AhopitalOicha00

La fusillade de l’AGIS de la Zone de Santé d’Oïcha provoque grève et villes mortes

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

L’Administrateur Gestionnaire des Institutions Sanitaires (AGIS) de la Zone de santé d’Oïcha, en Territoire de Beni, en l’occurrence, Mr Nzanzu Ndulutulu, a été fusillé à la jambe le jeudi 10 mars 2011 par des hommes en armes et en uniformes militaires des Fardc.

 AhopitalOicha00

                                   Une vue de l’Hopital d’Oicha

FORCES VIVES DE LA RD.CONGO

SOCIETE CIVILE DU NORD KIVU

COORDINATION TERRITORIALE DE BENI

Tél :+243.993.5353.53;810.7575.11.

+243.998.5491.36

E-mail :socivbeni@yahoo.fr

                                                                        Transmis copie pour information à :

                                                                        -Son Excellence Monsieur le Gouverneur

                                                                        de Province du Nord Kivu à Goma

                                                                        -S.E. Monsieur le Ministre Provincial de

                                                                        de l’Intérieur, Sécurité et Aff.Coutumières

                                                                      à Goma

                                                                        -Monsieur l’Inspecteur Provincial de la

                                                                        Police Nord Kivu à Goma

– Monsieur l’Inspecteur de la PNC-District Beni à Oïcha

                                                                       

Concerne : Journées Villes mortes

 

A MONSIEUR L’AMNINISTRATEUR DE TERRITOIRE DE BENI A OICHA

                                                           

Monsieur l’Administrateur de Territoire,

 

Nous avons l’honneur de venir au près de votre haute personnalité, porter à votre connaissance qu’a la suite de la grève continue des Infirmiers dans la Zone de Santé d’Oïcha, grève qui affecte les populations des Collectivités de Beni-Mbau, Watalinga et la Cité d’Oïcha, notre Coordination annonce une série des journées villes morte à dater de ce samedi 19 mars2011, au Chef-lieu du Territoire de Beni.

 

En effet, les Forces Vives de ce Territoire se joignent aux cris d’alarme relatifs à l’insécurité, telle que dénoncée dans la déclaration de l’Association Nationale des Infirmiers du Congo(ANIC)-Oïcha, situation illustrée par des actes de vol à mains armées ciblés, des extorsions, des tentatives de meurtres ainsi que des intimidations de tout genre (coups de balles) perpétrés par des hommes armés non autrement identifiés.

 

Considérant que l’Inspecteur de la Police District de Beni s’est illustrée par son indifférence à secourir les personnes visitées, son immobilisme en dépit des tous les contacts téléphoniques, et intervient dans la libération de plusieurs criminels que vous capturez avec le concours de la population et des FARDC, ce qui frise à sa complicité avec les Criminels, nous soutenons la demande de l’ANIC-Oïcha qui traduit le vœu de la population du Territoire de Beni, celui de voir le remplacement du Colonel KASEREKA MAURICE à la tête de l’Inspection de la Police District de Beni.

 

Aussi, nous déclinons toute participation aux réunions Territoriales de Sécurité élargies à la Société Civile, y compris celle prévue pour ce samedi 19 mars 2011, tant que l’actuel Inspecteur de la Police sera encore en fonction dans notre Territoire.

 

Nos journées Villes mortes ne seront levées qu’après le départ de cette autorité policière, qui assiste impuissamment à l’activisme des bandits armés trouvant protection à ses cotés lorsqu’ils sont capturés.

                                                                       

Dans l’espoir qu’avec concours des autorités nous lisant sous copie, vous voudriez nous ramener l’Inspecteur Eric NZONGOMEKA qui a fait preuve de sa bravoure pour défier les semeurs d’insécurité en Territoire de Beni, les forces vives vous prient de réserver suite favorable à leur requête dans un délai n’excédant pas 72heures. Cela en vue de permettre que soit limiter les nombres des victimes dues à la grève des infirmiers et de l’insécurité en Territoire de Beni.

 

Tout en promettant des actions de grande envergure (sit-in, marches de colère,…) en cas de votre inertie, veillez agréer Monsieur l’Administrateur de Territoire l’expression de nos sentiments patriotiques.

 

Ainsi fait à Oïcha, le 17mars 2011;

 

Pour la Société Civile Territoire de Beni

Les Signataires

 .

La Zone de santé d’Oïcha vit une grève des professionnels de santé depuis le samedi 12 Mars 2011. Cette grève est consécutive à plusieurs cas d’insécurité perpétré par les éléments à tenue militaire contre la communauté d’Oïcha en général et en particulier contre les agents de santé des formations sanitaires de la Zone de santé d’Oïcha.

 

Le cas qui a fait déborder le vase des professionnels de la santé d’Oïcha est la fusillade de l’Administrateur gestionnaire des institutions sanitaires (AGIS) de la Zone de santé Oïcha, en l’occurrence, Mr Nzanzu Ndulutulu le jeudi 10 mars 2011 chez lui aux environs de 22h par des mains armées qui lui ont demandé 10 000$. L’AGIS n’ayant rien trouvé, les malfrats lui logèrent une balle dans sa jambe. Celui-ci est interné à l’HGR Oïcha et utilise desormais une béquille pour marcher.

Cette grève concerne toutes les formations sanitaires tant du public que privé.

 

Le 7 Mars, le Poste de santé Laboratoire Familiale fonctionnant en cellule Makele, juste derrière le camp de la Police National du centre vile d’Oïcha venait d’être attaqué par des hommes en armes et en uniforme militaire Fardc.

 

Le secrétaire du Bureau central de l’Oïcha, Mr AHUMBA et donc collègue de service de Mr l’ AGIS Nzanzu au même bureau avait été aussi visité au Samedi 5 Mars

 

Un Poste de santé (PS) avait été attaqué à Mavivi le 15 Mars 2011,

 

Le Poste de Santé « La Providence » sise en cellule Kantwani d’Oïcha le 2 mars 2011,

 

Au CSR Maleki, le comptable et le trésorier avaient été tué à bout portant par des hommes en armes et en uniforme militaire Fardc. Deux suspects dans cet assassinat avaient été arrêtés le 10 mars 2011 et transférés à l’auditorat de Beni pour instruction avant qu’on les retrouve sur terrain à Oïcha, le lieu de leur crime précédent.

Les professionnels de santé réclament leur sécurité, et l’arrestation des tueurs ainsi qu’une justice pour tous !

 

Pour rappel, Oïcha et les environs sont déjà sur militarisés pour on ne sait pas quelle mission. Ces militaires sont pleins à Mbau autour des bâtiments de la collectivité chefferie de- Mbau, une deuxième vague est à l’entrée de la cité d’Oïcha autour de l’actuel parking d’Oïcha et du bureau du territoire…

 

Juvénal Paluku et Obède Bahati

Oïcha

©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*