Marche pacifique de soutien au processus électoral à Butembo.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
[Jeudi 1 juin 2006: www.benilubero.com] Après Bukavu, Lubumbashi et Kinshasa, Butembo est descendu dans la rue pour exiger non seulement la tenue des élections en date du 30 juillet 2006 mais aussi pour dire non au déploiement dans les territoires de Beni-Lubero de la Brigade Rwandophone infiltrée par les miliciens de Laurent Nkunda, d’Eugène Serufuli, des soldats et des officiers militaires du Rwanda, des mercenaires erythréens et sud-africains, etc. Les calicots des manifestants étaient si explicites car pour les habitants du Grand Nord, la tenue des élections a un but précis, à savoir, la fin de l’occupation rwando-ougandaise de l’Est du Congo et la mise en place d’un gouvernement congolais issu des urnes! Ce que les manifestants de Butembo n’ont pas dit c’est de pointer du doigt la communauté Internationale representée localement par la Monuc comme seule force sur terrain capable d’empêcher le déploiement de la Brigade de la mort stationnée à Rumangabo. BLO-1/6/2006.
.
En cette date du 1er juin 2006, dans la jeune Ville de Butembo, la Société Civile, Coordination Urbaine de Butembo avec toutes les forces vives de la place, a organisé une marche pacifique de soutien au processus électoral.
La foule, estimée à plusieurs milliers des personnes, a marché sur les grands artères de la Ville, en commençant par le Stade de l’école primaire Tsaka-Tsaka, jusqu’à la tribune construite dernièrement par la Coordination Urbaine de la Société Civile pour les manifestations.
Elle a emprunté l’Avenue des Ecoles, a pris l’artère principale, l’Avenue Président de la République. Au niveau du croisement de cette grand-route et de l’Avenue de l’Eglise, elle a emprunté la Rue Kinshasa jusqu’à la rue menant à Muchanga, pour récupérer la grand-route au niveau du Rond-point AGIP et remonter cette avenue principale jusqu’au rond-point TMK, croisement Avenue Matokeo et grand-route, lieu où se sont prononcés les différents discours. Tout le long de ce parcours, la sécurité a été assurée par la Police Nationale Congolaise mais aussi la Brigade estudiantin de Butembo issue de toutes les institutions supérieures et universitaires de la Ville de Butembo; et cela sous le rythme cadencée de la fanfare kimbanguiste et les chansons et sifflets des participants.
Sur les différents calicots, on pouvait lire très facilement l’objet essentiel de la marche qui n’est qu’un soutien au programme de la CEI. Plus concrètement, la Société Civile de Butembo :
– Soutient la Commission Electorale Indépendante et son Président ;
– Exige au Gouvernement de procéder à un brassage interprovincial de tous les éléments des FARDC ;
– Dit Oui aux élections au 30 juillet 2006.
Et comme pour confirmer sa thèse, la Société Civile de Butembo dit NON :
– A des quelconques négociations politiques pour retarder les élections ;
– A des injustes contestations de la CEI et de son programme ;
A un brassage taillé sur mesure qui veut légitimer les ambitions d’occupation du Grand-Nord (Kivu).
A ce propos, les forces vives de Butembo disent un NON catégorique au déploiement en Territoires de Beni et Lubero, villes de Beni et Butembo, de la brigade brassée à Rumangabo, composée de plusieurs éléments qui ont, à maintes reprises, violé, pillé et endeuillé les cités de Rutshuru, Kanyabayonga, Kayna, Kirumba et Lubero.
Au cours de la marche, on pouvait constater que c’est unanimement que toute la population de Butembo s’est mobilisée en commençant par les élèves, les étudiants, les taximen, les associations féminines, les associations des jeunes, différentes organisations non gouvernementales, des infirmiers, des mamans commerçantes. Et le message était bien spécial : « OUI AUX ELECTIONS ». Faudrait-il également souligner que certains partis politiques, soucieux de la tenue des élections en RDC, en date du 30 juillet 2006 et ne voulant plus des négociations sans avenir, se sont adjoints à cette marche. Et à titre illustratif, nous pouvons citer le PPRD et bien d’autres partis fonctionnant en ville de Butembo.
Les différentes adresses à la population ont été prononcées respectivement par le Collège des Etudiants de Butembo, la Représentante des Associations Féminines de Butembo réunies au sein de la Société Civile mais aussi par le Président de la Société Civile, Ville de Butembo, l’Abbé Arsène Bahoterana.
Tous les intervenants ont mis un accent spécial sur les élections. S’il faut par exemple s’arrêter au mot des femmes, en attendant l’intégralité de tous les textes, elles disent clairement : « nous sommes mobilisées pour les échéances électorales et nous nous engageons à encourager les réflexions et les échanges sur les enjeux électoraux ; mobiliser les populations pour le déroulement pacifique des élections. Nous saluons tous les efforts de la CEI et toute sa détermination (…) nous disons NON à toute personne malintentionnée qui viendrait avec l’idée de prolonger la transition en réfutant la tenue des élections pour des quelconques négociations (…) ».
Quant aux étudiants, s’il faut retenir quelques lignes de leur message, le Collège des Représentants des Etudiants des Institutions Supérieures et Universitaires de Butembo, CREISUB, clamait tout haut :
– Non à des perpétuelles négociations ;
Oui au programme de la CEI et à son Président ;
Non à la brigade en double casquette qui vient de Rumangabo ;
– Non à la gestion consensuelle après le 30 juin 2006.
Commencée aux environs de 8h00 avec le rassemblement des personnes au podium de Tsaka-Tsaka, la marche s’est clôturée vers 11h30, le peuple, toutes catégories et tendances confondues, ayant exprimé son grand souhait : «La tenue des élections le 30 juillet 2006 ».
.
Florent KASULA
Butembo
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*