Le D

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Les Agriculteurs des Territoires de BENI, LUBERO ainsi qu’une partie de l’ITURI se plaignent d’une escroquerie dont ils sont victimes de la part d’un Député National, Paluku Wa MUTHETHI Gilbert.
 
Depuis 2008, le député Paluku Wa MUTHETHI a mis en place une fondation qui porte son nom, la FO.PA.MU.GI (Fondation Paluku Muthethi Gilbert) qui, présentement, fait couler des larmes au sein de la bonne majorité des agriculteurs de Beni-Lubero.
 
Selon les Agriculteurs victimes, tout a commencé par une très grande campagne de sensibilisation mené par les courtisans du Député et Animateurs de sa fondation, campagne selon laquelle le Député venait de décrocher un prêt de la Banque Mondiale pour les Agriculteurs de cette partie, prêt confié au Gouvernement congolais dans le cadre de la relance de l’agriculture en RDC.
 
Ce qui fâche, depuis Juin 2008, alors qu’on avait exigé aux paysans de payer chacun 80$ pour identification, adhésion à la FOPAGI comme préalable, frais de mesurage du champ par les agronomes de FOPAMUGI, jusqu’à ce jour aucune avancée n’est enregistrée.
 
Les Divers sensibilisateurs, tout comme les Agronomes ont disparu d’eux-mêmes et /ou fermé leurs téléphones ; leur patron, à savoir le Député MUTHETHI n’a jamais été joignable et tous ses coordonnées téléphoniques n’ont jamais servi à ses électeurs si ce n’est peut être pas ses collaborateurs qui connaissent seuls les numéros de téléphone qui fonctionnent encore.  
 
Les Agriculteurs très mecontents multiplient ce dernier temps des réunions de concertation entre eux. Ils veulent que l’Exécutif Provincial s’y implique pour que leur sort soit connu, d’autant plus que leur Député se déclarait agir pour le compte du gouvernement Central.
 
Ils se sont adressés au Gouverneur de Province de Province dans un memo, dont voici une copie :
 
.
O. BAHATI
Mbau
 Beni-Lubero Online
 
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Le d

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Le  député Yves Kisombe, exclu  pour insubordination à la hiérarchie de  son parti, à savoir le MLC de Jean-Pierre Bemba Gombo, il y a de cela près de deux ans, a  été châtié de sa témérité caractérisée dans la nuit du 13 août 2009 à Londres, par un groupe de  résistants/combattants congolais.
 
Député Yves Kisombe
 Touchant une dotation parlementaire de six à sept milles dollars américains ( 6 000 à 7 000 US$ ) mensuellement, assortie de tout un  cortège d´avantages matériels et financiers; ces fameux députés nationaux qui ont tous – à quelques exceptions près – failli à leur mission première, qu´est celle de défendre les intérêts du peuple congolais qui les a choisis, mais qui par contre, voit chaque jour qui passe ses richesses pillées, des portions entières de son territoire national  coupées en carrés miniers au profit des firmes étrangères, occupées voire amputées par les armées d´occupation, tout comme sa souveraineté et son indépendance foulées aux pieds par ses voisins; contribuent efficacement de par leur complicité latente, consciente ou résolue, à renforcer et asseoir le pouvoir d´occupation tutsie en place en République Démocratique du Congo. En effet, personne ne saurait en ce moment précis avancer avec exactitude, les raisons valables – à caractères bien entendu politiques pour la cause du Congo – pour lesquelles ce pseudo-député national congolais vivant à Kinshasa, a fait le déplacement de Londres. Sinon que pour pavaner gratuitement en Europe, en déambulant nuitamment de boîte en boîte des villes européennes, aux frais du contribuable congolais qui lui pourtant, continue sa descente aux enfers en croupissant dans l´une des misères les plus sombres que l´Afrique ait jusque-là connues. Et ce, en dépit de l´interdiction de visite ou de séjour imposée sur le sol de Grande-Bretagne, aux officiels, aux musiciens et aux pasteurs congolais qui participent à la destruction de la nation et sa vente aux étrangers. Interdiction décrétée voici trois ans, par la Diaspora congolaise d´Europe en générale, qui ne veut absolument rien entendre de ces indésirables  politiciens d´opérette, ainsi que de ces impies et inciviques pasteurs, et encore moins de ces griots d´immoraux  musiciens, traîtres et corrompus, n´ayant aucun sens de patriotisme, ni d´honorabilité.
 
