Les massacres de Beni et Ituri ne cessent de préoccuper l’Eglise Catholique.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

 

Une forte délégation de l’ACEAC (Association des Conférences des Evêques d’Afrique Centrale) et de la CENCO (Conférence Episcopale Nationale Congolaise)  a clôturé les activités   de sa mission dans l’Eglise de Butembo et Beni le 20 janvier 2021. Arrivé à Beni le vendredi 16, les évêques ci-haut nommés avait la mission de venir soutenir le peuple de la région de Beni meurtrie par des massacres des populations par un groupe armé depuis 2014.  Jour pour jour, les évêques ont  prêché et prié pour la paix. A Beni cité par exemple, on pouvait entendre des exhortations fortes et mobilisatrices des prélats. Aux congolais de Beni, il a été dit : « Protégez votre terre, priez en agissant… faisons des efforts pour protéger chez nous jusqu’à la fin du monde», et aux étrangers qui viennent troubler l’ordre et tuer :   « Si vous voulez la paix, restez chez vous ». Il a été demandé aux congolais collaborateurs des ennemis de  renoncer à la trahison.

Après la messe à la Paroisse Notre Dame des Pauvres de Mbau,  ils ont planté trois arbres dans la cours paroissiale en signe de mémorial de trois prêtres assomptionnistes portés disparus depuis la nuit du 19 octobre 2012.

Pendant leur séjour, ces prélats catholiques ont rencontré plusieurs catégories sociales : des rescapés des massacres, des membres de la société civile, des associations des jeunes,  des autorités politico-administratives, des chefs de l’armée et de la police, des professeurs d’universités dans leur association, etc. Bref, nos pasteurs ont beaucoup entendu et appris sur la situation de Beni et de l’Ituri.

Pendant chaque célébration, le Président de l’ACEAC a expliqué régulièrement aux fidèles venus prier que sa structure fera de son mieux pour dire aux dirigeants des pays de la région de Grands lacs qu’ils doivent concourir à la paix à l’Est de la République Démocratique du Congo. En outre, dans l’emble, nos pasteurs ont demandé aux leaders locaux de travailler à la maîtrise de l’identité des auteurs des massacres et à la population de prier en agissant pour défendre leurs terres.

Pour rappel, l’Eglise catholique mobilise régulièrement ses pasteurs et diplomates pour compatir avec l’Eglise locale et la population meurtrie. Ils viennent de tous les horizons : De Rome par la nonciature, de l’Afrique de l’Ouest, de l’Afrique centrale et de la CENCO pour que personne de dise : « Je ne savais pas qu’on massacre des gens à Beni et en Ituri ».

Reportage EGLISE Cath. MP4

 

Pascal Masumbuko

Beni

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*