ArmandTungulu

Mort d’Armand Tungulu « lanceur des pierres » au cortège présidentiel

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

ArmandTungulu

       Feu Armand Tungulu sur une photo avec Yves Leterme en 2009

 armandtungulumaman

         Feu armand sur une photo de juin 2010

RTNC: Armand Tungulu s’est donné la mort dans sa cellule de détention (Congoforum)

La Radio télévision nationale Congolaise a rendu public dans son journal de 19heures ce samedi 2 octobre un communiqué du Procureur Général de la République faisant état de la mort tôt ce matin de Monsieur Armand Tungulu dans sa cellule de détention. 

Pour rappel, Armand Tungulu Mudiandambu a été interpellé le mercredi 29 septembre dernier pour avoir lancé un jet des projectiles sur le cortège présidentiel à la hauteur de l’Académie des Beaux Arts sur l’avenue de la Libération, ex. 24 Novembre dans la commune de la Gombe. 

Le communiqué du Procureur Général de la République indique que Monsieur Armand Tungulu Mudiandambu se serait suicidé à l’aide d’un fil qui était attaché à son oreiller. Un médecin légiste a été désigné et une enquête ouverte pour déterminer les causes exactes de sa mort.

Cheik FITA News , Bruxelles

L’annonce ce samedi 2 octobre 2010 de la mort du bruxellois Armand Tungulu à Kinshasa suite à son arrestation par la garde présidentielle a provoqué une onde de choc dans la communauté congolaise de Belgique. Pour preuve, l’article que nous avons publié peu après minuit a fait un buzz sur over-blog dans l’heure qui suivait : numéro 1 au top buzz! 

Les choses sont donc graves. 

Des groupes dont le HCL de Henry Muke mobilisent déjà les Congolais pour une manifestation devant l’ambassade de la RD Congo, ce lundi 4 octobre 2010. 

« Que le rêve d’Armand Tungulu devienne réalité c.à.d. la REVOLUTION

Que chacun apporte une pierre symbolique pour déposer devant l’ambassade pour montrer que nous sommes tous des Armand. » 

Nous réactualiserons régulièrement cet article au fur et à mesure de l’évolution de l’actualité. 

                    ArmandTunguluepouse00

Message de Maman Philo, veuve d’Armand Tungulu aux autorités de Kinshasa : Qu’on lui rende son mari.

S’il est vivant, qu’on le laisse revenir ici en Europe.

S’il est mort qu’on lui rende son corps.

Cheik FITA

Bruxelles, le 3 octobre 2010

 ArmandTunguludrapeaubruxelles

Armand Tungulu lors d’une manif à Bruxelles

Interview de Henry Muke sur Armand Tungulu 

Président d’une des ailes du Groupe de pression «Bana Congo» et de la plate-forme «Haut conseil pour la libération» (HCL) – qui regroupe plusieurs associations de la diaspora congolaise de Belgique dont la très active «Ba Mama Totelema» -, Henry Muke Disuishe, 39 ans, marié et père de six enfants, est un des amis du Bruxellois Armand Tungulu, le « lanceur de pierres ». En réaction aux commentaires qui fusent dans les médias pro-kabilistes, «Henry» a bien voulu nous accorder un entretien. 

«En lapidant le cortège de Kabila, Armand Tungulu a posé un «acte patriotique» 

Depuis quand connaissez-vous Armand Tungulu? 

J’ai fait connaissance avec Armand en 2004. C’était lors de la création à Bruxelles du Groupe de pression «Bana Congo». Je vous signale qu’il est marié et père de deux enfants. En 2008, il a été l’initiateur d’une plate-forme des forces sociales congolaises évoluant en Belgique afin, disait-il, d’unir nos actions. C’est ainsi que nous avons mis sur pied le « Haut conseil de libération » (HCL). Ce cartel a à son actif l’organisation de plusieurs manifestations de protestation sur la situation en RD Congo. La première a eu lieu en janvier 2009. 

C’était à quelle occasion? 

C’était au lendemain de l’entrée des troupes rwandaises sur le sol congolais dans le cadre de la fameuse Opération «Umoja wetu». Le retour des soldats rwandais au Congo pendant que les Congolais continuent à pleurer les 5 millions de leurs concitoyens ayant péri suite aux interventions du Rwanda à l’Est a été perçu comme une haute trahison. Armand était parmi ceux qui avaient fustigé cet «accord secret» Kabila-Kagame. Je tire mon chapeau devant le travail de mobilisation abattu par Armand. 

Est-il résident à Londres ou à Bruxelles? 

