Jet des Pierres au Cort

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
D’après des informations qui circulent sur l’internet et sur plusieurs blogs des congolais, la visite du Président Joseph Kabila au Sud-Kivu se serait achevée sur une fausse note. Après des festivités qui selon la Radio Okapi s’étaient bien déroulées dans la cité de Baraka, Territoire de FIZI, le cortège présidentiel aurait été la cible d’un jet des pierres lors de son retour de Baraka, plus précisément dans un village de la Collectivité Mutamba, le samedi 21 mars 2009, vers midi, heure de Baraka.
.
A la suite de cet incident, le Chef de la collectivité Mutamba, Mwami Josué Lwanusha,  et le chef du protocole d’accueil de Baraka et Président du Comité d’eau potable de Baraka, Mr. Charles Etongo Loonga Nondo, avec 10 jeunes hommes innocents sont aux arrêts. Ces derniers seraient arrêtés par les militaires qui assuraient la securité du Chef du l’Etat qui auraient arrêtés les premières personnes rencontrées lors de la poursuite de ces kamikazes lanceurs des pierres.
.
Le bilan de cette intifada de dernière heure à Mutamba (Baraka) serait la casse de deux pare-brises de deux véhicules.
Les radios locales auraient reçu l’ordre de ne pas diffuser ces informations mais la radio Okapi reconnaît qu’après le passage du chef de l’Etat, il y a eu des arrestations à Baraka, sans dire pourquoi, peut-être par respect de la consigne.
Les membres des familles et les proches des jeunes aux arrêts s’inquièteraient de leur sort et demanderaient que toute la lumière soit faite sur cet incident qui parait un acte attentatoire à la vie et à la securité d’un chef de l’Etat en exercice. Comme la R.D. Congo se veut un état de droit, une enquête judiciaire en bonne et due forme devrait être ouverte pour retrouver les vrais auteurs du crime et déterminer leurs mobiles. Autrement, le départ des troupes rwandaises d’occupation n’aurait servi à rien si les congolais libérés doivent aussitôt faire les frais d’un pouvoir répressif où seul le Président est souverain. D’après la constitution congolaise, c’est toute la nation congolaise qui est souveraine avec tout cela comporte comme conséquences, tel le respect des droits humains fondamentaux de tout congolais.
Nous proposons à nos lecteurs les différents postings ci-dessous pour donner différents sons de cloche du passage du Chef de l’Etat au Sud-Kivu. (Beni-Lubero Online).
.
1. « 21 mars 2009
Uvira RDCONGO: Le journaliste Dominique Kalonzo en danger!
.
Dominique KALONZO – WA – NYAMBWE, journaliste- reporters de la radio LE MESSAGER DU PEUPLE, émettant d’uvira, et correspondant de la radio Maendeleo, émettant à partir de Bukavu. Je viens d’être menacé ouvertement par le commandant du 13e bataillon intégré basé à Uvira.
Le colonel Augustin chiwamo (Tél:08105512 35,0994151156) m’a menacé avec un ton ferme en disant qu’après le départ du chef de l’Etat(en visite à Uvira depuis ce jeudi19 mars), je serais arrêté et subirai de coups et fera tout pour fermer la radio LE MESSAGER DU PEUPLE. Il me reproche d’avoir couvert la marche pacifique du 13 mars 2009, organisé e par un groupe de jeunes pour soutenir le président de l’assemblée nationale et la démocratie dans le pays.
Il a proféré cette menace en présence d’une équipe de plus de 5 journalistes (dont Fiston Ngoma de radio okapi 0818907866; Lulaca 0853189984 ou 0998691963; Mazambi 0853191759.. ….).
Il m’a dit qu’il n’aura pas accès de couvrir une quelconque réunion du chef de l’Etat si cette réunion aura lieu. Pour rappel, après la diffusion de cette information, le samedi 14 mars 2009, j’ai été interpellé à l’agence nationale de renseignement(ANR) et interrogé sur le pourquoi de diffuser cette marche au moment où le territoire attend recevoir le chef de l’Etat.
La responsable de l’ANR (0998758637) m’ a dit que si jamais le chef de l’Etat rebrousser chemin, je serais responsable car avant de diffuser une telle information il fallait la voir. C’était en présence de 4 agents de renseignements dont son adjoint.
Les organisateurs de cette marche ont été obligé à entrer dans la clandestinité et d’autres ont réussite à fouir car ils sont recherchés par les sévices de securité. Nous avions déjà eu des informations sur la planification de ces arrestations de la part de certaines sources proches de l’ANR, de la dgm ainsi que de l’administration locale.
