Le Nord-Kivu sous la coupe des Hommes Arm

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Samedi 16 juillet 2010 : A 15h12, heure de Butembo, deux minibus de Butembo en partance pour Goma sont tombés dans une embuscade de coupeurs de route lourdement armés. Les passagers ont été torturés et dépouillés de tous leurs biens. C’était dans le village de Bwatsinge, non loin de la localité de Mighobwe.
 
Vendredi 15 juillet 2010 : A 23h00, heure de Butembo, le village de Vusekera au Sud du Territoire de Lubero a été attaqué par des hommes en armes et en uniforme militaire qui ont incendié une douzaine des maisons réduites en cendres avec tout ce qu’elles contenaient comme biens. Comme toujours, les habitants n’ont eu leur salut que dans la fuite. Au matin de ce samedi 16 juillet, les habitants racontent leur calvaire, la perte de leur gros et petit bétail, etc.
Une vieille dame de plus de 80 ans a été violée par les assaillants. Plusieurs  filles et leurs mamans qui n’avaient pas réussi à s’enfuir ont été enlevées par les assaillants pour servir de porteurs des biens pillés au village (opération Bebesha) et probablement d’’esclaves sexuelles.
 
Jeudi 14 juillet 2010 : Une délégation provinciale de sécurité  conduite par Son Excellence MUTETE MUNDENGA, Ministre Provincial de l’Intérieur, est arrivée à Butembo pour s’enquérir de la boucherie humaine dont la ville de Butembo est victime depuis plusieurs mois. Sur ordre de  cette délégation le Bourgmestre de la Commune Mususa, Mr Kambale TSIKO Patrick qui dirigeait la patrouille militaire dont le tireur tirant à bout portant Kasereka Pascal Mwanazaire, vient d’être suspendu de ses fonctions pour mesures conservatoires et mis au cachot de l’auditorat militaire de Butembo. Mais quelques heures après sa mise au gnouf de l’auditorat militaire, une grenade a été larguée  dans la cellule où il était incarcéré. Heureusement pour lui, Mr TSIKO venait juste de sortir pour être écouté sur PV dans une autre cellule. La grenade aurait été jetée à partir d’une autre cellule où étaient de prévenus militaires! Le pire a été évité de justesse. Mystère sur l’auteur de ce meurtre manqué de justesse. Les observateurs se demandent pourquoi le Bourgmestre TSIKO qui est un civil est entendu dans une cour militaire ? N’est-ce pas un fait qui confirme la concentration de tous les pouvoirs entre les mains de l’oligarchie militaire Tutsi/Hema qui commande de main de fer les Fardc dans toute la partie orientale de la RDC, de Kalemie jusqu’à Kisangani.
 
Mercredi 14 juillet 2010 : Deux jeunes garçons d’une vingtaine d’années d’âge ont été  assassinés et calcinés dans leur maison incendiée dans le village de Mukeverwa au Sud de Lubero à plus ou moins 35 km à l’ouest de la Cité de Kirumba. Au cours de la même attaque, tous les animaux de la basse-cour et tout le gros bétail du village ont été emportés.  
 
Butembo : Des hommes en armes ont saccagé un quartier de la Commune Vulamba, en ville de Butembo.
 
Dans la soirée du 13 au 14 juillet 2010, vers 21h00, heure locale, une dizaine des maisons ont été systématiquement pillé en Commune Vulamba au Q. Congo ya Sika, dans la cellule Brazza par un groupe d’hommes en tenue civile, parlant KINYARWANDA et un swahili bizarre, nous ont rapporté les rescapés. Plusieurs biens ont été emportés, des personnes torturées et poignardées.  
 
Goma : 5 personnes assassinées à Goma, un bandit brulé vif et découpé en morceaux par la population en colère. La soirée du 12 au 13 juillet 2010, a été cauchemardesque pour les habitants de la ville de Goma. Les hommes en armes sont entrés dans une parcelle et tué 2 personnes sur le champ.
 Quand la population du quartier était descendue dans la rue pour protester, un Inspecteur de la Police de Goma a ouvert le feu sur la foule tuant deux beniluberois. La colère de la population a alors monté d’un cran après cette bévue d’un officier de la Police. Comme le cadavre du bandit était encore sur le trottoir, la colère de la population s’est alors déchainé sur le cadavre qui fut tue deux fois par les coups et par le feu.  
 
Beni : Opération Ruwenzori : DES MORTS DE PLUS
 
En ces jours les opérations de traque des ADF-NALU se poursuivent en Territoire de Beni. Après MWIHALIKA en chefferie ISALE-BULAMBO, Collectivité des Bashu,  au Sud du Territoire de Beni, les FARDC poursuivent les opérations militaires dans  le Secteur de Beni-Mbau, au Nord du Territoire de Beni, sur l’axe MUKOKO-ERINGETI.
De MUKOKO à ERINGETI, en passant par, KOKOLA et LINZO-SISENE pour ne citer que ce tronçon, les morts se comptent par dizaines depuis dimanche 11 juillet à ce jour. Les populations craignent et les Fardc et les rebelles ougandais. Des tirs à l’arme lourde sont entendus sur l’axe MUKOKO-ERINGETI mais il est difficile pour la population de savoir ce qui se passe sur le terrain de bataille. Tout ce que la population peut confirmer c’est l’existence des victimes civiles et militaires. Une attaque de la semaine qui vient de s’écouler aurait fait 18 morts, deux blessés graves du coté FARDC. On parle aussi d’un ADF-NALU tué. Les civils quant à eux font le gros des victimes. On retrouve ça et là des corps sans vie le long de la route et des sentiers de la région. Le Jeudi 15 juillet, deux corps ont été retrouvés à MUKOKO (33 km au Nord de BENI), sur un sentier agricole. Il s’agissait des femmes qui visiblement étaient parties chercher un peu de nourriture pour leurs enfants déplacés loin de leur village. Personne ne sait encore qui des Fardc et des ADF-NALU aurait exécuté ces deux mamans congolaises.  
 
Par ailleurs, sur l’axe MBAU-KAMANGO, à 30 km de Mbau, non loin de MAMUNDIOMA, deux autres corps sans vie ont été retrouvés. Ils ont été identifiés comme des taximen. Jusqu’à présent les corps de ces deux taximen n’ont pas encore été récupérer du lieu du crime car personne, y compris les Fardc qui qualifie l’endroit de dangereux. Notez que deux corps des Policiers congolais de MAMUNDIOMA, kidnappés et tués la semaine écoulée n’ont pas non plus été récupérés du lieu où certains civils les auraient aperçus!
Entretemps, les déplacés affluent toujours à OICHA (chef-lieu du Territoire de Beni). Selon le Chef de Cité d’OICHA, le Comité d’Accueil de Déplacés avait déjà enregistré Vendredi 45 000 déplacés.
 
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*