aOichacentre00

Nouvelle Stratégie d’Autodéfense à Oïcha : Nuit Blanche pour Tous !

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Fatigués de mourir la nuit dans leurs maisons et « lopango » fermés, vu que les tueurs largués dans la Province du Nord-Kivu pour tuer les congolais opèrent principalement la nuit, la société civile d’Oïcha en Territoire de Beni a choisi à la place des opérations villes mortes de la journée d’organiser des opérations « Nuit blanche pour tous » pour assurer la securité de tous contre les Fardc.

L’appel de la société civile d’Oïcha pour la première opération « Nuit Blanche pour Tous » a été un franc succès dans la nuit du Jeudi 10 au Vendredi 11 Février 2011. Tous les habitants de la Cité d’Oïcha, à savoir, hommes, femmes, jeunes, adultes, et enfants, ont passé la nuit à la belle étoile autour du feu partout dans les quartiers se protéger contre l’armée nationale ( les FARDC) qui endeuille la région. Oïcha demande le départ des FARDC qui tuent, volent, violent les paisibles citoyens de ce coin du territoire et qui trompent le monde extérieur en mettant leurs crimes sur le compte des rebelles ougandais ADF/NALU.

Comme il n’y a pas eu de cas de tuerie ou de vol lors de la première opération «Nuit Blanche », la population a choisi de poursuivre l’opération pour la nuit du Vendredi au Samedi 12 Février 2011.

aOichacentre00

          Une vue d’un quartier d’Oïcha/en Territoire de Beni

Le fait que les citoyens soient obligés de se protéger contre l’armée nationale censée assurer la sécurité de tous, est un signe que l’heure de la révolution a sonné en RDC, un pays qui ressemble à un grand navire sans commandant à bord. L’espoir de tous les habitants d’Oïcha est que de ces veillées collectives naissent une véritable solidarité dans l’action contre le régime qui a fait de l’insécurité son mode de gouvernance. 

Pour les observateurs avertis, l’insécurité entretenue dans la province du Nord-Kivu est un prélude à l’occupation rwandaise de la région. En effet pendant que les tueries des congolais se multiplient, les rwandais s’infiltrent dans la région, notamment dans les zones minières, où contrairement aux congolais, ils jouissent d’une securité maximale de l’armée nationale et de la sollicitude particulière de certaines ONG internationales. Il apparaît ainsi que l’objectif de l’insécurité est de casser la résistance du peuple congolais contre l’occupation rwandaise. Devant le silence et la complicité notoires des dirigeants congolais, le peuple congolais laissé à son triste sort est obligé de se défendre contre ses propres dirigeants et son armée nationale. 

Correspondance Particulière d’Oïcha 

©Beni-Lubero Online

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*