mot de la fin, je vous remercie pour m’avoir accordé cette occasion de parler de l’une des Villes dont la renommée s’est dernièrement répandue en République Democratique du Congo et qui est administrée ajourd’hui par le Comité de Sécurité que je préside. Merci et portez au loin ce message et que vos lecteurs de par le monde n’hésitent pas à rendre visite à leurs frères et soeurs de Butembo.

Benilubero.com: Merci Mr le Maire !

Wabunga Singa: Merci Juvénal!

Interview Exclusive accordée le 11 Février 2006 par l’Honorable Wabunga Singa à Juvénal Paluku pour le compte de Beni-Lubero Online.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*