Le Kyaghanda-Kinshasa f

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Mes chers frères, mes chères soeurs de Benilubero Online,
Ce dimanche, 25 février 2007, dans l’après-midi, la Communauté Yira de Kinshasa s’est réunie au Centre Culturel Boboto se trouvant dans la Commune de la Gombe, à l’occasion de la présentation des vœux de nouvel an 2007 et aussi pour fêter les heureux promus de la Communauté. Le clou de la manifestation était l’adresse du Président du Comité Culturel de Gestion, Monsieur Paul MATENDERE. Voici, sans commentaire de ma part, le texte dudit discours!
Kinshasa, Daniel KAMBALE KOMBI
.
ADRESSE DU «KYAGHANDA-KINSHASA» A L’OCCASION DES VŒUX DE NOUVEL AN 2007 ET DE PRESENTATION DES NOUVEAUX PROMUS LE 25 FEVRIER 2007 AU CENTRE CULTUREL BOBOTO
.
Honorables,
Excellences,
Mesdemoiselles, Mesdames et Messieurs,
Chers frères et sœurs,
Il y a deux mois, le Comité de Gestion élargi s’était permis, au nom du KYAGHANDA, notre Association, de parler et de formuler des conseils « AMAHANO » aux membres élus de l’Assemblée Nationale, à l’occasion d’une modeste réception organisée en leur honneur tout juste après la validation de leur mandat. La cérémonie avait été brève et sobre vu l’urgence du message communiqué, mais promesse avait été faite de réunir une audience plus importante des membres de notre Communauté dès que les conditions le permettraient et à la première opportunité.
Mais avant toute chose, rendons de nouveau grâce à l’Eternel notre Dieu, Maître des circonstances et des temps qui nous a fait traverser l’année 2006, une année riche en événements pour le peuple congolais dont les plus saillants auront été les élections libres, démocratiques, transparentes organisées à différents échelons.
Nous tenons à exprimer notre gratitude à toute l’assistance ici présente pour avoir accepté de répondre à notre invitation. Par votre présence nombreuse, vous témoignez par là que notre Association vit, en dépit des difficultés auxquelles elle est confrontée.
Nos remerciements s’adressent de façon particulière à toutes les personnes généreuses qui ont soutenu matériellement et financièrement le Comité de Gestion et ont ainsi rendu possible la réussite de cette rencontre.
.
Honorables,
Excellences,
Mesdemoiselles, Mesdames et Messieurs,
Trêve de préambule. Qu’il nous soit permis de circonscrire la cérémonie de ce jour. Quelle signification lui donner ?
2006 est passée, 2007 a commencé, nous sommes là débout, premier motif de joie ; les élections ont eu lieu et nous y avons joué un rôle prépondérant, deuxième motif de satisfaction ; les Institutions de la République issues des élections sont installées, notre représentation y est significative ainsi que dans d’autres secteurs de la vie nationale, troisième motif de jubilation « TUYISANZE ».
.
Primo, nous avons placé la rencontre de ce jour sous le signe des retrouvailles familiales après une année.
En effet, depuis un certains temps, de nombreuses voix ne cessent de fustiger le fait que les occasions de deuil soient devenues les seuls moments qui rassemblent les membres de la Communauté dans sa diversité et sans protocole, alors que par le passé des moments de réjouissances ont existé, à l’instar des fêtes de fin d’année qu’organisaient les différents Viharo. Aujourd’hui, il n’y a pas plus que deux Viharo qui perpétuent cette tradition.
Le 15 janvier 2006, lors de la présentation de nos frères et sœurs qui venaient d’être promus au sein de différents Conseils d’Administration des Entreprises publiques, nous en avons fait une occasion d’échanger mutuellement les vœux de Nouvel An. C’est ce que nous voulons réitérer. Puisse l’Eternel bénir et protéger chacun de nous et lui accorder une vie abondante tout au long de l’an 2007.
.
Nous ne pouvons pas oublier tous ces êtres chers qui auraient pu être avec nous en ce moment. Il y en a ceux qui sont malades ; d’autres, le Seigneur les a rappelés auprès de Lui. Puissions-nous avoir une pensée pieuse à tous ceux qui nous ont quittés dans des circonstances aussi diverses les unes des autres en observant une minute de silence.
Secundo, nous avons voulu saluer la détermination du peuple du Grand Nord pour son implication, et ce, à travers ses dignes et valeureux fils, dans l’aboutissement heureux de la Transition.
.
En effet, un adage dit que l’échec est orphelin, mais la réussite a beaucoup de parents. Si nous ne pouvons nous approprier la paternité de cette réussite, d’autres le feront à notre place et pour leur compte. Or, il est un fait qu’aux différentes étapes qui ont marqué la Transition, le Grand Nord a joué un rôle déterminant.
