Kiwanja : Fardc et Justice Populaire font des Morts et des Bless

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
La situation sécuritaire ne cesse de s’empirer au Nord-Kivu  pendant que la Nation est distraite par les « enfants gâtés de la République »  dont l’unique politique consiste à servir des intérêts politiques et économiques étrangers, avec comme seul impact réel, le génocide du peuple congolais.  Après 10 ans de transition politique en R.D. Congo et 10 ans de présence de la MONUC, voilà ce que l’on peut dire sur terrain au Nord-Kivu où le temps de guerre était plus paisible que l’après-guerre. C’est ce qui devait arriver à la suite d’une paix obtenue sans peine,  signer à huis clos, sans feuille de route,  et sans mécanisme concerté pour sa mise en application. Ce qui se passe aujourd’hui dans la province du Nord-Kivu dont le cas de Kiwanja hier Jeudi 18 mars 2010 nous parait comme un signal d’alarme à l’intention de tous les congolais épris de Justice et de Paix.
 
Actuellement, la Cité de Kiwanja connait une pénurie d’eau potable. C’est ainsi qu’hier Jeudi 18 mars, une maman qui s’était levée tôt le matin pour s’approvisionner en eau potable, a été fusillé aux jambes par des hommes en uniforme dans sa parcelle au moment du retour de la source.  Avec son bidon d’eau et ses jambes brisées, la maman s’est écroulée en criant  en Swahili«  Mungu mina Kufia nini ? » (Mon Dieu, pourquoi je meurs). En attendant le cri de son épouse, le mari est sorti précipitamment de son lit pour la secourir. Arrivé au près de sa femme gisant dans un bain de sang, des tireurs embusqués lui logent 10 balles dans la poitrine. Il s’écroule aux côtés de sa femme. Quand les voisins arrivent sur le lieu du crime, ils trouvent le mari mort et la femme encore en vie mais exsangue. Dépêchée dans une structure sanitaire de la place, elle est entrain de lutter entre la vie et la mort avec des jambes fracassées.
 
Deux jours auparavant, soit le mardi 16 mars 2010, 3 Minibus en partance pour Goma ont été , selon les rescapés, la cible d’une fusillade par des hommes en uniforme militaire, en pleine journée et à quelques mètres de la sortie de la Cité de Kiwanja. Les rescapés disent avoir vu huit militaires Fardc (nouvelle formule) sortir de la brousse pour couper la route aux minibus. Les chauffeurs n’ayant pas voulu s’arrêter, les militaires ont ouvert le feu pèle mêle en direction de minibus. Dans un des minibus il y avait un Capitaine congolais armé qui a répliqué en tirant sur les assaillants. Malheureusement ce vaillant capitaine congolais sera touché par une balle à son épaule gauche. Sa réplique aura quand même servi à faire fuir les assaillants même si le bilan    reste très lourd. En effet, plusieurs passagers sont blessés grièvement et luttent entre la vie et la mort dans les structures sanitaires de Kiwanja et de Goma.   
 
Quelques heures après cette fusillade des passagers des minibus, un militaire Fardc avec passant bleu, tente d’utiliser son arme pour cambrioler une boutique de Kiwanja. Le propriétaire a heureusement eu le temps de crier « au secours ». Les voisins ainsi que les passants qui étaient sous le choc de la fusillade des minibus ont répondu à l’appel. Aussitôt, le Fardc cambrioleur a été vite maitrisé et désarmé. La foule en colère a alors « corrigé » le cambrioleur jusqu’à lui ôter la vie. Le Fardc cambrioleur avait ainsi succombé à son passage à tabac par la foule. Le secours des amis militaires du cambrioleur accourus sur le lieu en tirant à  l’air pour tenter de disperser la foule, n’aura aucun effet sur ce Fardc, victime de la colère d’un peuple abandonné à son triste sort, après un processus de paix bâclé.  
 
Correspondance particulière de Kiwanja
 
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*