Les présumés ADF passent à l’étape d’occupation du territoire national à Beni

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Les massacres des compatriotes congolais sur le territoire national à Beni n’a jamais attiré l’attention active des autorités du pays. Les mêmes autorités seront-elles maintenant sensibles à l’occupation des entités où les présumés ADF iront désormais jusqu’à usurper leur pouvoir par l’imposition de leur propre ordre social et administratif?


Dans l’embarras que suscite ce phénomène, les autochtones victimes, et mêmes d’autres citoyens à l’extérieur et à l’intérieur du pays, s’interrogent si Beni fait l’objet d’une zone délibérément sacrifiée aux ennemis de notre peuple. Aujourd’hui, toutes la plupart des localités autour de la cité d’Oicha sont ouvertement passées sous le contrôle des présumés ADF. Manzanzaba, Ahili, Kengele et Pongopongo au nord-est d’Oicha sont comme un Etat dans un Etat. C’est le règne d’un terrorisme qui vise évacuer tous les autochtones vers des lieux d’asile bien loin de leurs terres natales. Ceux qui tentent de résister le font toujours au risque de leur propre vie. Selon la socièté civile de Samboko, deux femmes ont échappé à l’enlèvement à Manzanzaba le samedi dernier, mêmement d’une famille entière à Kengele.


D’après des informations vérifiées, l’intention desdits présumés ADF consiste à parvenir, dans le plus vite possible, à contrôler l’entierté de la zone qui comprend tout l’est de l’axe routier Beni – Eringeti. Entretemps, le gouvernement complice continuera à favoriser ce plan en gardant l’indifférence. Chose extrêmement étonnante, c’est que le nouveau président du pays ne fait qu’hériter l’attitude de son prédécesseur: les massacres de Beni, la perte massive des vies d’homme, et la menace de l’intégrité du territoire national dans le grand Nord-Kivu et l’Ituri ne font plus partie de ses priorités, il ne les mentionne nulle part dans son programme d’urgence des 100 premiers jours de son règne.


Qui sauvera le congolais? Il devient claire que le salut du congolais n’est possible que par lui-même, en se levant contre la continuité d’un système politique assis sur la corruption, la tricherie (fraude) et un opportunisme sadique.

Talangai Katchelewa
Correspodant BLO
Beni

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*