JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA-LE MESSAGE DE KOFI ANNAN

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
3 millions de personnes en âge de travail sont morts du sida. Tout secteur économique de l’Afrique en est affecte et infecte.12 millions d’orphelins en Afrique. La RDC vivement menacée et le Kivu en contact permanent des pays coupables et victimes comme le Rwanda, l’Ouganda et la pléthore des militaires étrangers.
 
Beni-Lubero Online par son bureau de Paris/France vous invite à sortit toujours couvert.
 
Emmanuel Mumbere Ngavuka
 
NEW YORK (Nations Unies), 30 novembre (XINHUA) — Le secrétaire général de l’ONU Kofi Annan a appelé jeudi les dirigeants du monde à assumer une plus grande responsabilité et à intensifier leurs efforts pour arrêter et renverser la propagation du sida. 
 
Dans un message rendu public à la veille de la Journée mondiale du sida, le secrétaire général de l’ONU a averti que les enjeux de la lutte contre le sida étaient plus importants actuellement que dans le passé. 
 
 Maintenant, le défi est de tenir toutes les promesses faites jusqu’à présent, dont les objectifs du millénaire pour le développement acceptés par tous les gouvernements du monde, afin d’arrêter et commencer à renverser la propagation du VIH d’ici 2015, a indiqué M. Annan. 
 
 Le secrétaire général a indiqué que la responsabilité, le thème de cette Journée mondiale du sida, "demande à tous les présidents et Premiers ministres, tous les parlementaires et politiciens, de décider et déclarer que "le sida s’arrête avec moi’". 
 
 Toutefois il a souligné que la responsabilité ne s’appliquerait pas seulement à ceux qui détiennent le pouvoir. 
 
     "Elle s’applique également à nous tous … Elle demande aux pères, aux maris, aux fils et aux frères de soutenir et affirmer  les droits des femmes, a souligné M. Annan, et elle demande à chacun d’entre nous d’aider à sortir le sida de l’ombre et à diffuser le message que le silence c’est la mort". 
 
     M. Annan a souligné que durant les 25 années suivant le rapport du premier cas, le sida avait changé le monde, tuant 25 millions de personnes et infectant 40 millions d’autres. 
 
     "Les dirigeants à tous niveaux doivent reconnaître que l’arrêt de la propagation du sida est une condition préalable pour réaliser la plupart des autres objectifs, qui forment une plateforme agréée par l’ensemble de la communauté internationale pour la construction d’un meilleur monde au 21e siècle", a fait remarquer le secrétaire général de l’ONU. 
 
     En 2006, 2,9 millions de personnes sont mortes des maladies liées au sida et 4,3 millions de personnes ont été infectées par le VIH, d’autant plus que 39,5 millions d’autres vivent avec le virus mortel dans le monde entier, selon un récent rapport du Programme des Nations Unies contre le sida (ONUSIDA).  
 
     Soixante-cinq pour cent de ces nouvelles infections, à savoir 2, 8 millions, ont eu lieu en Afrique sub-saharienne, alors qu’un accroissement remarquable en nombre d’infections a été signalé en Europe de l’Est et en Asie, selon l’ONUSIDA. 

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*