Les femmes des militaires FARDC réclament la "paix" à l'Etat dans l'enceinte du gouvernorat de Bunia, en Ituri

L’Ituri va mal, oui très mal!

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

La paix et la sécurité se sont dissipées comme de la fumée. C’est à nouveau le règne de la guerre, de la violence. L’augure prédit une situation pire que celle de jadis, dans les années 1999 – 2003.


L’image ci-contre suffit pour découvrir la réalité à l’arrière plan. Des femmes tout nues, en pleurs, en lamentation, en manifestation, assises dans la poussière, les mains sur la tête en signe de détresse; elles réclament aux autorités la paix. Elles prennent pour témoins l’humanité entière pour interpeller l’Etat afin de prendre ses responsabilité. Qui sont-elles? – Des épouses des militaires FARDC. Elles ont envahi le Gouvernorat de l’Ituri à Bunia pour exiger la paix. Mais leurs gestes sont plus profonds que l’on ne l’imaginerait. La nudité, l’exposition des seins, c’est l’expression de malédiction. Elles sont nos mères, nos soeurs, nos filles; elles qui donnent la vie humaine au monde.


Ces femmes dénoncent l’holocauste imposé à leurs maris livrés à la mort comme des bêtes à l’abattoire. Les tenants du pouvoir ont trahi la nation. Ils ont mis sur pied un plan d’extermination des citoyens aussi bien civils que militaires. Par l’acte de nudité que posent ces femmes, il sied de comprendre à la fois une extrême révolte, mais encore l’expression de malédiction contre ces dirigeants qui ont décidé de sacrifier massivement des vies innocentes, qui ne sont pas seulement des civiles civils dont le nombre constamment croissant de victimes échappe désormais aux compteurs, mais aussi ces pauvres soldats loyalistes envoyés délibérément pour périr entre les mains des assaillants armés, orientés et équipés par les hommes politiques manipulant le destin des misérables citoyens pour un et unique intérêt: le pouvoir.


Les assaillants dont il est question sont des miliciens Lendu. Mais ces Lendu ne sont qu’un arbre qui cache la forêt. La preuve de la responsabilité du pouvoir dans les présents crimes de guerres et crimes contre l’humanité exécutés par les Lendu à Irumu, à Djugu et aussi déjà à Mahagi, c’est le fait que le gouvernement ne fait preuve d’aucun dynamisme ni engagement dans le sens d’agir de manière décisive et déterminante pour éradiquer lesdits assaillants qui sèment la désolation. Au contraire, des hélicoptères de l’Etat ont été dénichés en train de ravitailler ces hors-la-loi en armes et munitions dans la région montagneuse du territoire de Djugu surplombant le lac Albert.


Le message des femmes des militaires à travers le geste aujourd’hui posé devant le gouvernorat de province est une interpellation pour la communauté internationale à s’impliquer honnêtement dans le présent rebondissement des violences et de guerres en Ituri pour une prompte solution. Sinon la région du grand lac toute entière en connaîtra la répercussion; et d’emblée le Rwanda, le Burundi et l’Ouganda y trouvent une meilleure occasion pour installer le champ de leurs batailles militaires, sur fonds des différends qui brouillent la relation des uns avec les autres, sur le sol congolais. C’est donc sur le territoire congolais que le Rwanda envisage affronter les armées burundaise et ougandaise, telle ces brouilles inondent même les média internationaux depuis quelque temps.

Tinga-Tinga Mateso
Bunia

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*