MbusaNyamwisi

Les partisans de Mbusa Nyamwisi traqués par le régime de Joseph Kabila

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Depuis que Mzee Antipas Mbusa Nyamwisi a quitté le titanique de la Majorité Présidentielle pour remettre son costume d’opposant politique, les cadres de son parti politique RCD-K-ML sont constamment la cible des sbires du régime de Joseph Kabila. Tous les officiers militaires qui n’avaient pas encore quitté le pays sont soit morts assassinés ou en résidence surveillée. Cette cabale d’intolérance politique s’étend aussi sur les hommes d’affaires et leurs familles ayant des relations avec Mzee Antipas Mbusa Nyamwisi, Président National du RCD-K-ML et Candidat Malheureux aux Elections Présidentielles du 28 Novembre 2011.

MbusaNyamwisi

La Société Civile du Nord-Kivu dénonce cette intolérance politique qui ne s’explique pas au lendemain d’un exercice de démocratisation de la RDC. La détermination avec laquelle les sbires du régime de Joseph Kabila s’adonnent à cette chasse à l’homme remet sur la table le projet à court terme d’occuper le Kivu-Ituri par un parti unique valet du régime de Kigali et à long terme, balkaniser le Kivu-Ituri par le biais d’un simple referendum d’autodétermination. Cette lecture des événements se base aussi sur l’acharnement contre les mouvements des congolais résistants à l’occupation rwandaise aussi bien au Kivu comme en Ituri. Pendant que ceux qu’on appelle rebelles étrangers (FDLR, LRA, ADF/NALU, Mbororo) continuent à massacrer les congolais sans qu’aucune force militaire comme celle déployée aujourd’hui à Kinshasa et dans toutes les capitales provinciales n’entre en action contre eux, les vrais Mai-Mai ainsi que les partisans du RDC-K-ML et d’autres partis d’opposition sont constamment sous menace de mort. Aux dernières nouvelles, Joseph Kabila attend nommer Jean-Bosco Ntaganda en Ituri pour y traquer tous les résistants et les opposants afin de les mettre hors d’état de fonctionner. 

C’est donc dans ce contexte pour le moins suspect qu’il n’est pas aujourd’hui bon d’être appeler partisan du RCD-K-ML de Mbusa Nyamwisi. Les faits ci-dessous recueillis par la Société Civile en témoignent : 

– Vendredi 16 décembre 2011, Mr KAMBALE MUDA Aristide, suiveur en douane, résident sur Avenue SAIDI, No.38, au Quartier KASABINYOLE, Commune de Ruwenzori, en Ville de BENI a été enlevé en plein jour au Rond Point du 30 juin (au Centre ville). 4 militaires, dont 2 en treillis militaires et 2 en civils sont venus le kidnapper vers 16h00, heure locale, pour l’amener à bord de leur voiture de marque TERANO (couleur noire) vers une destination inconnue. Les recherches menées par ses proches révéleront plus tard que la victime avait été conduite au Bureau des renseignements militaires (T2) où il était torturé. Ses bourreaux lui demandaient de révéler tous les secrets de MBUSA NYAMWISI pour qui il travaille depuis longtemps comme Cadre et proche détaché en Ville et Territoire de Beni. Mr MUSA sera libéré 24 h après une pression de membres de sa famille, de la société civile et d’autres partenaires sous condition de ne pas quitter le territoire de Beni.

 

– Mardi 20 décembre 2011, Mr VYAMBWERA KATHUNGO, Grand Opérateur économique, résident en Commune de KIMEMI, en Ville de BUTEMBO a été interpellé par les Services des Renseignement(ANR)/Ville de Butembo. Cet opérateur économique et ancien officier militaire de l’armée de Mobutu est depuis lors interdit de quitter la Ville de Butembo. L’ANR lui a imposé un agent qui ne le quitte plus d’une semelle pour surveiller tous ses mouvements, ses visites reçues et rendues, et en faire rapport à sa hiérarchie tous les 24h. Mr Vyambwera qui a d’énormes activités en Ville de Butembo, Beni, Goma, Kinshasa, et à l’étranger a déclaré que cette espèce d’assignation en résidence (ville) surveillée est dommageable pour ses activités économiques. Le mal de cet homme d’affaire serait que sa fille, Mlle KAVIRA VYAMBWERA a postulé comme Candidate député national en Ville de Butembo sur le compte du RCD/K-ML de MBUSA NYAMWISI. 

– Les Officiers militaires FARDC issus de la branche armée du RCD/K-ML ne sont pas épargnés par cette intolérance politique. On peut citer le cas du Major PIERROT qui est aux arrêts depuis le début du décembre 2011. Aussi, le Colonel KIMBUTU, en congé familial à Beni, reçoit des intimidations de toutes sortes de la part des autorités militaires au point que son congé est devenu, selon l’infortuné, plus un cauchemar qu’un temps de repos en famille. 

– Le Vendredi 16 décembre 2011, le Frère Mokobe de la Congrégation Diocésaine des Frères de l’Assomption et originaire du même secteur que Mbusa Nyamwisi, a été enlevé nuitamment de son couvent de Beni-Paida. Trois jours après, il utilisera le téléphone de ses ravisseurs pour dire à ses supérieurs religieux qu’il se trouvait quelque part en Territoire de Rutshuru. Il est retourné à Butembo par bus très affaibli et n’a pas encore fait de déclaration sur l’identité de ses ravisseurs et le calvaire qu’ils lui ont fait subir. 

Devant cette intolérance politique qui inquiète les beniluberois, la Société Civile du Nord-Kivu sollicite l’implication expresse de la MONUSCO et des autorités nationales pour mettre fin à ces pratiques qui fragilisent la cohésion nationale et qui sont une menace de la démocratie. 

Source : Déclaration de la Société Civile du Nord-Kivu 

Obède Bahati 

Beni

©Beni-Lubero Online      

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*