Les congolais réclament que justice soit faite contre ces gens qui ont tant versé le sang de ses filles et fils!

Le secret de l’acharnement du Rwanda sur le Docteur Denis Mukwege

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Le médecin congolais Denis Mukwege est un Prix Nobel de la paix dont la valeur, l’humanisme et l’engagement pour la justice sont mondialement reconnus. Les œuvres remarquables menées par Mukwege depuis plus d’une decennie confirment en suffisance ce grand estime dont il bénéficie actuellement devant les opinions internationales. Voilà ce qui justifie tout ce soutien universel qui lui provient de toute part. D’où vient alors cet acharnement paradoxal que les caciques rwandais, le général James Kabarebe et les hommes forts du pays aux mille collines, déchaînent sur l’illustre Prix Nobel de la Paix congolais?


Monsieur Denis Mukwege a démontré par son courage, dans l’action et dans la parole, que la République Démocratique du Congo ne saura jamais être un Etat de droit sans une justice réparatrice que doivent subir tous les coupables de crimes de viol, des destruction méchantes et des massacres commis dans le pays en général et dans sa partie est en particulier. Ce faisant, Mukwege a certainement puisé dans le fond de son charisme personnel, en tant qu’une figure épris du souci d’une justice équitable irréversible, mais il s’est également appuyé sur le rapport “Mapping” des experts de Nations Unies, lequel rapport se trouve aujourd’hui comme miroir de vérité sur la tragédie que traverse spécialement la population congolaise innocente du Kivu et de l’Ituri, victime de son hospitalité et de sa générosité à l’endroit de ses voisins.


Docteur Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix

Le Rwanda recherche la tête du docteur Denis Mukwege à cause de sa réclamation insistante auprès de la communauté internationale pour le suivi dudit rapport. Quoi de plus normal que de comprendre d’emblée l’agitation suspecte du général rwandais James Kabarebe avec une langue aiguisée comme une flèche juste pour vouloir donner un coup mortel à un innocent Mukwege!


Le Rwanda est bien conscient que c’est bien lui l’auteur des crimes décrits dans le Mapping du début jusqu’à la fin. Kigali orchestre la planification et l’exécution des massacres des civils congolais toujours de manière croissante depuis 1996, et de surcroît amplifiés encore de plus bel de nos jours sur les hauts plateaux du Sud-Kivu, dans la région de Beni et en Ituri, au nom d’un appétit glouton de pillage des ressources naturelles de cette région de la RDC, débouchant finalement sur un vaste plan de la balkanisation qui lui permettrait de bien occuper et exploiter l’espace congolais envié.


En tout ceci, le bras d’exécution du président rwandais Paul Kagame a constamment été le général James Kabarebe. Imaginez bien un tel scénario qui hisse un général de l’armée officielle rwandaise comme chef d’Etat-major général de l’armée nationale congolaise. Tel fut l’horreur dont le peuple congolais et toute la communauté internationale ont été témoins de 1996 à 1998. Et, comme si cela ne suffisait, il a fallu imposer au peuple congolais un citoyen rwandais (2000 à 2018) au fauteuil du président de la République. Aurait-on vraiment raison de s’étonner que les deux dernières décennies aient connu l’apogée des crimes de tous genres en R.D. Congo? Tout était mis en marche pour affaiblir littéralement la RD Congo en tant que Nation.


Conformément au laboratoire politique fonctionnant des mains du pouvoir du FPR à Kigali pour téléguider les affaires publiques de la R.D. Congo, on a pu voir la succession de trois pseudo-rebellions (le Rassemblement Congolais pour la Démocratie, le Congrès National pour la Défense du Peuple, le Mouvement du 23 Mars) ainsi que la prolifération des groupes armés aussi bien à identité nationale qu’étrangère, tous tournés contre le peuple congolais avec la complicité d’un président de la République qui prétend être la filiation du sang du feu Mzee Laurent-Désiré Kabila. L’Ituri paya son premier prix par la sanglante guerre interethnique de 1999-2003. Beni assiste impuissant à l’holocauste de ses filles et fils de 2014 à nos jours immolés sur l’autel des génocidaires rwandais. Le Kasaï connaîtra sa part de douleur avec le phénomène de Kamwina Nsapu. l’invasion du sud de l’Ituri et du sud de Lubero se fera en pleine journée par des immigrants illicites rwandais ayant mission d’exterminer la population autochtone, tout en expropriant les survivants du patrimoine terrien hérité des ancêtres. Et l’Ituri connaîtra la deuxième phase de sa tragédie, telle qu’elle dure encore jusqu’à nos jours. les habitants des hauts plateaux du Sud-Kivu ne cesseront d’expérimenter une boucherie humaine qui éloigne tout espoir du lendemain.


Vraiment la main du Rwanda a été habile, et elle l’est encore, malgré le voile qui tombe chaque jour de sa face pour laisser découvrir son vrai visage devant le monde. Même la communauté internationale en a payé le prix, à cause de son silence complice, en sacrifiant dans l’oubli ses casques bleus tués par les rwandais au niveau du pont Semuliki sur la route Mbau – Kamango, dans la région de Beni. La liste des tristes exploits tragiques et criminels du régime rwandais du FPR en RDC pourrait se prolonger vers l’infini.
Voilà le boom de réalité dont l’humanité entière est témoin, telle qu’elle a été consignée dans le rapport “Mapping”. Il n’y a absolument rien de si personnel et propre à un Docteur Denis Mukwege, en sorte que Kigali tire un alibi pour justifier son acharnement sur sa personne.


La justice réclamée par Mukwege sur fond de ce rapport Mapping n’est qu’une voix exprimant le souci profond de toutes les victimes des crimes ouvertement commis par le régime de Kigali en R.D. Congo. Quoi de plus encourageant pour le Prix Nobel de la Paix congolais que de constater que même les puissances occidentales soutiennent largement le besoin de justice, tel qu’entre autres le Sénat Américain et la France l’ont bien manifesté ces jours.


Kigali n’a vraiment pas à s’agiter, mais devrait courageusement attendre avec patience de répondre de la responsabilité de son implication dans la tragédie qui n’aura que trop duré de ses mains en R.D. Congo en général, et dans le Kivu-Ituri en particulier. Car tous les congolais sont fermes pour soutenir le Docteur Denis Mukwege pour réclamer Justice et réparation.

Rédaction BLO

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Un commentaire

  1. Nicolas Kaitenda Mulonda

    Le vin tiré, il faut le boire; le boire jusqu’à la lie. Les Rwandais se sont montrés intrépides, super puissants et impénitents. Qu’ils assument leur responsabilité devant Dieu et devant les hommes.
    Le docteur Denis Mukwege est Prix Nobel de la paix, il croit dur comme fer que la restauration d’une paix durable dans les Grands Lacs passe par l’application d’une justice punitive. Nous sommes derrière lui.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*