Orientation du vote des catholiques de Beni-Lubero aux prochaines élections

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

[Samedi 22 Avril 2006: www.benilubero.com] Les prochaines élections en R.D.Congo constituent un rendez-vous crucial pour l’avenir du pays où chaque citoyen compte opérer un choix noble puisqu’il doit en répondre doublement, devant le peuple et devant Dieu. C’est ce qu’enseigne le Conseil d’Apostolat des Laïcs Catholiques Congolais (CALCC) dans son éducation civique et électorale. En effet, en date du 20 avril 2006, dans la salle SIPA/Maurice de la Procure du Diocèse de Butembo-Beni, il a été organisé une conférence-débat sur l’éducation électorale par le CALCC en collaboration avec le Mouvement Social Congolais-Coordination provinciale du Nord-Kivu.

Les activités ayant commencé aux environs de 9h00 ont réuni dans la salle des animateurs des forces vives et des laïcs venus de tous les coins et paroisses du diocèse. Après le mot de bienvenue et la présentation du programme de la journée, les participants ont été initialement illuminés par la lecture du message de la conférence épiscopale du Congo aux chrétiens et hommes de bonne volonté : « Levons-nous et bâtissons ». La lecture de ce texte a suscité plusieurs questions des participants prouvant à suffisance que tout le peuple s’implique activement dans le processus électoral pour qu’il aboutisse.

C’est seulement après ce bain frais qu’est intervenue la série de différents thèmes du jour dont :

– Le CALCC, son origine, ses objectifs, ce qu’il est, ce qu’il n’est pas par Mr Raphaël SALU, Président du CALCC

– Page d’histoire : les dirigeants politiques de la RDC de 1960 à nos jours, essai de typologie et caractéristiques par Mr Patrick Tsiko ;

– Les élections générales en RD Congo : Scénarios possibles, Par l’Assistant Kizito Kaponirwe ;

– Le profil d’un bon candidat et les dix commandements pour une élection, Par Mr Urbain Kavughe ;

La responsabilité de la société civile dans la faillite de l’Etat congolais par Mr Vahamwiti (Coordonnateur du Mouvement Social) et Me John Baumbilia (Justice et Paix / Beni).

Le CALCC est une dynamique des chrétiens laïcs différente de la Commission Episcopale pour l’Apostolat des Laïcs au sein de la CENCO. Il s’est défini clairement dernièrement en janvier lors de ses assises à Kinshasa sur la thématique de l’Engagement citoyen et responsabilité chrétienne. Ses membres viennent des mouvements d’action catholique mais aussi des groupes d’approfondissement spirituel et de tous les chrétiens baptisés. Ainsi, son enseignement tient compte de la doctrine sociale de l’Eglise, des charismes des fondateurs des groupes auxquels les membres appartiennent et s’appuie sur l’Evangile et l’enseignement de l’Eglise.

Face à la situation de notre pays, le CALCC rappelle à tous les laïcs que voter est un droit et un devoir de chaque citoyen. Mais il faut voter en chrétien car notre choix doit être honnête devant Dieu et devant le peuple. Ainsi le laïc a-t-il la mission d’être sel et lumière du monde par sa sagesse en orientant les autres et en leur apportant la joie de vivre. Il doit gérer en bon escient le temporel en mettant la politique et la science au service de la justice sociale. Ne pas faire de la politique, c’est subir la politique des autres. A ce propos, le besoin des acteurs politiques est réel mais ceux-ci doivent être accompagnés et soutenus. Il doit également s’impliquer aussi dans la politique mais en respectant les valeurs humaines, les valeurs évangéliques (faire de l’éthique pour sauver la politique et non faire la politique en oubliant l’éthique), faire de la politique pour l’intérêt général car il faut un dirigeant nouveau pour le salut du peuple…

Dans ses recommandations, le CALCC demande de ne pas voter pour un criminel, un homme qui ne respecte pas les valeurs chrétiennes, humaines et évangéliques.

Quant au thème de Tsiko, sa rétrospective sur les dirigeants politiques du Congo a pour but de réveiller la mémoire collective de nos populations sur les grands moments historiques marqués par des vicissitudes, des rebondissements des hommes qui, tant bien que mal, ont donné une orientation politique à notre pays. Il a été principalement question d’épingler les facteurs et les raisons profondes qui ont défavorisé nos politiciens à mieux exercer leur charge. Ainsi a-t-il examiné les structures qui les ont préparés et les ont portés au pouvoir afin d’expliquer adéquatement leur gestion ainsi que l’entendement qu’ils se faisaient du changement.

L’Assistant KIZITO, en faisant une lecture de la loi électorale, a démontré comment les élections seront organisées à tous les niveaux, il en a donné également les enjeux selon le degré et le nombre d’électeurs et les sièges à pourvoir et comment s’y prendre.

Le profil d’un bon candidat ainsi que la démarche d’un bon vote ont été exposé aux participants en faisant ressortir les points suivants :

Identifier les partis, les coalitions politiques et les indépendants dignes et honnêtes ;

– voter pour les parties, une coalition ou un indépendant qui a les chances de gagner car on ne s’allie pas au faible ;

– voter pour un parti, une coalition ou indépendant que vous connaissez proche du peuple,

– sensibiliser les électeurs à voter massivement en prenant compte de ces orientations, etc.

Pour Vahamwiti et Baumbilia, après avoir décortiqué aux participants la photographie de la pauvreté du Congo d’après le Document des Stratégies de Réduction de la Pauvreté et démontré la démission de l’Etat ; ils ont démontré le rôle de la Société Civile en donnant en exemple pour modèle de changement, le Mouvement Social.

Faudrait-il retenir qu’au cours de cette assemblée, qui a été honorée par la salutation officielle du Maire de la Ville de Butembo, l’Honorable SINGA WABUNGA Zébédée, chaque participant est parti avec un bagage riche en enseignement en ayant les dépliants de chaque module mais aussi la constitution de la République, la loi électorale et les mesures d’application de la loi électorale, mais aussi la présentation de tous les candidats à la députation nationale du Mouvement Social à Beni et Lubero (territoires) et Beni – Butembo (Villes). Les participants se sont séparés, déterminés de faire une bonne restitution auprès des chrétiens de leurs paroisses d’origine afin de bien les préparer aux prochaines.

Florent Kasula

Butembo

Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*