Publié par kitundu à l’adresse 10:43 AM
http://kitundu. blogspot. com/2009/ 03/Uvira- RDCongo-le- journaliste- Dominique. html’
.
2. « Subject: Lapidation _de_Joseph _Kabila_à_ Baraka
Date: Sun, Mar 22, 2009 2:26 pm
To:
Chers frères,
C’est sûr et certain. Après son défilé macabre à Beni, Butembo, Goma, Bukavu, Uvira (où il est bien suivi par les vrais patriotes), nos combattants de Baraka n’ont pas accepté l’humiliation nous causée par( ….) C’est ainsi qu’une pluie des pierres est tombée sur ce (… et son cortège pour court-circuité sa mission intolérable.
C’est pourquoi, nous vous demandons si possible d’assurer une large diffusion de cette bonne nouvelle surtout pour sauver la face du Grand-Kivu qui a acceuilli ce (…) malgré tous les massacres qu’il a perpétrés dans notre Région via ses frères Nkunda et toute la bande des criminels.
Jocélyn M. M »
.
3. « FLASH- Panique à Fizi : Une pluie de Pierre est tombée sur le cortège de Kabila à FIZI- BARAKA à Bukavu
Kabila rejeté par la population de FIZI -BARAKA à Bukavu
Il y a eu un incident dans le séjour du chef de l’état en territoire de Fizi,cité de BARAKA. Le cortège du chef a été lapidé des pierres par la population.
Le chef de secteur de la collectivité Mutamba et le chef du protocole, avec 10 jeunes hommes innocents sont aux arrêts.
Deux para prises des deux véhicules de sa suite ont étaient cassées, c’était vers midi. Il y a panique à Fizi, pourtant soit disant terre natif du président:
Moi même suis Mubembe de Fizi et ancien président de la société civile de ce territoire
Les radios locales ont eu l’ordre de ne pas diffuser ces informations mais la radio Okapi reconnait que après le passage du chef, il y a des arrestations à Baraka;sans toute fois dire pourquoi.
Donc en grosso modo, le peuple en a déjà marre du régime en place. A suivre !
Rédaction Lavdc
Willy Fram Mbiyyah ( Toutou )
Udpsonline «
.
4. Uvira : le président congolais à Fizi, une première depuis 1960 ( Radio Okapi)
Sud Kivu | 22 Mars 2009 à 11:15:17
.
Le président Joseph Kabila a clôturé samedi son séjour au sud de la province, où il a passe 3 jours. Selon les autorités locales, c’est pour la première fois qu’un président de la République foule le sol du territoire de Fizi depuis l’indépendance. Un accueil chaleureux lui a été réservé sur place. Dans le seul meeting qu’il a tenu au chef lieu à Fizi centre, Joseph Kabila a lancé un message de paix et du développement de la région, rapporte radiookapi.net
Le président Joseph Kabila a parcouru 1800 kilomètres par route, principalement à l’Est du pays, pour apporter ce message de paix au chef-lieu du territoire de Fizi. Dans un langage rassurant et plein d’espoir, il a demandé à la population locale de se ranger derrière lui pour sauvegarder la paix déjà acquise. « Pour ce faire, tout le monde doit se mettre à l’ouvrage, sans se confondre aux groupes armés encore actifs dans la région », a déclaré le Chef de l’Etat.
Parlant des groupes armés encore actifs, Joseph Kabila a affirmé qu’ils avaient le choix entre la vie civile et la réintégration dans l’armée régulière. Pour reconstruire Fizi, le chef de l’Etat affirme avoir besoin des réfugiés congolais se trouvant encore en Tanzanie et ailleurs. Il les invite à regagner leur territoire.
Parmi les projets révélés par le président Kabila, il y a la réfection de la route entre Uvira et Baraka, l’électrification de Fizi à partir de Force Bendera, dans les limites du Nord Katanga, ainsi qu’un projet dans l’éducation. Le cortège présidentiel est reparti de Fizi par route ce même samedi pour Kinshasa.
Par ailleurs, selon des informations recueillies auprès de l’armée, de la police et d’ONG des droits de l’Homme, des arrestations ont eu lieu juste après le passage du cortège présidentiel à hauteur de Baraka. Une autorité locale ainsi qu’une dizaine de jeunes gens sont détenus dans les cachots de la police pour des motifs non encore révélés.
Copyright Radio Okapi
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*