L’Abbé Malu Malu tabassé par des Congolais de Washington, DC

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
[Vendredi 5 mai 2006: www.benilubero.com ] Une semaine seulement après la mésaventure de Paul Kagame à Montréal signé Serges Welo plébiscité depuis lors Héros National par l’opinion congolaise, on dirait que certains congolais de Washington ont voulu re-édité cet exploit de Serges Welo, cette fois-ci contre un compatriote en la personne de l’Abbé Malu Malu, Président de la CEI.
.
Après sa première rencontre plutôt détendue et fraternelle avec les congolais de New York, le lundi 1er mai 2006 à 19h 00, heure de New York, une rencontre qui avait été organisé sous la grâce des prêtres de la paroisse Saint Ignace de Loyola, l’Abbé Malu Malu ne savait pas ce qui l’attendait à l’étape de Washington, DC, le mercredi 3 mai 2006 au Wilson Center, 1300 Pennsylvania Avenue. En effet, la première rencontre de Washington, DC, avec Malu Malu ne s’est jamais terminé ou mieux disons qu’elle s’était terminée « en queue de mpiodi », ce petit poisson familier du panier de la ménagère kinoise. Que s’était-il passé ? Après l’exposé du Président de la CEI, un exposé qui n’avait pas été interrompu comme une homélie prononcée par un prélat du haut d’une chaire d’une église cathédrale, le moment imparti aux questions des participants a tout chambardé. On aurait dit que certains congolais étaient venus dans la salle non pour écouter ce que dirait l’abbé Malu Malu mais pour tout simplement l’injurier et le passer à tabac devant ses hôtes américains. Malgré les réponses intelligentes et prudentes par lesquelles le président de la CEI rejetait presque toutes les mauvaises décisions à l’actif du Parlement qui a le pouvoir législatif dans ses attributions, ses compatriotes présents dans la salle ne voulaient pas l’entendre de cette oreille. Au contraire, ils étaient déterminés à en découdre avec lui, en le traitant de menteur, de traître, de vendu, etc. Le sourire bon enfant que le prêtre Malu Malu avait adopté pour peut-être détendre ses compatriotes a produit malheureusement un effet contraire. En effet, pour ces congolais de Washington, DC, l’abbé Malu Malu ne devait pas sourire en parlant de la situation explosive qui sévit en R.D. Congo, comme s’il minimisait l’humiliation de tout le peuple congolais traîné dans la boue par les congolais complices des puissances financières étrangères qui sont entrain de saigner à blanc le sous-sol congolais. A part ce sourire mal interprété, l’affirmation qui a tout gâché et qui a tout mis sens dessus dessous, fut celle par laquelle l’abbé Malu Malu a affirmé que les congolais doivent savoir que les élections ne sont pas la solution aux problèmes du Congo, que les élections ne se méritent pas, mais qu’elles doivent s’arracher… La réaction à cette affirmation ne se fut pas attendre: Si les élections ne vont pas résoudre les problèmes du Congo, à quoi servent-elles alors ? Le modérateur de la séance Hebert Weiss, lobbyist républicain Américain accusé à tort ou à raison par les congolais comme pro-rwandais, intimera l’ordre de sortir à Mr Roger Shakembo qui devenait trop vocal en proférant des injures en ces termes :"Le type ment et vous voulez qu’on le laisse parler, il raconte des bobards. " "He is a liar; he is lying." D’autres congolais ont essayé de poursuivre ce débat électrique, tels Mr. Abraham Luakabuanga, Mr. Jean-Marie qui portait un T-shirt de l’Apareco, etc. Le chaos est arrivé avec le mouvement de Didier Mbuyamba qui, prit de colère, se leva, se dirigea vers l’abbé Malu Malu en menaçant de le rosser. C’est en ce moment que la ligne rouge fut franchie. Le modérateur perdu dans le chahut en des langues autres que la langue de Shakespeare, fut appel à la Police qui ne tarda pas à faire irruption dans la salle et qui demanda à tous de vider les lieux. Dans la foulée, deux congolais avaient été interpellés par la Police. Ils seront libérés sans caution, quelques heures plus tard. Quelle ambiance!
.
La rencontre d’hier 4 mai 2006 qui était organisé par les partenaires de " Great Lakes Policy » et qui avait connu la participation de Mr. Yamamoto, Sous- Secrétaire d’Etat du Bureau des Affaires Africaines du Département d’Etat Américain, s’est plutôt terminé sans incident, toutes les précautions ayant été prises par les organisateurs pour que le ring de Wilson Center ne se répète pas à Johns Hopkins University où le Président de la CEI, dans une ambiance détendue a répondu aux questions des congolais jusqu’à leur faire une promesse de faire venir au Congo ceux qui le souhaiteraient comme observateurs aux prochaines élections.
Malgré les incidents malheureux de Wilson Center, le Président de la CEI semble déterminé à piloter le processus électoral jusqu’au bout de la logique de la communauté internationale qui le porte à bout de bras comme un panier plein d’œufs. Un adage ne dit-il pas qu’un président mal élu vaut mieux qu’un président non élu du tout ![ www.benilubero.com ]
.
Sylvain Tuambilangana
Maryland, USA
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*