00amanifsinofoule00

Manif contre l’Entreprise Chinoise SINOHYDRO à Butembo

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

La matinée de ce vendredi 15 avril 2011 a été bouillante en ville de Butembo. Les agents de la société chinoise qui s’occupe des travaux d’asphaltage de la ville de Butembo étaient en colère. Motif : Une rémunération dérisoire. 1000 FC par jour soit 1 US$ par jour et pas plus de 45 000 FC par mois, quel que soit le rang ou l’expertise du travailleur. Pourtant leur travail est dur. En effet, ces agents qui sont presque tous des pères des familles et qui bossent dur de 8h00 à 17h00, sous le soleil équatorial de Butembo ne peuvent pas vivre avec 1 US$ par jour. 00amanifsinofoule00

La manif a eu lieu le jour que le Directeur Général de l’ACGT a quitté Butembo à la fin d’une mission d’inspection de l’évolution des travaux.

00amanifsinotera00

 La marche a commencé au Quartier Général de la SINOHYDRO à Furu et a eu comme point de chute la mairie de Butembo. Pendant la marche, les manifestants scandaient des slogans hostiles aux signataires des contrats avec des sociétés qui exploitent les congolais comme des bêtes de somme. Un cahier des doléances a été remis au Ministre Provincial des Travaux Publics à qui on a rappelé que le SMIG voté par le gouvernement congolais est de 3US$ par jour. Le gouvernement congolais a-t-il dit aux chinois qu’il y a un SMIG en RDC ? 

Après la mairie où un suivi du dossier leur a été promis, les agents de la SINOHYDRO sont descendus au bureau urbain de l’Agence National des Renseignements (ANR). Le but de cette descente était la récupération d’une moto d’un agent de la SINOHYDRO qui avait été soupçonné d’avoir subtilisé quelques sacs de ciment de la SINOHYDRO pour nouer les deux bouts du mois. Les enquêtes n’ayant pas été concluantes, les agents ont décidé de se faire justice. Là les choses se sont gâtées. Un policier de l’ANR qui ne voulait pas s’exécuter rapidement pour libérer la moto été giflé. C’était vers 14h30. Un renfort de la police est descendu sur le lieu. Les agents de la SINOHYDRO ont recouru aux pierres à l’Armand Tungulu. Deux policiers ont été grièvement blessé. Pour une fois, les policiers venus en renfort ont bien fait leur travail. En dépit des jets des pierres, ils n’ont tiré qu’à l’air pour disperser les agents furieux de la SINOHYDRO.

00amanifsinokambali00

                  Sur la route Kambali vers la Mairie de Butembo

Un des reporters de Beni-Lubero Online qui étaient sur le lieu pour couvrir l’événement a aussi été protégé par la police, une première, quand les manifestants voulaient lui ravir sa camera digital pour l’empêcher de prendre des images.

Les tirs à l’air de la Police ont paralysé pendant plus d’une heure les activités commerciales sur l’artère principale de la ville de Butembo.  

A la suite de cette manif, les activités de la SINOHYDRO étaient suspendues pour toute la journée de ce vendredi 15 avril. 

Selon les manifestants, depuis le début des travaux, bientôt 6 mois, plus de 5 ouvriers ont été mis aux arrêts car soupçonnés de vol des matériels de construction tels que ciment, fers en bétons, carburant, etc. Ils dénoncent aussi les mesures draconiennes de contrôle lors des sorties des installations de la SINOHYDRO, un contrôle pendant lequel tous sont traités comme des voleurs. Même si les manifestants nient les faits, le vol du matériel est prouvé et fréquent chez SINOHYDRO selon les manifestants eux-mêmes. Il reste à savoir qui de chinois et de congolais est le voleur, l’accusateur pouvant être le voleur dans certains cas.

 00amanifsinosign00

Il y a quelques jours, un tracteur de SINOHYDRO a été retrouvé brûlé au site de concassage de Butuhe. Les sentinelles du site se sont depuis lors volatilisés dans la nature au point qu’on se demande s’ils étaient enlevés (par qui et pour quoi ?) ou s’ils sont en fuite après avoir brulé le tracteur. Les observateurs pensent les sentinelles peuvent avoir brulé le tracteur lors d’une tentative de vol de carburant sans précautions contre les risques d’incendie. 

Ces faits malheureux dus au mauvais traitement des travailleurs risquent de perturber l’évolution des travaux du chantier asphaltage de la route à Butembo que le régime au pouvoir attend brandir lors de la campagne électorale prochaine.  Le DG de l’ACGT venait d’annoncer que les travaux s’étendraient sur d’autres artères de la ville, entre-autres, la Rue Kinshasa et la Rue d’Ambiance. Le gouvernement congolais et la SIN0HYDRO doivent ainsi résoudre sans tarder le problème de la rémunération des ouvriers selon le principe gagnant-gagnant et en applicant le SMIG congolais. Les ouvriers de la SINOHYDRO ne demandent qu’un minimum de 100 000 FC par mois!

Tembos Yotama et Deogratias SIKU

Butembo

©Beni-Lubero Online

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*