00BureauCENIButembo00

Lubero : Suspicion des équipes mobiles de révision du fichier électoral!

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Si la population de Lubero se réjouit du début annoncé par Madame Georgette Kibendelwa, Chef du Bureau de Liaison CENI Butembo, de la révision du fichier électoral, l’annonce des équipes mobiles pour rejoindre les populations dans les coins dits reculés du Territoire suscite une suspicion. 

Selon Mme Kibendelwa, des équipes mobiles de révision du fichier électoral seront financées par la Province du Nord-Kivu à hauteur de 450 000 US$. D’où la question de savoir le pourquoi de la suppression de 75% des centres électoraux au Nord-Kivu pour motif d’argent si la Province est capable de soutenir les opérations financièrement.

D’autres observateurs se posent la question de savoir si d’autres provinces de la R.D.Congo auront des équipes mobiles pour atteindre les coins reculés ou cette mobilité électorale sera de nouveau une spécificité de la Province cobaye d’essai du Nord-Kivu ? 

 00BureauCENIButembo00

                              Bureau de Liaison de la CENI/Butembo

La plus grande suspicion de la population du Territoire de Lubero découle de l’afflux massif de ceux qui s’appellent «  retournés » du Rwanda et de l’Ouganda et qui se faufilent dans les régions minières et n’osent pas apparaître en public pour des raisons faciles à imaginer. Ainsi, les équipes mobiles financées par la Province du Nord-Kivu sont suspectées d’avoir comme mission d’enrôler ceux qui ne peuvent pas faire la queue devant un bureau d’enrôlement sans se faire remarquer et huer par les congolais. La mobilité qui en soi devrait être une bonne nouvelle est ainsi diversement interprétée en Territoire de Lubero où l’on s’achemine, si rien n’est fait aujourd’hui, vers un conflit ouvert entre les autochtones et les retournés du Rwanda et de l’Ouganda.

Mme Kibendelwa devrait expliciter tous les contours du travail des équipes mobiles de révision du fichier électoral pour lever tous les malentendus. Elle devrait par exemple, donner la liste des bureaux d’enrôlement, définir ce qu’elle entend par « coins reculés », fournir la liste de tous les coins reculés du Territoire de Lubero pour aider les électeurs à savoir s’ils sont dans un coin dit reculé ou pas. Comment se fera exactement l’enrôlement par un kit mobile ? Les agents iront-ils de porte à porte où fixeront-ils un bureau d’enrôlement temporaire dans un coin dit reculé? Dire à la population combien coûte l’érection d’un bureau d’enrôlement, peut aussi être utile pour savoir si un village ne peut pas cotiser de l’argent pour se doter d’un bureau d’enrôlement. On se rappelle pourtant que l’élection à un seul tour avait été adoptée par l’AMP avec comme motif de rester dans les limites budgétaires des élections… 

La crainte de plusieurs observateurs est que, avec ce projet d’équipes mobiles d’enrôlement, certains villages reculés sans le savoir, n’attendent indéfiniment l’arrivée des équipes mobiles et ne loupent ainsi l’enrôlement. D’autre part, les équipes mobiles pourront dire qu’elles n’ont pas été  à destination à la suite d’une attaque perpétrée par les FDLR en cours de route. D’où la nécessité d’éclairer la religion de la population du Nord-Kivu sur le travail de ces équipes mobiles et les dispositions prises pour que leur prestation ne souffre d’aucun écueil du genre de ceux évoqués ci-haut. 

Au chapitre des bonnes nouvelles, Mme Kibendelwa a fait savoir que les opérations de révision du fichier électoral vont démarrer bientôt à Butembo comme en Territoire de Lubero ; que les kits sont déjà là et que les agents sont prêts. Elle a aussi indiqué que la ville de Butembo dont le Bureau a été scindé de celui du Territoire de Lubero contrairement à 2006, aura 36 centres d’inscription. Ce qui est suffisant par rapport à 2006 s’est félicité Georgette Kibendelwa en renchérissant que pour ces 36 centres, Kinshasa a envoyé 72 kits alors qu’en 2006 il y avait moins que cela. Cependant en Territoire de Lubero, le territoire rural le plus peuplé de la R.D.Congo, les électeurs se feront enrôlés dans 45 centres seulement. D’où l’idée des équipes mobiles d’enrôlement, une idée qui anime ou envenime les conversations. La date exacte de démarrage de ces opérations n’est pas encore connue. L’on attendrait que le coup d’envoi des opérations vienne de Kinshasa. Les opérations de révision du fichier électoral dureront 3 mois. 

En attendant, chacun attend savoir si son village est un coin reculé ou pas, s’il se fera enrôlé dans un bureau d’enrôlement ou par un kit mobile transporté sur dos d’homme! 

Kakule Mathe

Butembo

©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*