Le P. Joseph Delvordre, a.a, Pionnier de Mass Medias au Grand Nord

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Le P. Joseph Delvordre, Assomptionniste, Français, est incontestablement le pionnier des Moyens de Communications Sociales au Diocèse de Butembo-Beni. Missionnaire au Congo depuis 38 ans, Joseph a fait de la communication le pivot de son apostolat. Avec des moyens de bord et au milieu d’une population vivant plus de la tradition orale que de l’écrit, dans un pays dépourvu des services fiables de la Poste, Joseph créa des lettres hebdomadaires dans les paroisses où il était affecté. Les plus anciens d’entre nous se rappelleront des feuillets de semaine appelées « Eritumo », « Moto », etc., avec des adresses des destinataires collées artisanalement et transportées dans des poches des catéchistes ou des walomba de passage à la mission pour des enseignements ou pour des célébrations eucharistiques, jusque dans les fins fonds des villages des paroisses de Mavoya, Mangina, Kitatumba, Mbau , bravant ainsi les intempéries atmosphériques de cette région à cheval de la ligne Equateur. A chaque génération ses idées et ses moyens ! Pendant que personne ne pensait qu’un jour le Grand Nord serait un carrefour des Médias modernes, avec des radios, des journaux, des écoles de journalisme, des web sites, des télévisions, des téléphonies portables, des cyber cafés, Joseph préparait, peut-être sans le savoir, ou peut-être au grand mépris des moqueurs, le terrain du boom communicationnel du Grand Nord d’aujourd’hui. Un jeune du nom d’ Edgar Mahungu qu’il avait fait étudier à ses frais aux Facultés Catholiques de Kinshasa vient d’être promu Président de la HAM (Haute Autorité des Médias) de la Province du Nord-Kivu par le Gouvernement de Transition. D’autres jeunes qui ont bénéficie de ce qu’on peut appelé « Fondation Delvo » sont professeurs des communications sociales dans les écoles de Butembo et de Beni. En ce sens, le Père Joseph doit être un exemple pour les générations actuelles formées et habituées à l’instantanée et au digital et qui voudraient tout avoir tout de suite comme par une baguette magique. Ce qu’on peut tirer du témoignage de vie de Joseph Delvordre, ce que tout ne vient pas tout de suite. De fois, il faut attendre des années et dans la patience, pour voir le fruit de son travail. Dans sa dernière lettre écrite de France aux amis de la Radio Moto, le Père Joseph décrit les activités de la Colline Kambali qui surplombe la Ville de Butembo, la colline où lui-même travaille actuellement pour le bénéfice de la Radio Moto et du Cyber Delvo.

  1. La Radio Moto Butembo Beni (RMBB)

« La construction a été terminée en 2003. Un émetteur de 1000 watts, le pylône d’antennes se trouvent à 19klm, à la paroisse de Kyondo à une altitude de 2300m relié à la radio par un pont hertzien. Elle couvre la presque totalité du diocèse et autres territoires. Une turbine sur une grande rivière fournit un courant gratuit. Nous attendons cette année un émetteur de 2500 watts, qui aurait dû arriver l’an dernier de Padoue en Italie par un convoi de trois camions débarqués à Mombasa au Kenya. Notre ami le septuagénaire Lino Gabrieli de Venise est à Kyondo depuis 15 ans. Avec Maria son épouse, il apporte beaucoup pour le développement de la région. Avec le soutien d’un groupe paroissial en Italie Il aide nos médias. Lui et son ami Ennio, ingénieur de la RAI (Radio nationale italienne) pourraient cette année installer la TV, réalisation retardée depuis des années.»

  1. Le Centre de Formation Informatique de l’Assomption (CFIA)

« Le CFIA existe sur la colline de Kambali depuis 2 ans. Le CFIA avait commencé à la grande école technique de Mahamba, tenue par les assomptionnistes. Le bâtiment est coquet et fonctionnel : 40 ordinateurs sont là, deux fois 50 étudiants, matinée et soirée. L’ordinateur est incontournable de nos jours où que nous soyons. Le P. Baudouin Muhindo, a.a. est un expert, il a organisé avec toute une équipe de professeurs une formation pointue pendant 6 mois, avec des cours de perfectionnement en français, anglais. Les étudiants doivent être au départ assez doués en mathématiques. On rêve d’une formation plus poussée en six ans avec la venue de jeunes diplômés de l’université de Padoue. »

  1. Le Cybercafé Delvo

« Le Cybercafé Delvo a bénéficie de l’ADEN (Appui au Désenclavement Numérique), entrepris par le Centre Culturel Français de Kinshasa pour son équipement en ordinateurs (8) plus le serveur, une imprimante, un scanner, quatre connexions extérieures sur la ville pour des commerçants, des ONG, l’ISEAB-Philosophie. Toutes ces connexions demandent une bonne gestion du temps de connexion, de la facturation, de la maintenance. Le salon d’accueil du Cyber est très fréquenté, beaucoup ont acquis une adresse email et passent tous les jours visiter, envoyer, recevoir des mails, faire des recherches. Il faut savoir que la connexion à l’Internet par antenne parabolique revient 12 fois plus chère en Afrique qu’aux USA. »

P. Vincent K. Machozi, a.a.

Boston, USA

Beni-Lubero Online

 

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*