Le Maire de Beni ordonne la suppression des TCB créés pendant la rébellion

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Chaque chose à une fin ! Plusieurs TCB vont être supprimés dans la ville de Beni. En effet, le Maire de la Ville de Beni, l’Honorable Julien PALUKU KAHONGYA, a décidé de réduire à un le nombre des bureaux de dédouanement des Containers, bureaux appelés communément TCB (ou Terminal de Containers de Beni), pour s’adapter à la politique du guichet unique à tous les ports ou aéroports d’entrée au Congo telle que décrétée par le gouvernement de transition sortant. La multiplicité des TCB était la stratégie utilisée pendant la rébellion comme sous le régime du feu Maréchal Mobutu de triste mémoire, pour ravitailler les caisses des différents mandataires de l’Etat qui géraient le pays comme une entreprise personnelle. Ainsi par exemple, le même container devait passer de bureau à bureau pour obtenir son visa d’entrée au Congo. Cela résultait non seulement à la multiplication des taxes mais aussi aux tracasseries des opérateurs économiques qui passaient des mois à la douane avant de commercialiser leurs marchandises. Si cette mesure de suppression des TCB est exécutée, il y aura désormais en ville de Beni un seul TCB au niveau de l’Entrepôt de l’OFIDA. Le dédouanement des containers peut espérer prendre les allures des pays civilisés où la loi est la même pour tous. Un autre vœu de la population est que les taxes perçus de l’import –export prennent enfin la destination des caisses de l’Etat et que l’Etat les utilise en retour au bénéfice des citoyens. Espérant que cette mesure courageuse n’est pas un fait de campagne électorale pour faire un clin d’oeil aux commerçants très courtisés en ce moment par les candidats assoiffés d’argent pour battre campagne, mais un acte souverain posé par le numéro un de l’exécutif de Beni, l’on peut dire que Julien Paluku Kahongya a, par cette mesure de guichet unique, contribué tant soit peu à l’assainissement du pool économique du Grand Nord.

Esther Soki,

Beni

Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*