Armand Tungulu n’a jamais vécu au Royaume-Uni. Lui et sa petite famille résident dans la commune bruxelloise de Saint Josse Ten Noode. 

Comme vous l’avez appris, Tungulu a créé l’événement, mercredi 29 septembre, en lançant des pierres sur le cortège de Joseph Kabila. Quel est votre commentaire ? 

Je n’ai pas été surpris par ce geste. Je connais très bien Armand. C’est un Chrétien pratiquant. Il ne s’agit pas de ces chrétiens fatalistes qui crient «Alléluia, amen» à tout bout de champ espérant que les mannes tomberont encore du ciel. Armand est un homme d’action. Pour lui, le verbe et l‘action forment un ensemble indissociable. D’aucuns pourraient sourire en m’entendant dire qu’en lapidant le cortège de Kabila, Armand a posé un «acte de foi». 

Qu’entendez-vous par «acte de foi»? 

Armand m’a toujours confié sa volonté de « descendre » au Congo pour poursuivre le «combat» sur le terrain. «Il faut avoir foi en Dieu, me disait-il. «D’autres mouvements ont combattu le régime de Mobutu en prenant des risques au pays même. Jusqu’à quand allons-nous continuer à lutter à plusieurs milliers de kilomètres? Il vaut mieux mourir pour une cause noble, celle de notre pays.» Je crois pouvoir dire que le projectile lancé sur le véhicule conduit par Kabila symbolisait pour Armand la pierre que David avait lancé sur Goliath. 

A Kinshasa, Jean-Marie Kasamba, parlant au nom de la Présidence de la République, a qualifié le comportement de Tungulu d’«incivique». Qu’en dites-vous ? 

Kabila et ses partisans sont mal placés pour donner des leçons de civisme au regard de toutes ces exécutions extrajudiciaires autant que les arrestations et détentions arbitraires et les relations suspectes avec les pays qui ont agressé la RD Congo? Fernando Kuthino continue à croupir à Makala. Floribert Chebeya n’a-t-il pas été assassiné par des hommes de Kabila lors d’un rendez-vous au siège de la police nationale? Peut-on nous dire ce qu’est devenu Fidèle Bazana? Armand et moi connaissions personnellement le journaliste Franck Ngycke qui a été « exécuté » par les sbires du régime. Pour répondre à votre question, l’acte posé par Armand est non seulement «civique» mais surtout conforme au premier alinéa de l’article 64 de la Constitution : «Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution.» Kabila dirige le Congo en violation permanente de la Constitution: il nomme et révoque les magistrats sans l’avis du Conseil supérieur de la magistrature ; il peut défénestrer le Bureau de l’Assemblée nationale et exercer les prérogatives réservées au Premier ministre etc. Par son acte, Armand a voulu manifester la colère du peuple congolais face à un régime qui n’offre que de la brutalité. Un régime qui a introduit au Congo la «culture de la gâchette facile». Pour tout dire, Tungulu m’a toujours dit sa ferme volonté de rencontrer un jour Kabila pour lui «cracher» la vérité en face. C’est ce qui s’est passé mercredi le 29 septembre à Kinshasa. C’est un «acte patriotique». 

Kasamba estime que c’est l’acte d’un «déséquilibré mental». Votre réaction? 

Dans cette hypothèse, il faudrait conclure que le Congo n’est habité que par des «déséquilibrés mentaux» qui ont néanmoins la lucidité de ne pas se reconnaître dans le système politique en place. Je me demande en définitive si c’est le peuple congolais qui est «mentalement déséquilibré» ou les dirigeants? Devrait-on qualifier de «déséquilibré mental» le journaliste irakien qui avait lancé ses chaussures sur le président George W. Bush à Bagdad pour dénoncer la politique américaine dans son pays? 

Armand Tungulu consomme-t-il de l’alcool? 

Il ne boit pas. Il ne fume pas. 

Avez-vous eu l’occasion de le rencontrer avant son départ à Kinshasa ? 

Effectivement. C’est le deuxième voyage qu’il effectue au Congo. Il voulait monter sur place une petite entreprise de transport. L’ambiance trouvée sur place l’a dissuadé. C’est ainsi qu’il s’est rendu dans la capitale pour «liquider» ses véhicules et acheter une maison pour installer sa famille. 

Voulez-vous dire qu’il envisageait de regagner définitivement le pays? 

Absolument ! Son ambition était de descendre sur le terrain pour mener le combat pour le changement. Armand est très sensible à la misère sociale. 

Comment a réagi la diaspora congolaise après l’acte posé par Tungulu ? 

Mon téléphone n’a pas arrêté de sonner depuis mercredi soir. Des tractations sont en cours en vue d’organiser une grande manifestation contre sa détention. 

