Le président Joseph Kabila et son homologue rwandais, Paul Kagame, à l'occasion d'un sommet.

L’Ouganda dit NON à l’opération régionale en RDC qui est la stratégie de Kagame et Kabila

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Nous avions déjà dénoncé le plan Machiavélique du Rwanda pour occuper officiellement la RD Congo. Seul Felix Tshisekedi ne comprend toujours pas le jeu de Rwandais. Il est temps de passer l’éponge sur ce projet de forces conjointes et d’investir dans nos forces pour éradiquer ce mal qui gangrène la nation congolais. Si le Colonel Mamadou Ndala était parvenu a chassé les M23, pourquoi pas les forces de FARDC mobilisées.

Le Rwanda se prépare à envahir le Congo avec l’accord de Tshisekedi

Nous reprenons l’article ici-bas intitule « Le Rwanda en colère alors que l’Ouganda refuse de signer un mémorandum d’accord concernant des opérations militaires conjointes en République démocratique du Congo » par nos confrères de SOFTPOWER.UG.


Le gouvernement rwandais est furieux contre le refus de l’Ouganda de signer un mémorandum d’accord sur les forces armées des deux pays conjointement avec la RDC pour mener des opérations dans la République démocratique du Congo (RDC), selon des sources.


Les chefs militaires des trois pays ainsi que celui du Burundi se seraient rencontrés jeudi et vendredi dans la ville de l’est de la RDC, Goma, voisine du Rwanda. L’Ouganda était représenté par le chef des forces terrestres, le général Peter Elwelu.

Le president Felix Tshisekedi consacre l’Est de la RDC en Champ de bataille aux pays voisins

Le gouvernement ougandais n’a pas officiellement révélé ce qui pourrait être la raison pour laquelle il n’a pas signé le projet d’accord.


Cependant, un officier congolais a révélé à ce site d’informations vendredi que l’Ouganda avait refusé de signer le mémorandum d’accord soutenu par le Rwanda concernant des opérations conjointes en RD Congo et que cette décision avait laissé le Rwanda qui mène depuis de nombreuses années des opérations militaires en RD Congo, très furieux.


La source a révélé que l’Ouganda avait mené sous le régime de l’ancien président de la RDC, Joseph Kabila, des opérations aériennes réussies contre les Forces démocratiques alliées (ADF) et que le Rwanda avait espéré que l’Ouganda serait prompt à signer le nouveau mémorandum d’accord entre le Rwanda et la RD Congo et Ouganda pour des opérations conjointes.


Autrefois un groupe rebelle basé dans l’ouest de l’Ouganda, l’ADF opère depuis la fin des années 90 dans l’est de la RDC, dans le Nord-Kivu, près de la frontière avec l’Ouganda. Le groupe islamiste lié au terroriste Al-Qaïda terrorise depuis des années l’Est de la RDC. Le groupe continue de représenter une menace pour l’Ouganda car, il ya plusieurs décennies, la RD Congo avait été utilisée comme base pour semer le chaos dans la ville de Kasese, dans l’ouest de l’Ouganda, incendiant des écoles et assassinant des civils.


Alors que les offensives répétées de l’armée ougandaise contre les ADF l’ont gravement affectée, ces derniers ont pu se régénérer.

Deux bataillons de l’armée rwandaise sur le sol congolais : une violation de la Charte de l’ONU et de la Constitution de la RDC

En 2017, l’armée ougandaise a attaqué des camps situés dans l’est de la RDC où se trouvaient des rebelles des ADF, après que ceux-ci (ADF) eurent attaqué et tué 14 soldats de la paix des Nations Unies.


L’UPDF a déclaré à l’époque que l’attaque menée avec des frappes aériennes et des armes à longue portée à l’intérieur de l’Ouganda avait été commise conjointement avec l’armée congolaise. Le porte-parole des forces gouvernementales congolaises qui s’est entretenu à ce moment avec ce site Web de nouvelles a corroboré ces informations.


Le porte-parole de la Défense ougandaise, le brigadier Richard Karemire, a déclaré que l’attaque avait eu lieu à la suite d’un échange de renseignements avec la RDC, indiquant que les militants des ADF preparaient des “activités hostiles” contre l’Ouganda.


