L’odyssée de l’enrôlement dans les territoires de Beni et de Lubero

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

En cette année 2005 les opérations d’identification et d’enrôlement en vue des  élections démocratiques : referendum constitutionnel, locales, législatives et  présidentielles 1 et 2,  libres et transparentes font objet d’actualité en RDC à l’échelle mondiale jusque fin  juin 2006, mois apocalyptique. Après cette date, le président de la RDC sera déjà connu avec toute son équipe.

Le territoire de Lubero au Nord-Kivu, ses centres d’inscription et d’enrôlement ont été définis et identifiés suivant les axes: Musyenene, Lubero, Kayna , Biambwe , Mangurejipa et  Masereka-Graben. Les quatre communes de la ville de Butembo , à part.

21 jours d’opérations étaient prévus, exceptionnellement, nous sommes  allés jusqu’ à  42 jours.  21 jours  au cas où chaque centre serait équipé de deux Kits alors que tous les Centres d’Identification (CI) ont fonctionné avec un seul Kits , d’où 42 jours. Non seulement  les centres d’inscription  lançaient les opérations d’identification et d’enrôlement selon les axes mais aussi suivant la disponibilité des Kits,  la distance et l’accessibilité selon les lieux.

Les opérations ont débuté avec Butembo centre ville, ensuite évolué vers l’intérieur Musyenene-Lubero-Kayna avant de descendre sur  Biambwe et  monter à Masereka,  descendre sur le Graben. Par ailleurs se rendre à Manguredjipa, puis pénétrer les endroits difficilement accessibles comme FATUA, VUMBO, où les Centres d’inscription ont ouvert tardivement,  cause directe de leur tardive fermeture.

57 centres d’inscription ont été opérationnels dans les quatre communes de la ville de Butembo, 14 axe Musienene, 36 pour Kayna, 15 à Manguredjipa, 18 à Biambwe, 28 axe Masereka-Graben  où nous avons été affecté comme formateurs des agents recenseurs aussi pour le contrôle et la supervision techniques. Au total 230 CI.

Le CI était composé de cinq membres à savoir : le Préposé à l’Identification, l’Opérateur de saisie, le Président et le Polyvalent. A leur côté deux témoins permanents. On pouvait aussi signaler la présence ou le passage des membres des partis politiques accrédités.

Les gens affluaient dans les CI,  signe que le Congolais a vraiment soif des élections libres, démocratiques et transparentes. Les files   d’attente abondantes et  longues. Des bousculades  il en a eu, chacun faisait son mieux pour passer  le premier ou parmi les tous premiers. Pour palier à ces genres de bousculade dans des files d’attente, il fallait instituer le système de jetons. Au  moins 250  distribués la veille pour ceux qui seront enrôlés le lendemain. Quant à eux de vérifier le numéro du jeton pour subséquemment estimer l’ordre, le temps pour venir attendre calmement leur tour à être identifié et enrôlé  que de venir très tôt, vers les C.I  pour retourner tard sans avoir été identifié ni enrôlé. Avant ce système, certains venaient de faire 3 à 4 jours sans être enrôlé. La moyenne journalière d’enrôlés était autour de 150 personnes.

Pour la logistique et le déplacement, les motos et vélos, voiture étaient prêts pour rendre ce service dans tous les axes. Où ne pouvaient arriver ni moto ni vélo, les Hélicoptères de la MONUC  venaient au secours, tel est le cas pour Manguredjipa avec une route impraticable, Fatua et Bunyatenge  et Vumbo. Llà où il n’ya pas de route, milieu inaccessible même pas sur un vélo, il fallait faire les pieds. Descentes sur descente, montées sur montée. Débout sur une  la côte de la montagne, l’homme,  avec le côté opposé de la montagne,  forme un angle parfois de 10°. Il faut escalader ou descendre la montagne. C’est le cas de Masereka-Kipese-Kirikiri-Kasisi pour le Graben. De Kipese pour le graben, le véhicule peut juste arriver à un endroit traversé par la rivière NDIHIRA ou tout au plus avant le Village Kasisi où la nature a fait que vélo ou moto doivent rester depuis la création du monde, d’ADAM et EVE.. Ici le chargé de la logistique y dépose groupe électrogène, carburant et kits (ensemble du PC, scanner d’empreintes, la camera et les consommables avec les mécanismes électroniques pour le fonctionnement de tout le système).

 Les hommes du Graben sont déjà au lieu du rendez-vous pour le transport des matériaux. Habitués à leur relief ils descendent des rochers comme s’ils faisaient une course matinale sur la pelouse les uns en sifflotant, les autres en chantant.

Les opérations d’identification et d’enrôlement se sont correctement déroulées, malgré l’inquiétude du début. Les gens se demandaient si chacun finira par être enrôlé. Chose promise, chose faite.

Que vive le Peuple congolais !

Ir Albert Kakule Kayitenga

 (Cadre et Formateur Principal de la CEI, Nord-Kivu)

.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*