victimes de massacre de Djugu en Ituri/RDC

Ituri: les égorgeurs de Beni s’installent solidement au sein de la communauté Lendu

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les communautés de la province de l’Ituri auront bon résisté à la campagne du pouvoir pour rallumer le feu des violences, mais le pire se manifeste déjà. Les agressions armées contre les civils embrasent la région. Trois territoires, sur les cinq qui forment la province, font l’expérience d’une guerre à laquelle aucun autochtone n’aurait de l’intérêt. Les territoires d’Irumu et de Djugu en sont le berceau, mais le territoire de Mahagi en est aussi infecté par ses entités du sud-est, précisément la chefferie de Mokambo, où au moins huit villages ont été attaqués et incendiés, avec d’énormes dégâts humains et matériels au cours de ces trois derniers jours.

Joseph Kabila a surarmé la milice Lendu à Djugu, en Ituri

La thèse d’une guerre intercommunautaire avancée par l’officiel n’est qu’un mensonge grossier, autant que les allégations faisant état de la présence des terroristes islamistes. La malheur du peuple de l’Ituri et de Beni provient de l’ambition de l’ancien régime à maintenir le Kivu et l’Ituri comme une chasse gardée. L’appétit de l’argent, l’opportunisme et l’excès d’égoïsme des hommes politiques originaires de la région ciblée sont aujourd’hui les atouts dont profitent les concepteurs du plan d’occupation de l’Ituri.
La communauté Lendu compte parmi celles qui sont naturellement les plus démunies en Ituri. Dès lors, comment pourrait-on comprendre le fait que la milice Lendu est équipée de nos jours des armes très sophistiquées toute neuves?

Les commanditaires de ces violences sont connus…

Or, il y a déjà des preuves de complicité du pouvoir qui motivent les habitants de l’Ituri à réclamer des enquêtes internationales et une justice neutre au sujet du rebondissement subite des violences dans cette province. L’argent du sang injecté par Joseph Kabila circulent entre les mains des commerçants et Députés autochtones d’Irumu, Djugu et Mahagi. En bien des circonstances, les miliciens capturés sur les champs de bataille dévoilent cette réalité, en soulignant le fait d’être motivés, rémunérés et équipés par Kinshasa, transitant par lesdits députés et commerçants. Des personnalités Hema proches de l’ancien régime (Kabila)font recruter des Lendu pour massacrer leurs propres frères Hema. Tout comme des Députés de la communauté Alur, c’est-à-dire ressortissants du territoire de Mahagi font autant pour exciter les mêmes Lendu afin de venir massacrer leurs propres frères Alur.


Car l’objectif est de forcer les autochtones à déserter leurs terres au profit des envahisseurs qui serviront à l’exploitation de l’Ituri au profit du régime qui monté ce plan machiavélique en complicité avec les multinationales qui ne jurent que par le Pétrole du Graben Albertin.

L’Ituri sur les voies de la Casamance…

Le pouvoir croit user de ses forces pour atteindre ses desseins chimériques en Ituri. Confiant en ses moyens, les moyens pillés au dépens de la même province (les minérais d’or et de diamant) et du pays tout entier, Kabila et ses alliés de la région et les multinationales pensent que l’éviction des autochtones sera automatique et facile. Mais hélas, ils se tromptent!
En Irumu, en Djgu même et à Mahagi les esprits se sont réveillés. La détermination de toutes les communautés concernées est tellement forte qu’il ne sera nullement aisé de les repousser au-delà des frontières de leurs terres comme le rêvent certains prédateurs.
Le plus grand risque à redouter, c’est cette préparation rangée qui tend à transformer bientôt la jeune province de l’Ituri en poudrière, pendant que les cendres du feu des anciennes guerres intestines ne se sont qu’à peine refroidies.


Le président Felix Tshisekedi, qui a préféré signer l’alliance avec le diable est bien exposé pour payer tôt ou tard le pot cassé par son partenaire. S’il veut en être épargné, le gouvernement doit sortir de son inertie maintenant même et donner un signal fort de sa bonne volonté. Car, les dénonciations des ressortissants de l’Ituri telles que reprises dans les vidéos ci-dessous ne sont pas à prendre à la légère.

NGANDJOLE K.
Bunia

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*