Mbusa Nyamwisi à Butembo : Lutte contre Ebola et l’insécurité, départ de LAMUKA

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Mbusa Nyamwisi, un des six anciens leaders de la plateforme LAMUKA, est arrivé dans son fief de Butembo vendredi 28 juin 2019. Il a été massivement accueilli par une population qui retrouvait son leader après sept ans d’exil. L’accueil massif et enthousiaste pour l’ancien ministre des Affaires étrangères peut aussi être compris comme l’expression de l’espoir de cette population confrontée à de nombreux défis existentiels : une insécurité marquée par des massacres en territoire de Beni, particulièrement, et l’épidémie d’Ebola qui décime les habitants des deux territoires du Grand Nord.
Mbusa Nyamwisi a ainsi saisi l’occasion pour expliquer, à nouveau, les raisons de son départ de la plateforme électorale LAMUKA, dont le candidat à l’élection présidentielle, Martin Fayulu, fut massivement soutenu par les populations de cette partie du pays. Il a dit s’investir dans la lutte contre l’épidémie d’Ebola et l’insécurité.

Pour rappel, l’épidémie d’Ebola, déclarée en territoire de Beni en août 2018, a déjà causé la mort de plus de 1.500 personnes tandis que la gestion de sa crise, affectée par l’appât du gain et confrontée à la résistance de la population locale, semble avoir échappé à tout contrôle. Quant à l’insécurité marquée par des tueries de masse, et qui affecte particulièrement le territoire de Beni, elle a causé, depuis octobre 2014, la mort de plus de 3.755 civils et le kidnapping de 3.877 personnes, selon un document publié par la société civile de Beni, en mai 2018. Ces massacres à répétition semblent, eux aussi, avoir échappé à tout contrôle.

L’engouement populaire autour de la personne de Mbusa Nyamwisi à Butembo, donne à penser que sa décision de suspendre sa participation aux activités de LAMUKA est plutôt comprise et acceptée par sa base. Il a rappelé qu’il en avait aussi longuement parlé aux autres partenaires de LAMUKA, dont on se rappelle qu’ils n’ont suscité aucune polémique par rapport au choix de Mbusa. Dans sa lettre du 17 juin 2019, il avait expliqué vouloir apporter sa « contribution à la lutte contre l‘épidémie à virus Ebola et à l’insécurité à l’est du pays, notamment à Beni-Butembo et dans l’Ituri. Dans sa lettre d’accusé de réception du 18 juin, le coordonateur de LAMUKA, Moïse Katumbi, avait dit avoir pris « bonne note » de cette décision. Les autres leaders de la plateforme n’avaient émis aucun avis réprobateur.
Mbusa Nyamwisi a toutefois tenu à rappeler qu’en quittant LAMUKA, il ne devient pas pour autant membre de la coalition FCC-CACH. Il est juste motivé par la nécessité d’apporter sa contribution à la lutte contre les deux fléaux qui ravagent la population, à savoir Ebola et l’insécurité, et que, pour être réaliste et efficace, cette contribution ne peut être fournie qu’en travaillant avec le pouvoir qui est en place, et non dans l’opposition.

Kambale MUSAVULI

©Beni-Lubero Online.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*