00chefpostemaboya00

Maboya : Le Bureau du péage route incendié par les taximen en colère

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Bureau du péage route incendié, six barrières cassées, tel est le bilan d’une justice populaire, œuvre des taximen cyclistes et motocyclistes de Maboya protestant contre les tracasseries des Fardc et de l’ANR sur l’axe routier Maboya –Cantine en   Territoire de Beni.

La localité de Maboya est située à 25 km au Nord de Butembo. La route Maboya-Cantine est une route de desserte agricole conçue pour désenclaver les localités de Mabuku, Mambingi, Visiki, Mabalako et Cantine – Aloya. Pour entretenir cet outil d’intérêt communautaire, il y a à l’entrée de chacune de ces localités une barrière de péage route. Les recettes de ce péage-route sont souvent mal gérées ou tout simplement détournées. Au lieu de servir pour l’entretien de la route, elles finissent dans les poches des gestionnaires. 

Pour la petite histoire Mr Katato et Mr Mariko, jadis amis, ont lutté ensemble pour écarter le comité de gestion du péage-route l’accusant de megestion. Ayant atteint leur but, les autorités hiérarchiques confièrent la gestion à Mr Katato. Un moment après, Mariko désavouant son chef Katato, l’accusant à son tout de megestion. 

Au cours d’une réunion de sécurité, le chef de Poste d’encadrement Administratif, Mr KYATSINGE pris la décision d’installer au péage les militaires FARDC ainsi que les agents de l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) pour prévenir un conflit entre les deux antagonistes. L’ANR s’était aussi invitée à ces lieux soi-disant pour surveiller et arrêter les trafiquants de la drogue (chanvre) qu’on cultiverait dans ce coin du pays. Comme on pouvait s’y attendre, les Fardc profitèrent de cette occasion en or pour faire ce qu’ils savent bien faire, à savoir, rançonner les paisibles congolais usagers de cet axe routier. Il n’y avait plus de taxe fixe à toutes les barrières. Le péage route de 200 FC était passé à 1000 FC voir plus pour les cyclistes et de 500 FC à 2000 FC pour les motocyclistes, sans compter les extorsions par les agents de l’ANR qui font aussi de la prédation aux mêmes barrières.

 00chefpostemaboya00

Mr Kyatsinge, Chef de Poste de Maboya pendant une réunion de sécurité

La journée de Jeudi 24 mars 2011 a été une journée très agitée pour les pratiquants de ce tronçon routier. Les taximen communément appelés « motards » qualifiaient d’occupation militaire par les ex-militaires du CNDP de cet axe routier. En effet, les exactions contre les civils venaient de dépasser les limites. Et comme les autorités territoriales qui étaient saisies du dossier se sont révélées impuissantes vis-à-vis des ex-militaires du CNDP, les taximen ont décidé de se faire justice. 

Ces taximen venus de différents coins se rassemblèrent à Maboya pour arrêter une stratégie commune pour déloger les Fardc issus du CNDP de points de péage route où ils font régner l’anarchie et la terreur. Le matin à 6 heures, les taximen arrivèrent à la barrière de Maboya pour brûler le bureau du Gestionnaire de l’axe routier Maboya-Cantine, puis cassèrent successivement les barrières de Maboya, Mabuku, Mambingi, Visiki, Mabalako et Cantine – Aloya. 

Le lendemain matin, les barrières devenues un gagne-pain des Fardc et des agents de l’ANR étaient réhabilitées, dans l’ignorance totale du mécontentement des usagers de la route.

Une réunion urgente des attributaires des axes routiers en territoire de Beni s’est tenue vendredi 25 mars à Beni pour une évaluation des actions menées par les uns et les autres, la guéguerre entre Mr Katato à Mr Mariko, la présence des Fardc et de l’ANR aux points de péage route, etc.

La suite de cette réunion est très attendue par les taximen qui se disent prêts à entreprendre d’autres actions de grande envergure s’ils ne trouvent pas de réponse adéquate à leurs doléances.

Gift BARAKA

Butembo

©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*