Téméraire et hautain, soutient-on dans les milieux  proches de ce déshonorable député, et en plus, abusé par certains mendiants de Londres qui, après avoir empoché quelques milliers de pounds (livres sterlings), lui auraient promis de lui assurer une sécurité  garantie, Yves  Kisombe a voulu lui aussi joué au brave comme ce fut une fois le cas de Léonard She  Okitundu en octobre 2006, qui en avait fait la triste expérience. Il a donc la sourde oreille, en décidant unilatéralement de braver ladite interdiction, qui par ailleurs, garde encore toute sa rigueur contre tout contrevenant. Ainsi, le voilà à son  tour, depuis la nuit de mercredi 13 août 2009, tombé sous le coup de cet embargo. Yves Kisombe a été récupéré cette nuit  autour de une heure du matin par groupe de  vigilants résistants/combattants, toujours aux aguets, et bien renseignés sur toutes entrées et sorties des Congolais en terre britannique, alors que celui-ci se mettait en vedette, entouré de belles créatures féminines de petite vertu, et ce, non pas dans un des bureaux du Parlement britannique en compagnie des officiels britanniques, mais plutôt dans un débit de boisson de la place, où l´alcool sous toutes ses formes coule à flot, dénommé  King George, situé dans la banlieue nord de Londres, précisément à Tottenham.
 
Le déshonorable député Yves Kisombe à qui l´on reproche le fait d´avoir contredit l´Honorable député, Ne Muanda Nsemi, leader de Bundu Dia Kongo, en sigle BDK, défendant les intérêts du peuple  congolais, massacré à Nseke-Mbanza, Luozi dans la Province Centrale en février 2007 et mars 2008, par les éléments de la Police nationale (…) a été copieusement rossé à l´extérieur du débit de boisson où il avait été pris à part, au point de s´être retrouvé à poil (nu) dans son agonie sur le théâtre de l´opération de la Résistance. Yves  Kisombe, battu à l´image d´un serpent qui aurait fait une malencontreuse intrusion dans un poulailler bien gardé, a eu la vie sauve grâce à l´intervention trop tardive de la Police britannique, qui arrivait sur le lieu par un simple fait du hasard, – alors que les dégâts étaient déjà consommés – car attirée par l´attroupement de badauds qui assouvissaient leur curiosité sur le corps ivre de coups subis et nu du fameux député allongé sur le sol, à côté de deux  paquets de condoms en pleine rue: West Green Road à Tottenham, sur le coup de 10 heures ce jeudi 13 août 2009. Monté  nu à bord du véhicule de la Police dans l´attente d´une  hypothétique ambulance, personne ne sait à l´heure où nous couchons ces lignes, ce qui lui est advenu.
 
D´après les résistants/combattants qui aiment leur pays, et qui sont prêts à tout pour la défense de ce qui  reste du Congo trouvés sur place, blessés dans leur Amour-propre suite à cette violation de l´embargo relevant d´une pure attitude provocatrice, lesquels résistants sont par ailleurs décidés d´en découdre une bonne fois pour toutes avec tous les collabos, rien qu´un tel traitement
 n´était capable d´expier son forfait de l´année  dernière au Parlement de Kinshasa. Le regretté journaliste Ekamba de l´OZRT (l´Office Zaïrois de Radiodiffusion et de Télévision) de la belle époque du << Grand Zaïre >> ne disait-il pas éloquemment à l´intention des récalcitrants dans le cadre de la conscientisation des masses populaires: << Mobini ya Zoba Bafutaka Ye se Kwanga ya Pamba, Po ete Azanga Nyama ya Kolia N´ango? >>. C´est le cas de le dire, Yves Kisombe, a joué au brave Saint Thomas, eh bien, il vient enfin d´en avoir le cœur net. Histoire à suivre!
 
Que Dieu garde le Congo et bénisse son Peuple!
 
Le 13 août 20009
Londres- U.K.
Pépin  Lulendo
Blog des Congolais Congo-Uni       
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Le D

