La Clinique du Dr. Mundama vis

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Depuis le 21/05/2009, le lendemain du lancement de l’opération « j’aime Butembo », par le maire de la ville en exercice, l’Honorable Hubert Kakule, l’insécurité semble a refait surface dans les quatre coins de la ville de Butembo. Il ne se passe une nuit sans qu’un cas déplorable ne soit signalé quelque part dans la ville.
.
C’est ainsi que, dans la soirée du jeudi 21 mai, le centre Hospitalier HIRIS du Dr Mundama situé à Mukuna, dans la Commune de Bulengera, a été visité par des personnes en mains armées. Cette visite indésirable s’est déroulée en deux épisodes. Vers 15h00, heure locale, deux personnes ayant une morphologie étrangère au milieu, non autrement identifiées et en tenues civiles, font irruption au Centre HIRIS avec des jackets gonflées qui ont fait vite suspecter le port d’armes à feu en dessous des jackets. Le service de la réception d’HIRIS qui a vu ses deux visiteurs faire leur entrée dans la parcelle s’attendait à les accueillir comme tout autre visiteur du centre mais à la grande surprise de tous, ces deux visiteurs avaient leurs yeux ailleurs et n’ont jamais approché la table de la réception. Ayant constaté que leur présence venait d’attirer la curiosité des gens présents dans l’enceinte du centre HIRIS, ces deux visiteurs ont vidé les lieux dans la précipitation. Mais ce n’était qu’une partie remise !
Le soir vers 19h00, heure de Butembo, un groupe d’hommes armés et en tenues militaires reviendront au centre HIRIS et cette-fois un d’eux dira aux infirmiers de garde qu’ils étaient en quête de la tête du Dr Mundama. Heureusement, ce dernier était absent au moment de cette visite indésirable. Ayant été alerté, la Police viendra sans tarder à la rescousse du Centre HIRIS et réussira à mettre la main sur l’un des assaillants en fuite. Depuis lors, le centre Hospitalier HIRIS est gardé par la police. Mais comme toujours dans ce coin du pays, il n’y a pas de suite quant à l’identité des assaillants ainsi que du sort de l’assaillant capturé.
En date du 22/05/09, un journaliste animateur la RTNC sous station de Butembo, du retour de la radio, est tombé dans les mailles des personnes en uniforme vers 20h dans la commune Kimemi. Après avoir été dépouillé de tous ses biens (téléphone, argent,…) il a été battu copieusement.
Dans la nuit du 23 au 24/05/09, les crépitements des balles ont été attendus au centre ville, précisément sur la Rue d’Ambiance, croisement avec l’Avenue Goma, aux environs de 20h30. Un Aide chauffeur de son état, Mr OLIVIER, âgé d’une vingtaine d’années et résident au quartier VUKULA, revenant du centre ville après son dur labeur quotidien, il a croisé des hommes en uniformes, qui lui ont ravi son téléphone, argent, etc. Après l’avoir dépouillé de tout ce qu’il avait sur lui, ces hommes en uniformes ont voulu lui ôter la vie. Mais Mr Olivier a réussi à ravir l’arme qui était pointé sur lui. C’est alors qu’éclatera une bagarre rangée entre Olivier et toute la bande des malfrats. Fin de fin, les malfrats reprendront leur arme et ayant constate que des attroupements se forment non loin du lieu, ils s’enfuiront après avoir criblé des balles l’épaule gauche d’Olivier épuisé et tombé en terre. Olivier lutte pour sa vie à l’hôpital de Matanda.
En dehors de ces cas, les tracasseries de la population sont signalées dans tous les coins de la ville, obligeant la population à se terrer dans leurs maisons à la tombée de la nuit.
Le seul coin de Butembo qui n’est pas encore touché est le quartier FURU ou les parlementaires débout ne dorment pas mais veillent sur leur quartier avec un seul mot d’ordre : " Malheur à tout bandit qui osera troubler la securité de la population de Furu ! »
Devant l’apathie des autorités politico-administratives, l’exemple du quartier FURU devrait faire des émules. Les autres quartiers devraient s’organiser pour assurer leur propre securité en attendant que l’Etat se réveille de sa torpeur !
Tembos Yotama
Butembo
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*