Quand notre pays est agressé en 1998, la Communauté Internationale a soutenu une thèse contraire. Mais grâce au courage et à la détermination de l’Archevêque Emmanuel KATALIKO, la voix du peuple congolais sera plus écoutée et une vision plus réaliste de la guerre sera partagée par les grands décideurs de ce monde. Artisan et Martyr de la paix, Mgr KATALIKO, d’heureuse mémoire, l’aura été car il a sauvé le pays de l’agression. C’est suite à cette nouvelle vision que se déclenchera le difficile et harassant processus des négociations.
.
Il y eut Lusaka, Gaborone, Addis-Abeba et Bruxelles ; il y eut Sun City 1, Pretoria, Sun City 2. Le sort du Congo s’empirait et la balkanisation du pays s’installait. Mais pour des raisons que Dieu seul sait, notre frère MBUSA NYAMWISI, que nous félicitons pour son courage et sa clairvoyance, va se rebeller contre la rébellion pour faciliter et obtenir le début de la réunification de notre pays, la RDC. Fait historique indéniable et vérifiable par tout historien honnête et sérieux.
.
Le Grand Nord constitue ainsi, qu’on le veuille ou non, le creuset de la réunification, prémices du processus de la Transition.
La Transition amorcée en 2003 ne pouvait pas avoir de sens si elle n’avait pas atteint son objectif primordial, à savoir mettre fin à la crise de légitimité par l’organisation des élections libres, démocratiques, transparentes et crédibles.
Vouloir c’est pouvoir, dit-on. Mais pour le cas des élections en RDC, tout le monde en voulait et à la fois n’en pouvait pas. La preuve est que lors du partage du « butin » à Sun City, la Commission Electorale Indépendante n’a pas fait l’objet de convoitise comme l’Espace présidentiel, le Gouvernement et le Parlement.
Le Maître de l’histoire a porté son choix sur Monsieur l’Abbé MALUMALU, un fils du terroir, pour relever ce grand défi des élections dans les conditions dont nous sommes tous témoins. C’est au prix de son honneur, de son abnégation qu’il a bravé, contre toutes les machinations diaboliques, la fatalité de tout un peuple meurtri qui avait fini par s’enliser dans une misère spirituelle qui cache son nom.
Il a suffit que l’Abbé Apollinaire MALUMALU donne forme à cette Institution pour voir surgir de partout des spécialistes en élections et autres experts. Alors que personne ne lui donnait aucune chance de réussir, ce valeureux fils du Grand Nord va surprendre le monde entier par son génie hors du commun jusqu’à faire de la RDC un modèle d’organisation des élections réussies. Son nom comme le vocable NANDE sont devenus des icônes en RDC. La pierre qu’ont rejeté les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle. WASINGYA, Abbé Président.
.
Quelles qu’eussent été toutes les stratégies peaufinées pour une organisation parfaite du processus électoral, les tristes événements qui l’ont accompagné ont démontré que l’inévitable pouvait toujours se produire.
Heureuse coïncidence ou fait du hasard, c’est comme si le Maître du destin du Congo était déterminé à sauver ce pays par le Grand Nord, car une fois de plus, il choisira le Général KATSUVA, notre frère, pour assurer, à la grande satisfaction de tous, la sécurisation du processus électoral. Il aura été le héros dans l’ombre qui a su conjurer le mal en l’étouffant dans l’œuf non sans perdre certains de ces vaillants policiers.
.
L’histoire de notre pays serait ingrate de ne pas reconnaître leur sang versé pour que la démocratie et la paix s’installent réellement au Congo. En leur mémoire et à celle de toutes les victimes de l’intolérance, gardons une minute de silence.
Ainsi, qu’il s’agisse du processus de réunification et du processus électoral, le Grand Nord doit être fier d’avoir offert à la Nation Congolaise une matière grise rarissime qu’il sied d’honorer.
Ne nous en voulez pas si nous nous arrêtons aujourd’hui à l’échantillon de ces quelques personnalités car beaucoup d’autres membres de notre Communauté ont fait des grandes choses pour notre pays tout au long de la Transition. Ils sont nombreux qui méritent nos applaudissements. Cet échantillon est une invite à une prise de conscience d’être toujours premiers à reconnaître et à faire connaître les mérites de nos frères sans attendre que d’autres personnes les applaudissent à notre place, encore qu’ils peuvent avoir leurs propres raisons pour ne pas le faire. Ecrivons désormais, nous-mêmes, notre histoire.
.
Tertio, aujourd’hui mieux qu’hier, il est un constat heureux que la pyramide tant prônée à la création du KYAGHANDA se consolide. C’est dans ce sens que ce jour, nous avons voulu, en recevant tous les membres de la Communauté récemment promus, renouer avec la fête des promotions, rangée longtemps dans les tiroirs.
Il s’agit, vous vous en doutez, d’un exercice fastidieux car faute de statistiques complètes, les oublis et les frustrations ne sont pas à écarter. Ce dont nous sollicitons toute votre indulgence car il fallait commencer quelque part.
