Le commandement militaire du Territoire de Beni fait peur à la population

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
On peut dire sans se tromper qu’aujourd’hui l’espace appartenant jadis au RCD-K-ML de Mbusa Nyamwisi a terminé sa réunification militaro-politico- economico- administrative avec Goma.
.
Au point de vue militaire, Goma a réussi à nommer ses propres hommes au sommet du commandement militaire des territoires de Beni et de Lubero. Ces commandants ne manquent que des troupes pour parfaire l’opération. Depuis des mois, Goma cherche sans succès à affecter des troupes du même plumage que leurs officiers dans les territoires de Beni et de Lubero. Ainsi par exemple, la ville de Beni est sous le commandement du Major Dieudonné Muhima qui était à Butembo lors des attaques de l’antenne de la RTNC et des bruits autour des tueurs à gages qui cherchaient la tête de Mgr Sikuli. Le commandant secteur de Beni n’est autre que le Major John Tshibangu qui s’était fait tristement célèbre dans les tueries de Nyakunde, et artisan de l’infiltration rwandophone de 2004 en territoire de Lubero. L’aéroport de Beni est sous le contrôle des militaires nommés par le Général Mbuyi, chef des opérations militaires du Grand Nord, celui-là même que les opérateurs économiques du Grand Nord qualifient de « Général Commerçant » car passant plus de son temps dans leurs magasins que sur le terrain des opérations militaires. Le Massif du Ruwenzori, plusieurs fois refuge des plusieurs groupes armés ougandais (Nalu, ADF), avec la grande frontière douanière de Kasindi, troisième génératrice des recettes après Matadi et Kasumbalesa, est sous le commandement du redoutable Major Richard Mwangura, celui-là même qui participa au massacre de Kisangani de 2000 aux côtés du Général Amisi Tango Fort, quand les troupes ougandaises et rwandaises s’affrontèrent à mort pour le contrôle des ressources minières de la Province Orientale.
.
Tous ces quatre officiers militaires (Mbuyi-Mwangura-Tshibangu-Muhima) sont du sérail de Goma. Le fait d’être de Goma n’est pas le problème pour les populations du territoire de Beni. Le problème est que les faits graves de nature à troubler la sécurité de la région sont souvent commis dans la zone sous leur contrôle. Le dernier fait en date qui s’est passé la semaine dernière, c’est l’évasion spectaculaire des prisonniers civils et militaires de la Prison Centrale de Beni, des prisonniers qui pour la plupart étaient condamnés pour des assassinats (cas du Major Sangote) et des vols à mains armées dans la région de Beni-Lubero. Le fait que cette évasion spectaculaire ait eu lieu une semaine seulement après l’arrivée du trio Mbuyi-Tshibangu- Muhima au sommet du commandement des opérations militaires dans la ville de Beni, ravive l’inquiétude de la population. Aussi, faut-il ajouter que ses évadés courent toujours les rues et les forets de Beni, manaçant ainsi la sécurité des personnes et de leurs biens. Et comme toujours dans cette région des Grands Lacs, rien n’a été entrepris pour retrouver ces bandits redoutables. Au courant de la même semaine, une évasion spectaculaire similaire s’est produite à la prison de Bukavu. Après l’évasion de la prison de Bukavu, la ville connaît aujourd’hui une insécurité grandissante avec l’assassinat du cambiste Mr Heri Zihimirwe Magala Baba Anipa de la Commune d’Ibanda par des hommes en armes le soir du jeudi 8 juin 2006.
.
Les mêmes causes produisant les mêmes effets, les populations du territoire de Beni s’inquiètent pour leur sécurité à la veille des élections générales au Congo. En vrai dire, ce qui fait peur, c’est le fait de confier à ces hommes déjà impopulaires au Grand Nord la gestion de la sécurité du territoire stratégique de Beni qui partage au Nord une frontière avec l’Ituri des groupes armés, à l’Est le poste de Kasindi, grande porte commerciale du Grand Nord, et le Massif du Ruwenzori qui sert souvent de refuge à plusieurs groupes armés ougandais. Il ne nous semble pas sage pour le Congo de confier la sécurité de ce territoire à une bande d’officiers militaires déjà accusés plusieurs fois par les Forces Vives du Grand Nord de collaboration avec l’ennemi du Congo. C’est pourquoi plusieurs notabilités du territoire de Beni s’apprêtent à adresser un mémo à qui de droit pour demander la mutation, au nom du brassage de l’armée, du quaterné Mbuyi-Mwangura-Tshibangu- Muhima.
.
Musayi Kalemire
Beni-Tamende
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*