Armes, appareils de communication, documents... confirmant que les assaillants de Djugu sont des étrangers : Rwandais et ougandais

Masisi-Walikale Nord-Kivu: G60 Une nouvelle coalition des groupes armées soutenue par le Rwanda

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

G60, UNE COALITION DE L’APLCS, CMC/NTATURA, NDCR-GUIDON ET FDLR

 

En étant de faiblesse malgré le soutien du Commandant des opérations AMISI à PINGA, GUIDON SHIMIRAYI, a recouru à ses anciens ennemis dont CMC/NYATURA, les FDLRS, et APCLS pour former une nouvelle coalition, dénommée G60, qui a vu les jours en Mars 2021 dans une zone appelée MANIEMA, se trouvant en territoire de WALIKALE. Toutes les négociations ont été faites pour convaincre KABIDON d’intégrer la dite coalition, mais celui-ci est resté ferme, qu’il ne peut pas se coaliser avec ceux qui sont appuyés par les Rwandais pour déstabiliser la RDC en pillant ses ressources naturelles. Confirme un membre au sein de la coalition.

Des sources proches de GUIDON SHIMIRAYI, qui est sous un mandat international, confirment cette nouvelle coalition,  qui lui sera en appui lorsque les FARDC vont lancer les opérations contre sa branche qui a refusé de déposer les armes. Cette nouvelle coalition , selon toujours ses sources  s’explique par l’insuffisance de ressources humaines au sein de sa branche, d’autant plus que plusieurs miliciens étaient partis avec Gilbert BWIRA SHUO, et le recrutement lui est devenu difficile sur le plan interne, car celui-ci était reproché avant la scission d’être un vautour, en accaparant tous les péages routes et le taxes  qui étaient perçus aux barrières dans la localité de PINGA, des  fonds miniers issus du site aurifère de MATUNGU ( que la NDC-Rénové a occupé pendant 14 ans, mais aujourd’hui est dans  les mains des FARDC) et au moins 30.000 dollars qui sont payés chaque fin du moins par la Société minière ALPHAMIN BISIE MINING, suivant leur Protocol d’accord, quelle avait fait avec  la rébellion de la NDC-Rénové juste avant son implantation dans la région, enfin de l’épargner des menaces ou des attaque. Des fonds qu’il a permis à GUIDON de payer des maisons à KISANGANI et à Goma, la ville  où souvent ses minerais passent à destination du son patron, le  RWANDA.

Aujourd’hui cette  coalition G60, mène des attaques simultanément contre les positions des FARDC à WALIKALE, et   dans la localité de BASHALI MOKOTO à MASISI.

Toutefois, Gilbert BWIRA SHUO, patron d’une autre  branche de la NDC-Rénové après la division, qui est d’accord à déposer les armes d’après ses proches après les négociations avec le Gouvernement congolais, reste un pillons à utiliser pour neutraliser GUIDON SHIMIRAYI lorsque les FARDC vont déclencher les combats contre sa branche. Ce qui retarde son processus de réduction. Nous a confirmé son proche.

Selon un officier des FARDC du service des renseignements militaires à PINGA : ‘’Il est difficile que toutes les opérations menées contre GUIDON SHIMIRAYI réussissent. D’autant plus que plusieurs officiers sont toujours ses proches. Chacun est là où ses intérêts sont protégés. La scission de la NDC-Rénové, n’a pas empêché les officiers de ne pas être mafieux dans cette rébellion. Ces deux fractions, chacune a ses proches dans les FRDC. C’est pourquoi nous avons des officiers pro-Guidon et des officiers pro-Gilbert, bien que pour Gilbert, en étant d’accord à déposer les armes, il est maintenant un enfant chéri des autorités congolaises. Mais il serait souhaitable de faire un toilettage avant toute opération contre GUIDON, qui aujourd’hui est en coalition. Cela empêcherait l’affairisme, qui pourra rendre ces opérations difficiles à désarmer GUIDON’’

D’après des sources locales, des jeunes sont tabassées et torturés lorsqu’ils refusent d’intégrer la rébellion de GUIDON, et des jeunes qui fuient, leurs familles payent le prix. Ce défis qui secoue GUIDON dans ses recrutements, lui ont même poussé à vouloir négocier quelques  les jeunes anciens miliciens de la NDC de SHEKA NTABO   NTABERI, (déjà condamné par la cour militaire opérationnelle à GOMA pour les crimes internationaux) mais qui jusque-là n’ont pas encore abouti. Aujourd’hui à MISOKE,  les éléments de GUIDON commettent plusieurs crimes contre les populations civiles, c’est comme le cas récemment du 29 Mars 2021, d’une élève ARIANNE AMINA, élève de la 4eme année primaire MISOKE qui était fusillée par les éléments de GUIDON.

 

NDOOLE MUGENI

Goma

©Beni-Lubero Online.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*