Les Rebelles ADF/NALU circulent librement

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Le constat triste vis-à-vis des Opérations Ruwenzori. Au lieu de déloger les rebelles ougandais ADF/NALU, elles ont délogé des populations civiles congolaises. Pendant qu’on s’attendait à une action de grande envergure de la part des FARDC pour remédier à cette situation, on constate la réapparition des rebelles ougandais dans les localités abandonnées par les congolais et une certaine lassitude du côté Fardc. Sur terrain, des ADF/NALU paraissent plus forts que jamais et circulent librement dans plusieurs localités du Secteur BENI-MBAU faisant plus des victimes congolaises qu’avant les Opérations Ruwenzori. D’où la remarque selon laquelle, les réelles victimes des Opérations Ruwenzori sont les populations civiles congolaises. Et si on en reste là, la situation des ADF/NALU risque d’être comme celle de l’attaque contre les FDLR qui continuent de massacrer les congolais après des opérations militaires contre eux. D’où la question de savoir s’il y a vraiment une volonté réelle de mettre fin au phénomène des rebelles étrangers opérant à l’est de la RDC.     
 
           Aperçu du Rond-point d’Oicha lors des travaux de son asphaltage
Prenant le cas du Secteur BENI-MBAU, les opérations Ruwenzori ont vidé les localités suivantes de leurs habitants : TENAMBO (2 Km au Nord-Est d’Oïcha), MAMUNDIOMA, TOTOLITO ( 25 Km de MBAU), ERINGETI, etc. Après cette dispersion forcée des populations civiles congolaises, on n’attendait que les Fardc poursuivent les soi-disant ADF-NALU jusque dans leur dernier retranchement. Cela n’a pas été le cas. Les ADF-NALU continuent à garder plusieurs positions ainsi que leur capacité de nuisance. Ils sont entrain d’occuper les localités abandonnées par les congolais et s’approchent dangereusement des Cités comme MBAU et OICHA où les déplacés Congolais ont trouvé refuge. C’est le cas de TENAMBO, MAMUNDIOMA, TOTOLITO. Notre témoin les as vus circuler librement à TENAMBO le Vendredi dernier.  Ils ont donné une sévère mise en garde aux quelques habitants courageux qui y étaient retournés pour voir ce qui restait de leurs biens et champs en ces termes : «ceux qui annoncent aux medias que les ADF sont en déroute ne savent pas de quoi ils parlent. Nous sommes déjà à OICHA et aux environs de MBAU où nous assurons nos patrouilles nocturnes. Nous occupons l’axe routier MBAU-KAMANGO.» Notez que l’axe routier MBAU-KAMANGO relie la RDC à l’Ouganda. Un des signes de la force des ADF-NALU c’est l’incapacité des Fardc de récupérer les corps du Commandant de la Police de MAMUNDIOMA ( Cmdt Pascal) et d’un autre policier congolais enlevés et égorgés par les ADF-NALU ainsi que ceux de deux Taximen Moto abattus il y a presque deux semaines, et qui sont en décomposition progressive  et sans sépultures  dans la localité de MAMUNDIOMA. Les Fardc disent que la zone de MAMUNDIOMA est dangereuse pour retirer les corps.
 Les Casques bleus de la MONUSCO qui ont requis l’anonymat disent qu’ils ne sont pas associés aux Opérations Ruwenzori que les Fardc mènent de manière unilatérale. Autrement, la MONUSCO ne peut pas se mêler dans une opération unilatérale des Fardc, les opérations Ruwenzori n’étant « conjointes » comme celles de KIMIA I, II, RUDIA, AMANI LEO, etc.
 
      Le Centre de Mbau, Chef-lieu de la Collectivité Beni-Mbau

 

La réinstallation des rebelles ougandais ADF-NALU aux abords des cités d’OICHA et de MBAU où sont refugiés les 100 000 congolais fuyant les exactions des ADF-NALU et des FARDC inquiètent les populations locales ainsi que les déplacés qui craignent des massacres à grande échelle et une occupation de leurs terres par des retournés du Rwanda et de l’Ouganda qui entreraient de l’Ouganda par Kamango.
 
 Les chefs locaux ainsi que les forces vives locales demandent au gouvernement congolais ainsi qu’à l’Assemblée Nationale de faire sans tarder une évaluation parlementaire des opérations Ruwenzori  pour en déterminer les contours, les objectifs à atteindre, les acteurs, et un plan de sécurisation du Territoire de Beni et surtout de 100 000 déplacés qui vivent dans l’insécurité entretenue et par les ADF-NALU et par les FARDC qui sur terrain apparaissent comme des oiseaux du même plumage.
 .
Obède Bahati
Oïcha
©Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*