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
LE BUREAU DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE BAFOUE LES IMMUNITÉS DE L’UN DE SES PAIRS
Depuis que le Député National PALUKU WA MUTHETHI a été élu dans le Territoire de Beni, il n’a jamais connu la paix. Ses immunités parlementaires ne sont que théoriques, car dans son vécu quotidien, depuis septembre 2006, il n’est pas différent d’un fugitif traqué de toutes parts (et au mépris de la Constitution) par Mr Pascal Kinduelo Lumbu, Président Administrateur Délégué de la Banque International de Crédit (BIC). Ce dernier use de la machine politico-judiciaire dans la seule vue d’éliminer physiquement l’Honorable Paluku, son ancien employé. Il se permet même d’influencer sensiblement le Bureau de l’Assemblée Nationale  qui, en ce moment, se comporte de manière fort ambiguë et anticonstitutionnelle quant au dossier de l’Honorable Paluku.
Voici comment les immunités de l’Honorable Paluku ont été bafouées et le sont encore.
1.     Immunités bafouées par les instances judiciaires et juridictionnelles
v      Le 10 novembre 2006, en pleine messe de mariage de sa fille, l’Honorable Paluku est arrêté et conduit séance tenante au CPRK ( Kinshasa)
v      Le 3 décembre 2006, en pleine prison, l’Honorable Paluku est enlevé nuitamment pour Goma via Mbuji-Mayi, sans autorisation préalable des services compétents. De Mbuji-Mayi où l’avion fait escale, l’Honorable est ramené au CPRK
v      Le mandat de l’Honorable Paluku est validé le 16 décembre 2006, mais ce dernier ne sortira de prison  que cinq mois plus tard, le 29 mai 2007, sous la pression de ses pairs Députés Nationaux
v      Le 23 décembre 2006, une semaine après la validation, un jugement par défaut, prononcé au Tribunal de Garnison de Lubefu, condamne l’Honorable Paluku à 20 ans de servitude pénale ! Ledit jugement est alors immédiatement frappé d’opposition
v      Le 19 mars 2007, alors que l’Honorable Paluku est toujours au CPRK, un jugement est prononcé à la Cour d’Appel de Goma, condamnant le Député National à trois ans de servitude pénale. Ledit jugement est actuellement frappé de cassation à la Cour Suprême de Justice
v      Le 23 juin 2007, l’Honorable Paluku apprend, en pleine plénière, que le Tribunal de Garnison vient de confirmer le jugement en opposition. Ledit jugement est actuellement en cassation à la Cour Suprême de Justice et en annulation devant la Haute Cour Militaire
Signalons que toutes ces poursuites se sont déclenchées APRÈS validation du mandat de l’Honorable Paluku Wa Muthethi, alors qu’il est censé, comme tout Député National, jouir de ses immunités parlementaires. Les Cours et Tribunaux ayant prononcé ces jugements l’ont fait en violation flagrante de la Constitution,  pour deux raisons essentielles :
v      L’article 107 dit clairement qu’ « aucun parlementaire ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé en raison des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions. Aucun parlementaire ne peut, en cours de sessions, être poursuivi ou arrêté, sauf en cas de flagrant délit, qu’avec l’autorisation de l’Assemblée nationale ou du Sénat selon le cas. En dehors de sessions, aucun parlementaire ne peut être arrêté qu’avec l’autorisation du Bureau de l’Assemblée nationale ou du Bureau du Sénat, sauf en cas de flagrant délit, de poursuites autorisées ou de condamnation définitive. La détention ou la poursuite d’un parlementaire est suspendue si la Chambre dont il est membre le requiert. La suspension ne peut excéder la durée de la session en cours. »
v      Seule la Cour Suprême de Justice, en vertu de l’article 153, alinéa 4 de la Constitution, peut juger un Député National et encore faut-il qu’on lui ait levé ses immunités, chose qui ne s’est jamais produite dans le cas de l’Honorable Paluku Wa Muthethi. Par ailleurs, aucun des jugements prononcés ne constitue une condamnation définitive, tous étant frappés de cassation à la Cour Suprême de Justice.
Depuis le 23 juin 2007 jusqu’à ce jour, le Parquet Général de la République lance des mandats de prise de corps contre l’Honorable Paluku. Sa résidence et les membres de sa famille sont constamment filés, voire appréhendés en vue d’éventuels interrogatoires.
2.     Immunités bafouées par le Bureau même de l’Assemblée Nationale
Bien que tous ces faits anticonstitutionnels aient été dénoncés au Bureau de l’Assemblée Nationale au cours des deux motions (incidentielle et d’information), celui-ci adopte une attitude qui a de quoi surprendre et qui bafoue totalement les immunités parlementaires dont est pourtant revêtu l’un de ses pairs qu’est l’Honorable Paluku Wa Muthethi : le Bureau veut que ce dernier s’en tienne à des « négociations » qui sont l’œuvre de Mr Pascal Kinduelo, PAD de la BIC. Lesdites négociations préconisent entre autres que l’Honorable Paluku paie à la BIC un million de dollars (sic) et qu’ilse désiste de toutes les actions en cassation et ce, sans préjudice d’une éventuelle action publique contre lui !
Il est surprenant que ce même Bureau qui s’était démené pour libérer l’Honorable Paluku du CPRK change aussi subitement d’attitude et prenne pour paroles d’évangile les désidératas de Mr Kinduelo tout en rejetant d’un revers de la main la version des faits telle que relatée par l’Honorable Paluku. Le Bureau de l’Assemblée Nationale ne peut se faire juge en préconisant l’abandon des poursuites judiciaires en faveur des « négociations » parallèles et surtout en conditionnant la libre circulation d’un Député National revêtu de toutes ses immunités parlementaires à l’acceptation OBLIGATOIRE desdites « négociations ».
Les choses sont claires ici : Mr Pascal Kinduelo est bloqué au niveau de la Cour Suprême de Justice. En désespoir de cause, il se rabat sur le Bureau de l’Assemblée Nationale afin que celui-ci pousse l’Honorable Paluku, pourtant l’un de ses pairs, à marcher sur sa logique anti-juridique et anticonstitutionnelle. Il est fort regrettable que pareille turpitude ait lieu au sein d’une Assemblée Nationale et ce, au sommet.
Que le Bureau respecte l’article 107 de la Constitution dans son intégralité, au lieu de céder aux pressions abjectes d’un seul individu, Pascal Kinduelo qui, du reste, n’est même pas Député National…
Honorable Paluku Wa Muthethi
 
      Député National

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*