KYAVINYONGE : Assassinat du Dr. Franck BAHATI

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Selon un message en provenance de Kyavinyonge parvenu à la rédaction de Beni-Lubero Online, le Dr. Franck BAHATI, Médecin du Centre de Santé de Kyavinyonge, au bord du Lac Edouard, en Territoire de Beni, a été abattu à bout portant par un militaire des Fardc, ce matin Vendredi 29 Février 2008 à 7h30, heure locale. Selon le message, le Dr BAHATI revenait de Butembo où il était parti ce matin vers 5h00, heure locale, pour rejoindre son poste de Kyavinyonge sans savoir que la mort l’attendait à un 1Km de Kyavinyonge où un malfrat des Fardc l’a lâchement abattu. Pour l’instant, l’identité de l’assassin ainsi que les circonstances exactes de cet assassinat n’ont pas encore été élucidées.
.
Ce que l’on a appris par ailleurs, c’est la confirmation que Dr BAHATI revenait de Butembo où il était parti participer à la fête de mariage de son ami.
.
Le Jeune Docteur BAHATI, la trentaine à peine révolue, est un ancien Kassapard, C’est-à-dire un ancien étudiant de l’UNILU (Université de Lubumbashi), au Katanga, où il a terminé ses études il n’y a pas longtemps.
.
Les assassins qui sèment la mort à Beni-Lubero et dans la vallée de la Semuliki en particulier, semblent s’attaquer aux jeunes professionnels et aux commerçants. Rappelez-vous qu’il n’y a pas un mois que le jeune commerçant SAFARI, surnommé TAJIRI avait été abattu à Karuruma où passe une route parallèle à celle de Kyavinyonge que Dr BAHATI avait emprunté ce matin.
.
L’assassinat du Dr BAHATI doit être pris au sérieux par les habitants de toute la région. Il y a quatre jours que les autorités administratives de Beni-Lubero avaient fermé la route qui passe par Karuruma pour aller à la cité frontalière de Kasindi, pour motif d’insécurité grandissante. L’assassinat du Dr BAHATI est un signal d’alarme que les malfrats de Karuruma cherchent aussi la fermeture de la route de Kyavinyonge. Que va-t-il se passer si la route de Kyavinyonge est aussi fermée ? Personne ne sait et ne souhaite que cela arrive. On sait que parmi les fallacieuses revendications territoriales de l’Ouganda figure la remise de la frontière entre la R.D. Congo et l’Ouganda à la rivière Semuliki pour couper du Congo toute la montagne du Ruwenzori et toute la nappe du pétrole non encore exploitée qui va de Vitshumbi en territoire de Lubero jusqu’à Kasenyi en Ituri. Pendant l’occupation Ougandaise de Beni-Lubero, les militaires ougandais disaient à ceux qui voulaient les écouter que la rivière Semuliki était la frontière naturelle de l’Ouganda avec le Congo. Maintenant que l’exploitation de cet or noir de l’Ituri dont la nappe s’étend jusqu’à Beni-Lubero est à l’ordre du jour à Kampala, les congolais doivent prendre tout au sérieux pour réagir en temps et de la manière qu’il faut.
.
Dans l’immédiat, une réaction s’impose de la part des autorités administratives, politiques, et militaires de la région de Beni-Lubero pour sécuriser les personnes et leurs biens. Un proverbe Swahili dit bien : « Kifo Kimlacho Jirani, Hakikusahau wewe. Kilicho mla Baba, na Mwana Kitamla » (littéralement : La mort qui mange ton voisin ne t’oublie pas non plus. Ce qui a mangé le père, mangera aussi le fils ). Autrement dit, les habitants de Kyavinyonge, Museya ainsi que tous les beniluberois ne doivent pas dormir sur leurs lauriers comme si l’assassinat du médecin de Kyavinyonge était le dernier. Au contraire, ils doivent s’organiser pour se sécuriser et pour mettre la main sur tous les assassins qui sèment la mort dans toute la région.
.
Comment l’Etat congolais est faible pour s’acquitter de ses devoirs régaliens, les citoyens ont l’obligation morale de s’organiser pour suppléer à sa faiblesse afin de se protéger et de passer éventuellement le pouvoir à ceux qui en sont capables.
.
Correspondance Particulière de Beni-Lubero Online
Kyavinyonge
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*