Avez-vous reçu les dernières nouvelles sur l’état de santé de votre camarade? 

Bien entendu. Nous avons appris qu’ il est détenu au Camp militaire Tshatshi. Il est donc entre les mains de la garde personnelle de Kabila au lieu qu’il soit mis à la disposition de la justice. Depuis cet « incident », sa famille tente sans succès de lui rendre visite. Les militaires de faction auraient exigé un «petit cadeau». La famille n’a pas voulu jouer ce jeu. Il faut dire que l’arrestation de notre ami n’a pas été aisée. Il avait opposé une farouche résistance face aux trois premiers éléments de la garde personnelle de Kabila venus l’embarquer. Un quatrième lui a assené un coup sur la tête avec son revolver. C’est ainsi qu’il a perdu connaissance. Nul ne sait si Armand a reçu des soins et quels types de médicaments qui lui ont été administrés… 

Qu’en est-il de son épouse et de ses enfants ? 

Je suis en contact téléphonique permanent avec son épouse. Elle n’a pas encore pu parler à son mari. 

Des sources diplomatiques à Kinshasa confirment que le domicile du général Faustin Munene a été perquisitionné par une escouade des gardes de Kabila. Voyez-vous un lien avec l’affaire Tungulu ? 

J’ai lu sur le «Net» des commentaires faisant allusion au fait que les deux hommes sont originaires de la province de Bandundu. Certains parlent même d’un «complot des gens de Bandundu». Je peux vous dire que notre camarade Armand est un homme très jaloux de son indépendance. Il n’a jamais voulu se laisser manipuler par des hommes politiques. Jamais ! 

A-t-il agi tout seul? 

J’en ai la conviction. Selon les informations en ma possession, Armand se trouvait sur l’avenue du 24 novembre en compagnie de quelques amis. C’est en ce moment que le groupe a aperçu de loin le cortège de Kabila. Quelques membres du groupe ont commencé à émettre des propos du genre : «Bato oyo baleki kotungisa biso soki bazoleka. Tolembi…». (Traduction : «Ces gens n’arrêtent pas à nous embêter à chacun de leur passage. Nous en avons marre…»,Ndlr). Tous les Kinois se plaignent de la brutalité des membres de la garde de Kabila au passage de son cortège. Ils «bousculent» les piétons et les automobilistes sans ménagement pour «dégager» le passage. C’est dans cette ambiance là qu’une pluie de pierres s »est abattue sur le cortège. Dès que celui-ci s’est arrêté, les « lapideurs » se sont égayés. Sauf l’un d’eux : Armand. 

Qui avait lancé les pierres? 

Armand n’a pas été le seul «lanceur des pierres». Il y en avait d’autres. Sauf que ceux-ci s’étaient sauvés alors que Tungulu a eu le courage de rester sur place. J’ai d’ailleurs appris que ce n’est pas la première fois que Kabila et sa suite essuient de jet de pierres à Kinshasa. 

Un mot de la fin? 

Nous exigeons la libération immédiate de notre camarade Armand Tungulu. Si cette exigence n’est pas satisfaite d’ici lundi 4 octobre, nous avons pris le résolution de mener des « actions ». Nous tenons Joseph Kabila personnellement responsable de tout ce qui pourrait arriver à Armand. Nous sommes prêts à provoquer un «incident» avec l’ambassade de la RD Congo à Bruxelles. 

Quel type d’actions comptez-vous mener? 

Je ne peux pas dévoiler les stratégies à l’étude. Tout ce que je peux vous dire ce que nous nous considérons dans un état de «guerre totale» avec le pouvoir kabiliste. Trop c’est trop ! Nous allons répondre à la violence par la violence. Il est inacceptable que Tungulu qui n’est pas un terroriste soit « lynché » et emprisonné alors que des criminels qui ont les mains souillées du sang des Congolais sont protégés par Kabila. C’est le cas notamment de Bosco Ntaganda et de Laurent Nkunda. 

Dans sa réaction, Kasamba dit également que «la personne du chef de l’Etat est sacré». Que répondez-vous? 

Pour nous, seule la personne de Dieu le père est sacrée. Kabila n’est pas un chef d’Etat digne de respect. Comment voulez-vous qu’on respecte un dirigeant qui ne travaille pas pour l’intérêt général. Un dirigeant qui passe son temps à éliminer physiquement les meilleurs fils du pays. Joseph Kabila est pire que Mobutu. Jean-Marie Kasamba fait son boulot de propagandiste. Il est payé pour ça! 

Propos recueillis par Baudouin Amba Wetshi

© Congoindépendant 2003-2010

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*