ISP OICHA : Les Etudiants rejettent l

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
L’Arrêté Ministériel de l’ESU portant nomination et/ou promotion des nouveaux gestionnaires des Instituts Supérieurs et Universitaires au Nord-Kivu fait couler beaucoup d’encre et de salive dans la Province du Nord-Kivu. Son Excellence MASHAKO MAMBA, Ministre de l’ESU qui fait parler de lui depuis un certain temps au niveau national est aujourd’hui largement désavoué dans sa province d’origine, le Nord-Kivu, où il est accusé de céder au gangstérisme politique en vigueur dans ce coin du pays et d’aller à l’encontre de la Tolérance Zéro décrétée par le Chef de l’Etat.
 
Parmi les mécontents que nous avons rencontrés figurent les Etudiants de l’Institut Supérieur Pédagogique (ISP) d’Oïcha, en Territoire de Beni. Ces derniers ont réagi à l’arrêté du Ministre en lui adressant une lettre dans laquelle ils dénoncent la promotion ou le retour aux affaires de certains Soulards et des Détourneurs des deniers publics condamnés par la justice et suspendus par le même Ministre il n’y a pas longtemps. Les étudiants ne comprennent pas pour quoi le Ministre Mashako peut agir contre lui-même en réintégrant dans l’administration des cadres suspendus par lui-même et dont la conversion n’a pas encore été établie.
 
L’arrêté de Mashako est ainsi diversement commenté au Nord-Kivu. Pour certains, l’arrêté de Mashako vient de prouver que même le secteur de l’Enseignement n’échappe pas au gangstérisme politique décrié actuellement dans les Provinces  sous contrôle des anciens rebelles du CNDP où la tolérance zéro est un vain mot. En effet, dans cette zone qui semble échapper au gouvernement central, un tueur et seigneur de guerre recherché par le Tribunal Pénal International est responsable de l’armée et de la securité. Aussi, les prisons de la zone sous contrôle effectif des anciens du CNDP ne retiennent pas les bandits de grand chemin qui opèrent sur le compte des responsables militaires. Le cas de l’exfiltration des bandits Tutsi de la prison de Butembo est encore frais dans la mémoire collective.  L’arrêté ministériel de Mashako vient de démontrer que le secteur de l’Enseignement Supérieur et Universitaire n’échappe pas du gangstérisme au point que l’on se demande qui a fait les nominations. Est-ce Mashako ou quelqu’un d’autre du gouvernement parallèle?  
 
Pour les étudiants de l’ISP OICHA, c’est la réponse de Mashako à leur requête d’annulation de l’arrêté ministériel qui déterminera l’origine de la nomination et/ou de la promotion des gens aux mains sales ! Mashako, le grand réformateur de  l’ESU à Kinshasa  est ainsi sur la sellette au Nord-Kivu où la fierté nationale congolaise laisse des plumes depuis un certain temps !
 
En attendant, découvrez ici-bas le mémorandum des Etudiants de l’ISP OICHA.
 
Obède BAHATI
Oïcha
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*