Une victime des violences à l'est de la RD Congo

L’Ituri en danger croissant: Attaque de Tsuba et Kalo, ombre du schéma de l’invasion de cette région

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Une attaque meurtrièrea ciblé les localités de Tsuba en chefferie de Mambisa et de Kalo dans le secteur des Walendu Djatsi, toutes dans le territoire de Djugu, en province de l’Ituri. Les assaillants passent sous une identité indéterminable. Ce qui fait peser de lourd soupçon sur les forces publiques déployées dans ce secteur, vu que les événements se sont déroulés non loin des postes de surveillance des FARDC qui, de surcroit, comme aussi la police attachée sur place, connaissent très bien le retranchement desdits hors-la-loi, mais se sont réservées d’intervenir ni pendant ni après cette attaque.


Le bilan fait état de 5 morts et des blessés; les victimes répertoriées ont été identifiées comme suit:
– un commerçant du nom de CHRYSOSTOME, appartenant à la communauté des Hema-Nord;
– BUKI, ressortissant de la communauté des Bahema-Badjere,
– Un certain Daniel, sujet Hema-nord travailleur à la paroisse de Pimbo,
– Un sujet Alur travaillant employé par le commerçant Chrysostome (aussi décédé),
– Une enseignante, fille de Pitso, de la communauté des Walendu-Djatsi.
Un commerçant Hema résidant dans les environs du lieu de l’attaque a été blessé à la cuisse par une balle perdue.

Qui sont les vrais assaillants à Djugu, en Ituri?

Ces derniers jours, il a été enregistré un renforcement constant des troupes arrivant en Ituri au nom des FARDC. Le schéma de l’insécurité et violance de Beni se reproduit en Ituri. Des soldats infiltrés au sein de l’armée gouvernementale sont aux manoeuvres. Cette fois-ci la menace proférée contre les autochtones n’est point masquée: Le colonel Serge, rwandophone de son état, qui patronne l’installation des militaires FARDC “suspects” à travers le territoire de Djugu affirme ouvertement que les occupants autochtones de Djugu seront livrés à l’extermination s’ils ne dégagent pas le terrain pour le céder aux envahisseurs qu’ils sont, tout en confirmant avec arrogance qu’il s’agit ici de l’extension de l’occupation qui tient son départ de Tchabi et Boga au sud du territoire d’Irumu.


Cette seule déclaration suffit pour comprendre le degré du danger qui pèse sur la province de l’Ituri. L’échec des efforts qui visaient rallumer la guerre interethnique à Djugu incite le planificateur de ce plan machiavélique à se venger de toutes les populations autochtones, étant donné que les tribus/ethnies locales se sont entendues pour ne point permettre aux intrus d’attiser parmi elles des conflits inutiles.

Joseph Kabila, avec ses partenaires rwandais, poursuit son plan de balkanisatioin en silence

Qui a dit que Joseph Kabila a démissionné? Après avoir évincé les congolais par des rwandais dans tous les services de sécurité, et surtout dans l’armée, il a réussi à maintenir le pays en général, mais l’est du pays en particulier, en otage. Il avait pris tous son temps pour dissoudre la véritable défense nationale tout en mettant sur pied une armée parallèle faite des ex-CNDP, des ex-M23 et des mercénaires qui ont récupéré la commande et qui tiennent le destin ultime de nos compatriotes.


Aussi, la réalisation du plan de balkanisation si contesté à l’est tout comme à l’ouest du pays devient plus qu’évidente. La stratégie de nommer un président figurant, en la personne de Felix Tshisekedi a été un moyen génial recherché pour duper l’opinion congolaise, au moment où le balkanisateur (Kabila Joseph) deviendrait plus dynamique que jamais en opérant du derrière le rideau.


La combat n’est pas terminé. C’est maintenant qu’intervient la phase décisive du déboulonnement du système monté pour l’effacement, pour ne pas dire la modification, de la République Démocratique du Congo de la carte de l’Afrique.


La véritable prise de conscience pour une victoire réelle n’aura pas une face autre que l’urgence d’un soulèvement populaire. C’est illusoire et naït de coire au changement, quand le prétendu nouveau président de la République n’est qu’une coquille vide voilant plutôt le patron qui l’a nommé. Bien plus, Felix Tshisekedi ne fera rien de mieux tant il demeure vrai que son pouvoir même jette ses racines dans la fraude, la corruption, le mesonge, l’escroqurie et la trahison.


Pour en découdre une fois pour toutes avec le bourreau du peuple congolais, il faut inévitablement dégager sa couverture, Felix.

Ngadjole Robinson
Correspondant de BLO
Bunia

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Un commentaire

  1. L’Est du pays ne tombera jamais dans les mains des incirconcis, que les notables non encore corrompus parmi les autochtones renforcent les stratégies d’auto défense, la culture bantou n’est pas pauvre.

    De ITURI à FIZI en passant le Nord-Kivu, tout est question de détermination.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*