Mosengo10000

Le Cardinal Monsengwo reçoit le soutien de l’Eglise

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Mosengo10000

Déclaration du Conseil National de l’Apostolat des Laïcs Catholiques du Congo ( CALCC)  

« 1. Le Bureau du Conseil National de l’Apostolat des Laïcs Catholiques du Congo suit avec une attention toute particulière l’évolution de la situation politique du pays depuis les élections du 28 novembre 2011. Quelques jours après la publication des résultats provisoires par la CENI, force est de constater que toutes les missions d’observation de ces élections ont relevé de « graves irrégularités ». A leur tour, la CENI, le Gouvernement et le Président de la République ont reconnu ces irrégularités et les justifient par « l’inexpérience de la jeune administration électorale ». 

2. Dès les premières heures de l’annonce des résultats partiels, précisément le dimanche 4 décembre, la Conférence Episcopale Nationale du Congo, CENCO, a attiré l’attention de la CENI sur sa manière de travailler. L’Eglise a exhorté la CENI à « s’en tenir impérativement à la vérité des urnes telle qu’exprimée et affichée au niveau des bureaux de vote ». Quatre jours plus tard, le 8 décembre, le Secrétariat général de la CENCO a récusé une interprétation forcée de la communication du Président de la CENCO qui voulait faire dire que « l’Eglise catholique était en accord avec les résultats de la CENI et le bon déroulement du scrutin ». Le 1er Secrétaire général adjoint de la CENCO a déclaré : « L’auteur de l’article, posté sur un site qui doit être celui de l’Ambassade de la RDC en Belgique, a fait un choix tendancieux allant jusqu’à déformer la vérité ». Au lendemain de la publication des résultats provisoires, soit le 12 décembre, Son Eminence Laurent Cardinal Monsengwo, Archevêque de Kinshasa, a conclu, après analyse, que les résultats rendus publics par la CENI « ne sont pas conformes à la vérité ni à la justice », priant les contestataires à ester en justice devant la Cour suprême. 

3. En recommandant la voie judiciaire, nonobstant la réputation peu heureuse de notre système judiciaire, l’Eglise cherche non seulement à promouvoir le droit et le respect de la loi, mais aussi à éviter à la Nation les affres des manifestations publiques qui souvent dégénèrent en affrontement et provoquent la destruction des biens et des pertes en vies humaines. L’Eglise met ainsi les magistrats de la haute cour devant leurs propres responsabilités. Que chacun fasse son devoir en âme et conscience, dans la vérité et la justice. L’Eglise demande que « les cas de fraudes avérés soient sévèrement punis ». 

4. Pour notre part, nous affirmons que les irrégularités observées et surtout la qualité des personnes impliquées dans ces actes posent un sérieux problème moral qui ne pourra pas être résolu par le système judiciaire. Comme disent les Romains : « fraus omnia corrumpit », la fraude corrompt tout. En toute objectivité, si nous aimons notre pays, nous devrions avoir le courage de réorganiser ce scrutin. A défaut de tout reprendre, nous espérons que la Cour suprême pourra ordonner l’annulation des résultats des circonscriptions électorales où l’on a signalé des irrégularités y compris les actes de violence ayant entraîné la perturbation du scrutin et qu’elle ordonnera des sanctions exemplaires contre tous ceux qui ont provoqué la violence et la fraude. 

5. Pour avoir clairement remis en cause la crédibilité des résultats provisoires publiés par la CENI, l’Archevêque de Kinshasa fait l’objet d’une campagne inacceptable, à la limite de l’insulte de la part du Gouvernement, de la Majorité présidentielle et alliées. 

6. Depuis son élévation à la dignité cardinalice, lorsque l’Archevêque de Kinshasa prend parole et que sa parole indispose les gouvernants, on le traite de politicien qui divise au lieu d’être le pasteur qui rassemble. Pire, on lui dénie le droit de parler au nom de l’Eglise et même en tant que citoyen. Et, le langage utilisé pour lui répondre est dénué de tout égard. Même des cadres formés par l’Eglise, voire des personnes issues de famille catholique et qui se disent catholiques, ne s’entourent d’aucune précaution pour vilipender celui qui parmi les Evêques de la RDC est élevé en dignité.

Declarationclergekinoiselec

Mosengo10000

©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*