Nkunda offre au Congo l

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
La déclaration de guerre faite par Nkunda le Jeudi de la semaine écoulée est une stratégie qui vise à conquérir le Kivu en desserrant l’étau que les Fardc ont réussi à serrer fortement contre les rebelles du CNDP devenus MLTC (Mouvement de Libération Totale du Congo). En effet, avec la résurgence des rebellions en Ituri et au Nord-Katanga, les rebelles du MLTC espèrent disperser la force de l’armée congolaise pour réussir son coup fatal sur le Kivu. C’est ainsi que le gouvernement congolais a besoin de plus que son armée, c’est-à-dire de tout son peuple, de sa diplomatie, pour esseuler les rebelles du MLTC dans leur diableries et pour empêcher tout recrutement des jeunes congolais par ces derniers. Les enjeux sont grands pour la R.D. Congo surtout que le Conseil de Securité de l’ONU ne veut toujours pas reconnaître l’agression de la R. D. Congo par le Rwanda et l’Ouganda. Cette complicité du Conseil de Securité de l’ONU date de 1996. Il suffit de lire toutes ses résolutions sur le Congo pour voir combien elles n’ont jamais été contraignantes à l’égard des agresseurs du Congo. La R.D. Congo doit ainsi agir selon son intérêt supérieur sans trop attendre son salut de l’ONU qui depuis l’agression de l’Irak, la création de la république du Kosovo, et récemment l’occupation de la Géorgie par la Russie, a cessé d’être une force morale dans le monde. Dans le temps, le Colonel Kadhafi avait à juste titre qualifié cette ONU d’une simple caisse de résonance des intérêts de l’occident.
 
L’annonce de la conquête de tout le Congo est donc ainsi une diversion semblable à ce que la défunte AFDL avait utilisée en 1996 pour avoir le soutien des Kivutiens. Pour mobiliser les kivutiens contre le régime du dictateur Mobutu, il avait fallu que l’AFDL parle du changement de régime à Kinshasa. C’était là le seul alibi qui avait cassé le verrou du Nord-Kivu, une province qui était alors abandonnée à la merci des Ex-FAZ sans foi ni loi.
 
On peut aussi dire sans peur de se tromper que les violences faites aux femmes congolaises et l’abandon des déplacés à leur triste sort au Nord-Kivu avaient comme but de faire haïr le régime de Joseph Kabila pour préparer le lit de la guerre totale annoncée par Nkunda. En effet, on a vu naître des mouvements bidons tels le RIK (Rassemblement pour l’Indépendance du Kivu)  qui  exploitaient la souffrance de la population du Kivu pour faire haïr Kinshasa. Mais que les congolais ne se trompent pas. Les rebelles du MLTC visent cette fois-ci l’Est de la R.D. Congo. La libération totale du Congo n’est qu’une diversion pour démobiliser le front qui s’est formé au Nord-Kivu.
 
 Il est vrai que Kinshasa, et notamment Joseph Kabila, a déçu les Kivutiens par la non-réalisation de ses promesses électorales. Mais ce n’est pas avec Nkunda que les congolais attendent s’occuper du cas de Joseph Kabila. Malgré la souffrance subie, les congolais du Kivu ne peuvent plus jamais se tromper de libérateur. Le cliché des rwandais ou étrangers libérateurs de la R.D. Congo sont irrémédiablement usés pour plusieurs générations à venir. La révolution tant attendue en R. D. Congo sera l’œuvre des fils et des filles congolais eux-mêmes. Les faiseurs des rois , anglo-saxons et européens confondus, doivent ainsi se raviser. Le ticket gagnant à toutes les élections à venir en R.D. Congo sera celui du parti politique qui prouvera qu’il est constitué de « Zéro Rwandais », « Zéro Ougandais »,  etc. En effet, la ruse du Rwanda et de l’Ouganda est déjà  trop connue de congolais et donc ainsi voué à l’échec. Les congolais du Kivu ont assez souffert. Que ceux qui doutent de cette vérité se rappellent l’éruption volcanique de 2002 à Goma. Les victimes des larves chaudes du volcan avaient refusé l’hospitalité rwandaise préférant retourner à Goma pendant que la chaleur était encore époustouflante. La leçon à tirer de cette attitude combien parlante est que vouloir faire diriger la R.D. Congo à partir du Rwanda est une peine perdue.  Quiconque voudra s’engager dans cette aventure n’aura jamais de répit.   
 
La déclaration de la guerre par Nkunda précise le complot contre la R.D. Congo. En effet, dans la foulée de cette déclaration, on a assisté à la résurgence des milices et rebellions en Ituri et au Nord-Katanga. Ce fait démontre, si besoin il y en avait, que les milices et autres forces négatives de l’Est de la R.D. Congo participent à la même mission que les rebelles de Nkunda. C’est pourquoi chaque fois que le gouvernement de Kinshasa veut appliquer les accords de leur désarmement, une guerre se déclenche pour empêcher leur désarmement et on assiste à une nouvelle rhétorique de guerre. Le changement des noms du CNDP en MLTC et du FRPI en FPJC ( Front Populaire pour la Justice au Congo) participent de cette nouvelle rhétorique dont le but est de poursuivre la même guerre avec d’autres alibis. Au lieu de rapatrier les fameux FDLR vers le Rwanda pour leur jugement, Nkunda en veut aujourd’hui au gouvernement de Kinshasa. Il se veut le mobilisateur de tous les congolais qu’il accusait hier d’en vouloir à ses frères Tutsis menacés d’extinction au Kivu. Ce qui est étonnant est que la communauté internationale continue d’appuyer Nkunda en dépit de toutes ces incohérences notoires d’une guerre sans fondement. Face à cette attitude de la communauté internationale représentée en R.D. Congo par la Monuc, le peuple congolais doit prendre acte et savoir que sa libération ne viendra pas de l’étranger voire de l’ONU. Les congolais se sauveront eux-mêmes, disait déjà Mzee LDK. Le fait que l’ONU refuse d’appliquer la loi internationale pour résoudre le cas de l’agression et de l’occupation dont  la R.D. Congo est victime, en appelle à l’imagination des congolais pour envisager leur avenir et leurs alliances autrement que par le passé. Le gouvernement congolais doit ainsi mettre fin aux nombreux accords bidons pour assumer sa souveraineté et ses devoirs d’état.   
 
Les congolais aussi doivent prendre acte. Ainsi par exemple, au lieu d’organiser des marches de colère contre la reprise de la guerre à l’Est de la R.D. Congo, les congolais devraient organiser des marches de soutien aux Fardc dont quelques brigades loyalistes font un excellent travail au front du Nord-Kivu. Autrement dit, les congolais doivent soutenir l’action du gouvernement congolais pour bouter dehors tous les ennemis du pays. Ce soutien du peuple congolais à l’action des Fardc présuppose bien sûr que Kinshasa déclare ouvertement une guerre juste contre les rebelles et tous ceux qui les soutiennent. La R.D.Congo jouit aujourd’hui du privilège d’engager une guerre juste contre le Rwanda et l’Ouganda. Le gouvernement de Kinshasa ne peut pas laisser s’échapper cette occasion en or pour en découdre avec ses ennemis régionaux et internationaux par une guerre juste et populaire.
  
Edgar Kahindo
Racodit- Butembo
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*