La croyance en la sorcellerie fait des victimes à Butembo

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Après 100 ans d’Evangélisation du Diocèse de Butembo, il y a des pratiques anciennes qui persistent et résistent à la foi en Jésus-Christ, Sauveur. C’est le cas de la croyance en la sorcellerie. Pour ne citer qu’un exemple, Mr. WANZA, un catéchiste de la Paroisse de la Cathédrale à été lapidé à mort Samedi dernier par les jeunes du Quartier VUKONDI , Commune de Vulamba, pour sorcellerie . En effet Mr Isidor, agent de l’ordre de l’Eglise du quartier ( appelée en Swahili ou an Kinande : Mulinda Amani), aurait dit avant sa mort inopinée, avoir  croisé Mr. Wanza nu dans la nuit du 1/1/2006. Isidor est mort le 02/01/06  au soir. Il a fallu que les proches du défunt relatent au public les dernières révélations du défunt sur sa mort subite, pour que la jeunesse du quartier Vukondi s’enflamme, détruise l’habitation de wanza, le lapide avant de le laisser pour mort. Depuis que Wanza s’est installé dans le quartier, certains habitants racontaient qu’il avait été chassé de MANGINA pour motif de sorcellerie.  Ce cas de Wanza est un parmi des milliers  dans le Grand Nord. La sorcellerie est tellement encrée dans la tradition qu’aucune justice extra-coutumière ne semble maitriser vraiment la question. Il est temps que la justice du pays se penche sérieusement sur cette question qui à la longue constitue un handicap pour le développement. La cause de la mort devra toujours être prouvé objectivement par la science pour éviter de faire des amalgames. La science reconnait que le poison  mortel existe et le cas avéré de poison est punissable par la loi. Mais la mort provoquée par une parole déplacée, une salutation, un mauvais regard d’un voisin, une rencontre nocturne de quelqu’un, etc. restera une énigme et difficile à prouver.  S’il y a des éléments de la tradition Yira sur lesquels il faut que le muyira évolue, c’est la croyance en la sorcellerie. En occident, c’est le progrès économique et technologique qui a mis fin au phénomène des sorciers et des sorcières du Moyen Age. Nous espérons que le muyira pourra profiter bientôt du développement économique et technologique  du 21 ième siècle pour se libérer de la peur du sorcier qui handicape de plusieurs manières l’essor économique du Grand Nord en particulier, et de la R.D. Congo en général

(Juvénal Paluku, Butembo)

.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*