Le salaire des morts d

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Le SYECO (Syndicat des Enseignants du Congo) accuse la Sous-division de l’EPSP-Nord-Kivu II de Butembo de détournement des salaires des enseignants décédés, mutés ou mis en disponibilité par ses hauts cadres. Cette malversation financière qui va jusqu’à dépouiller les morts, aurait déjà enrichie les accusés qui seraient occupés maintenant à peaufiner des stratégies pour se maintenir à ce poste juteux.
. 
Bureau de la Sous-Division EPSP/Butembo
Comment a-ton découvert le pot aux roses ? Tout est parti de l’acrobatie de l’actuel chef de la Sous-division, Mr. Constantin Kombi Kalimwendo pour prolonger son mandat qui touche à sa fin. D’après les sources des syndicalistes, Mr. Kombi Kalimwendo Constantin aurait expédié un montant assez important à Mr Aboke, autorité centrale de l’EPSP pour le corrompre enfin d’obtenir une garantie de rester au poste pour un nouveau mandat.
.
La Syeco demande qu’une enquête soit diligentée par une équipe non corruptible enfin que justice soit faite dans cette affaire qui brise toutes lois morales et professionnelles. Voler aux enseignants morts, c’est les tuer deux fois. Certains de ses enseignants sont morts par manque de soins appropriés. Ils ont laissé femmes et enfants dans le dénuement total. Et voilà que le malheur des uns fait le bonheur des autres. Que justice soit faite à l’égard des toutes les victimes mortes et vivantes.
.
Interrogé par les journalistes, l’accusé a expliqué que le salaire des enseignants est payé non par lui mais par le secop et que s’il y a dépouillement des morts et des vivants, c’est plutôt à l’instance chargée de la paie des enseignants qu’il faut demander des comptes. Aussi, l’accusé a-t-il poursuivi, d’après l’arrêté du Commissaire d’ETAT de 1989, l’Etat Congolais paie non l’individu mais plutôt le poste, ce qui fait que le salaire de l’enseignant décédé, muté, ou mis en disponibilité, est remis au remplaçant et non à la famille du défunt ou de l’absent. Quant à l’origine du financement des motos de marque SENGE qu’utilisent actuellement les Inspecteurs de l’EPSP – Butembo, Mr Kalimwendo a dit sans ambages que ces motos sont le fruit de 2 000 US$ de cotisations permises par l’ANAPECO à l’occasion de l’élévation de la Sous-division de Butembo au rang de Sous-division provinciale.
.
Seul le résultat de l’enquête en cours permettra de départager Mr Kalimwendo et ses accusateurs de la Syeco dans cette affaire qui demontre qu’après avoir gagné la guerre contre les agresseurs rwandais et ougandais, les congolais devraient se préparer à gagner la guerre contre la corruption qui fait aussi des victimes humaines innombrables.
.
Juvenal Paluku
Butembo
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*