Op

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Les opérations de traque des rebelles hutus rwandais des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda, FDLR se poursuivent dans la contrée de Kasugho, localité située à environs 45 kilomètres au Sud-Ouest du chef lieu du territoire de Lubero dans le grand nord de la province du nord Kivu, indique Radio Communautaire Tayna, RCT
 
Une vue de la cité de Kasugho ( Photo G. Mumbere)
Ces opérations ont commencé vendredi 23 janvier dernier dans la périphérie de Kasugho et se poursuivent aujourd’hui à une trentaine de kilomètres, précisément, dans la contrée da MASEKESEKE dans le secteur de BAPERE.
Contacté par la RCT, le commandant FARDC de l’axe Est et chargé des opérations dans le grand nord de la province du Nord Kivu, le colonel KYUMA a fait savoir que ces opérations visent le désarmement des FDLR en vue de leur éventuel rapatriement vers leur pays d’origine, le Rwanda.
Quelques heures avant le déclanchement des opérations, le colonel Kyuma a tenu un meeting à Kasugho à partir de 7h00, heure locale. Ce, pour tenter de sensibiliser les rebelles des FDLR de se rendre et de déposer volontairement leurs armes. L’appel semble ne pas avoir eu d’échos favorable de la part des rebelles rwandais .Ce qui a ouvert la voie à l’usage de la force par les FARDC.
Au cours de ce même meeting, l’autorité militaire a appelé la population de Kasugho de rester calme. A celle qui vit dans les zones occupées par les FDLR, il a demandé une évacuation pure et simple.
 Par ailleurs, les affrontements entre les FARDC et les FADLR ont conduit à la mort de 8 éléments FDLR. Un militaire FARDC a été grièvement blessé. Il a été évacué hier samedi vers 16h00, heure locale par un hélico de l’armée gouvernementale. Ce bilan, fourni par le colonel KYUMA, a été contesté par un colonel des FDLR qui a joint la RCT au téléphone.
Par ailleurs trois camps des rebelles hutus rwandais ont été démantelés le vendredi par les forces gouvernementales. Il s’agit du camp de KYAMAKALA qui était sous commandement du colonel DIMITRI, celui de Mitimingi et en fin celui de VUSIGHA. Ces camps sont situés à environs cinq kilomètres à l’ouest de Kasugho.
Pour l’instant, ils  sont tous sous le contrôle des FARDC, a indiqué à la RCT le colonel KYUMA. Ce dernier s’est rendu hier samedi dans les camps récupérés.
 
Situation plutôt calme à Kasugho
 
Malgré le début des opérations militaires contre les FDLR à Kasugho, la situation est restée plus au moins calme dans ce village. Les activités économiques et scolaires évoluent normalement. Les boutiques sont restées ouvertes malgré les accrochages aux environs de Kasugho, a constaté  Radio communautaire Tayna, RCT.
Toutefois, il faut signaler l’afflux des déplacés dans ce village en provenance des zones touchées par les affrontements entre les FARDC et les FDLR d’une part et les FARDC et les « mai mai » des PARECO de l’autre part.
En outre, certains habitants qui ont cédé à la panique, suite aux coups de feux du vendredi, ont décidé de fuir le village pour trouver refuge à LUBERO et à BUTEMBO.
Il s’agit notamment de certains étudiants et certains non autochtones.
.
Sim’s Guy Mumbere
Chef des programmes
RCT-Kasugho
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*