«Nous menons des frappes aériennes et utilisons des armes d’artillerie à longue portée de notre côté de la frontière. Plus encore, cette opération conjointe a été proposée par le gouvernement de la RD Congo. La mission se déroule avec la pleine coopération des forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) », a déclaré Karemire.


Notre source à la réunion de Goma a déclaré que les dirigeants des FARDC étaient «troublés et choqués» par le fait que l’Ouganda hésite à signer le protocole d’accord déjà rédigé et qu’il est devenu froid face à la pression persistante du Rwanda pour la poursuite des opérations militaires dans leur pays (DR Congo).


«Le général Peter Elwelu s’est toujours opposé au protocole d’accord. Il s’est ensuite excusé, est sorti de la salle de réunion et a passé quelques coups de fil. À son retour, il a annoncé catégoriquement que l’Ouganda ne signerait pas le protocole d’accord “, a déclaré la source.


La source a en outre révélé que le général Elwelu aurait passé l’appel téléphonique à ses supérieurs à Kampala. “Il doit avoir passé un appel téléphonique au général David Muhoozi, chef des forces de défense ougandaises”, a révélé la source.


La source a déclaré que les Rwandais étaient très furieux car ils espéraient utiliser le mémorandum d’accord avec l’Ouganda pour lancer des opérations militaires dans d’autres régions de la RDC.


« Les Rwandais veulent garder ce qu’ils ont maintenant et occuper d’autres » secteurs « en RDC, ainsi que Rutshuru, FIZI, Nyiragongo et Masisi », a révélé cette source impeccable.


Les forces rwandaises actuellement en RD Congo ont été accusées de massacres dans les collines de Mulenge. Dans la récente chaîne montréalaise, plusieurs médias ont rapporté que des Banyamulenge (originaires de la région de Mulenge) cherchaient l’aide du reste du monde contre les attaques militaires rwandaises qui ont provoqué d’innombrables morts.


«Au départ, nous pensions que leurs opérations étaient à court terme. Nous ne savions pas que les Rwandais avaient d’autres motivations en RD Congo », a déclaré la source.


La source a déclaré qu’il était possible que le Rwanda fasse l’objet d’enquêtes de sécurité des Nations unies pour ses prétendues activités illégales en RDC.


Ce qui est étonnant, selon la source dans l’armée congolaise qui a préféré parler d’anonymat, c’est que les Rwandais prétendent avoir éliminé les rebelles hutus FDLR qui avaient fui le Rwanda il ya plus de 20 ans, ont également assassiné d’innombrables Tutsis sur les collines de Mulenge, mais ces derniers ont été assassinés, toujours considéré par les FARDC de la RD Congo et ses habitants comme alliés du Rwanda.


Une autre source a indiqué que les FARDC sont actuellement divisées et que la majorité d’entre elles sont opposées à ce que les forces rwandaises continuent d’occuper leur territoire.


« Ce que les Ougandais nous ont dit, c’est que tout ce qu’ils voulaient, c’était une opération dans les zones où l’ADUI (l’ennemi) se trouvait, mais pas une autre zone. Je me demande pourquoi les Rwandais veulent occuper de nombreuses régions de notre pays, y compris celles sans ADUI (ennemi) », a déclaré la source congolaise.


«Les Rwandais sont très agacés. Ils disent que les Ougandais ont concrétisé leur plan en refusant de faire partie de la mission visant à mener des opérations conjointes dans d’autres secteurs de la RD Congo. Les Forces de défense rwandaises (FDR) espéraient que l’Ouganda donnerait légitimité et légitimité aux attaques de ses premiers mois en République démocratique du Congo, mais l’Ouganda a mis les pieds à la terre [refusé].


Invitée à expliquer ce que pourrait être le problème de l’Ouganda, la source congolaise a déclaré que les Ougandais ne souhaitaient pas intervenir dans les zones congolaises où l’ennemi n’était pas, alors que les Rwandais souhaitaient s’installer dans d’autres régions.


Les efforts pour contacter RDF et le porte-parole de la Défense ougandaise, le brigadier Richard Karemire, ont été vains. La brigade Karemeire serait à Mogadiscio où une commission parlementaire de la défense ougandaise est en visite à l’AMISOM.

Editeur BLO

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*