Les Nande attendent sanctionner les promesses non-tenues

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Les populations de Beni-Lubero n’ont jamais eu accès à l’électricité. Pourtant nul n’ignore que l’électricité est l’une des conditions du développement à côté de l’eau, du logement, de la route, de l’emploi, etc. Par coincidence ou pas, ces conditions du développement se retrouvent dans les 5 chantiers ou promesses électorales du Président Joseph Kabila.
D’aucuns croyaient que le salut des Nande passerait par ces promesses du Chef de l’Etat lors de sa campagne électorale en 2006. Mais quelle déception? Joseph KABILA, lors de son dernier passage chez les Nande avait entendu de ces oreilles cette déception des Nande. Pendant son discours, les personnes venues l’écouter à l’étape de Beni, ne cessaient de crier de la foule « amani » ( paix) , « courant », comme pour lui dire que sa promesse de paix et d’électrification n’était pas tenue trois ans après son élection et pourquoi faire d’autres promesses si les précédentes n’ont pas été tenues…
.
Il est vrai, les Beniciens nécessitent l’électricité non seulement pour éclairer leurs habitations ou leurs routes et avenues, mais aussi pour relever leurs productions industrielles. Les Entreprises locales à l’instar de: ENRA traitant la papaïne et le bois, SAVON SAFI produisant localement du savon et TAKENGO produisant du jus et autres boissons n’ont besoin que du courant pour tourner chaque jour.
.
UN SIMULACRE DE REALISATION
.
Joseph KABILA avait tenté de faire un geste. On se rappelle la remise des Groupes Electrogènes et de leurs accessoires par le biais de l’Ex-Ministre de l’Energie, actuel Ambassadeur accrédité au Burundi, Mr Salomon BANAMUHERE BALIENE, fils de Mutwanga, territoire de Beni, alors Directeur de Campagne du Chef de l’Etat à Beni-Lubero. Ce geste n’était qu’un véritable simulacre, car jusqu’à ces jours les Groupes Electrogènes n’ont jamais été au service de la population.
.
Pour ce qui est d’OICHA (Chef-lieu du Territoire de BENI), le Groupe n’a jamais été allumé pour plus de 3 jours depuis sa réception. Le matériel qui accompagnait ce semblant de cadeau, est aujourd’hui à la base de nombreux accidents au point que certains appellent ce simulacre de cadeau « une autre arme de destruction massive ». En effet, les poteaux à bois porteurs des câbles conducteurs du courant sont à la base de nombreux accidents au moindre vent ou pluie suite à leur vétusté.
.
Parmi les accidents provoqués par le cadeau de Joseph Kabila, on peut citer celui du 2 mai courant, quand un poteau était tombé sur des étudiants de l’ISP-OICHA dont une dizaine avait été admise à l’Hôpital Général de la place.
Ailleurs comme en ville de BENI ou de BUTEMBO, on voit les poteaux largement inclinés et les Câbles conducteurs du courant à même le sol. L’autorité publique devrait y coller des pancartes pour demander à la population de ne pas s’en approcher car ces poteaux constituent une autre cause de la mort à côté des assaillants rwandais et ougandais qui rodent à travers la province.
Avenue Principale de la Cité d’Oïcha, Chef-lieu du territoire de Beni
Si en ville de BENI le Groupe Electrogène don du Chef de l’Etat peut être entrain de servir vaille que vaille une minorité de grosses légumes [nantis] du boulevard, la population n’y trouve pas du tout son compte. Vue sa consommation monstrueuse du mazout [1fût/heure], le cadeau de Joseph Kabila produit des effets contraires : la colère des béniciens qui ne peuvent en profiter sans se ruiner.
Faible éclairage du Rond Point Beni by night
A BUTEMBO, la population avait désavoué ce don du Chef de l’Etat quelques jours seulement après les essaies. C’était une «feinte» déclarent nombreux habitants. Le Président KABILA en est conscient. Il n’était pas surpris d’être reçu dans l’obscurité à l’occasion de son bref séjour qui l’a conduit à rencontrer son homologue Ougandais Yoweri MUSEVENI à KASINDI [à la frontière].
.
TOUJOURS DES PROMMESSES
.
De nouveau le Chef de l’Etat a promis électrifier cette zone à partir de l’Ouganda. Il l’avait dit au cours de meeting populaire en présence de Yoweri MUSEVENI qui avait réitéré ces promesses, confirmant les propos de Joseph KABILA.
Si cela n’est pas le 2è épisode du spectacle, les lots de matériels [Poteaux, Câbles et accessoires] venus de l’Ouganda seraient déjà à BENI dans les installations de la SNEL. Une autre partie serait déjà déposée à KASINDI pour éclairer le pays des Nande. Cependant, on se pose la question de savoir pourquoi Joseph Kabila ne veut pas de la SENOKI qui est une entreprise des Nande ? Pourquoi donner tous les chantiers aux étrangers ?
.
Les électeurs et électrices de Beni-Lubero attendent ainsi Joseph KABILA en 2011. Si la population de BENI-LBERO sera toujours pourchassée par les assaillants rwandais et ougandais et toujours sans électricité, la sanction sera exemplaire, pas seulement pour Joseph Kabila mais aussi pour tous ses acolytes et autres politiciens qui ne font que chanter les 5 Chantiers mais qui ne font rien pour matérialiser ne fut-ce qu’un chantier.
.
Les populations Beniciennes, particulièrement celles du Territoire ne se laisse pas endormir sur les promesses. En 2011, elles jugeront les candidats en fonction de leur participation aux initiatives locales en cours.
C’est ainsi qu’à MAVIVI [15km au Nord de BENI, en Collectivité de BENI-MBAU], la population s’efforce à travers des contributions locales et travaux communautaires à monter une microcentrale hydro-électrique. Parmi les bénéficiaires qui se sont livrés à benilubero.com, ils espèrent faire aboutir leur projet d’ici 4 mois. Ils ne veulent pas attendre le courant des Ougandais dont ils n’auront pas la manette de contrôle.
.
A OICHA [Chef-lieu du Territoire de BENI], la population locale sous l’égide de la CECA20 s’unit dans la réalisation d’un vieux projet datant de 1989 et maintes fois suspendue faute d’appui financier.
.
Un bon Samaritain s’étant annoncé pour soutenir l’oeuvre, les habitants se sont mobilisés comme un seul homme pour poursuivre les travaux au Site CHO-CHOTA, entretenu sur la rivière MAMUNDIOMA [à 4km-Est de la Cité].
Pendant ce temps, à MANGINA [Cité située à30km-Ouest de BENI], la population regroupée au sein du fameux projet PROJEMA. [Projet d’Electrification de Mangina], compte à son tour construire une Microcentrale sur la rivière TUHA [à 8km de la cité] pour sortir du noir. Les tenants de ce projet tout en appelant à la charité d’un éventuel bon samaritain, comptent sur l’engagement de la communauté locale pour y arriver.
.
Par ces initiatives et bien d’autres que nous n’avons pas citées ici, les populations de Beni-Lubero envoient un message aux politiciens qui mentent à longueur des journées pour promettre un courant hydraulique de l’étranger au moment où on peut l’avoir localement. La population locale est prête à voler par ses propres ailes et attend le soutien de l’Etat. «Oyo walindirira akanga togha mwa kesh’omo ndina yo muthi»
.
O.BAHATI
Beni
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*