Difficile est aussi le message à adresser indistinctement à tous les promus. Néanmoins, le mot qui convient à eux tous est celui de Félicitations. FELICITATIONS chers frères, chères sœurs : vous vous êtes faits distingués par vos mérites.
.
Mesdemoiselles,
Mesdames et Messieurs,
Permettez nous, tout de même, que nous puissions glisser un mot à l’endroit de nos opérateurs politiques puisque nous parlons de la pyramide.
.
Excellences,
Honorables,
C’est avec vous que s’ouvre le bal de la démocratie en RDC.
Le KYAGHANDA qui vous reçoit aujourd’hui n’a pas cherché à connaître votre origine, ni sociologique, ni géographique, ni religieuse, ni politique car il s’agit des clivages qui détruisent et dont nous devons nous départir.
Tout en sachant que vous venez de différents horizons, le Grand Nord doit être votre dénominateur commun.
Et nous sommes heureux et fiers de compter parmi nous, aujourd’hui, à l’aube de la Troisième République : 2 Sénateurs, 27 Députés Nationaux, 1 Ministre d’Etat, 2 Ministres, 1 Vice-ministre, 25 Députés Provinciaux et 1 Gouverneur de Province.
Cette performance peut être améliorée compte tenu du potentiel démographique du Grand Nord si nous tirons correctement les leçons du passé.
A ce propos, notre Association a fait des suggestions aux Députés Nationaux qu’on peut résumer comme suit :
Parlons en langue :
KENGA NYAMUHANGA
TAWITE MAHERO SYAWITE KIHUGHO
OBUGHUMA NI MWANDU ;
N’ABATAY’ EMBITA MOBALY’ EMBWA
Y’OMWAMI
N’OWOKUWE Y’ONA MUNDU
SIKIRYA OMUBA
.
Excellences,
Honorables,
Mesdemoiselles, Mesdames et Messieurs,
A une occasion solennelle comme celle-ci, l’on ne saurait s’empêcher de parler de la vie de notre Association.
Le Comité de Gestion a donc l’avantage de porter à la connaissance de l’auguste assistance que son mandat ainsi que celui des Comités des Viharo touchent à leur fin. Il faut d’ailleurs souligner qu’il s’agit d’un mandat qui est allé au-delà de sa durée.
.
La Commission électorale ayant déjà été mise sur pied, le renouvellement du mandat du Comité de Gestion dépendra de la promptitude avec laquelle seront déposées les candidatures aux postes à pourvoir, à savoir : la présidence et la première vice-présidence du Comité de Gestion et des Viharo. Montrons que nous aimons le KYAGHANDA en nous portant candidats aux différents postes.
Cette année, notre Association a totalisé 30 ans d’existence. Le KYAGHANDA, on doit le reconnaître, est essoufflé. Il est important de stigmatiser que les mêmes maux que la Commission de diagnostic avait relevés en 1995, continuent à le laminer.
Une thérapeutique de choc s’impose en commençant par la relecture des textes statutaires et réglementaires pour les adapter à la nouvelle donne.
.
Honorables,
Excellences,
Chers frères, Chères sœurs,
Lors de notre entretien avec nos Honorables Députés, nous avions adressé à ceux-ci un message sous forme des « AMAHANO » que nous devons pouvoir remettre aux membres du Gouvernement et aux différents Viharo.
A travers ces « AMAHANO » et notre intervention de ce jour, nous voulons rappeler à chacun de nous, de façon indistincte, ce que le KYAGHANDA attend de nous.
Oui, il nous faut être là et partout. A chacun de marquer son passage là où il est, pendant le laps de temps qu’il est là, petit soit-il, pour l’intérêt de la Nation et de la Communauté en particulier.
A chacun de comprendre que pouvoir égale responsabilité. Notre Communauté a besoin d’un Etat responsable, des Ministres responsables, des Parlementaires responsables, des Cadres responsables, des papa et mamans responsables, des étudiants responsables. Tous responsables vis-à-vis de la Nation, vis-à-vis des plus faibles et des plus démunis pour fonder une société humaine où la solidarité est un devoir et non un acte de magnanimité.
Cette responsabilité requiert un minimum de probité morale, un engagement ferme de servir, des efforts constants et, si nécessaire, des sacrifices.
Tout est là pour poursuivre et consolider la construction de la pyramide, raison d’être de notre Association.
Par ailleurs, nous sommes au regret de vous dire qu’après 30 ans d’existence, notre Association n’a pas de siège. Cela n’honore pas notre Communauté. Prenons ensemble aujourd’hui la résolution d’en faire notre priorité pour cette année 2007.
Que vive l’Association Culturelle Nande.
Que vive le Grand Nord.
Nous vous remercions.
(Discours prononcé par Mr Paul Matendere, Président du Comité Culturel de Gestion)
Daniel Kambale Kombi
Kinshasa
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*