Où sont passés les insurgés de Bunagana et de Kiwanja?

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

La guerre d’agression dont est victime la R.D. Congo ne finit pas d’étonner plus d’un observateur. Elle est difficile à circonscrire, disent certains. Et pourtant une chose est claire qu’elle est entretenue par certains congolais et soutenue par la communauté internationale qui joue au jeu de la carotte et du fouet, et de fois au sapeur pompier quand ses protégés vont si vite à la besogne! Si dans d’autres coins chaux du monde, cette communauté cherche par tous les moyens à anéantir l’ennemi de la paix et de la sécurité, au Congo, l’ennemi de la paix est roi. De temps à temps on lui interdit de séjourner trop longtemps en ville comme c’était  le cas la semaine passée à Bunagana et à Kiwanja…. Le défenseur de la paix est pourchassé et rappelé pour consultation au Quartier Général de la Guerre, c’est-à-dire Kinshasa. C’est le cas de  Prosper Nabyolwa, Mbuza Mabe, Kasikila, etc. Et dans tous ces cas, le défenseur de la paix ne revient jamais sur le terrain où il s’est montré efficace. Les forces populaires d’auto-défense sont dites négatives, on ne sait pas par rapport à quoi elles sont dites négatives. Ces forces sont pourchassées jusqu’à leur extermination. Mais Laurent Nkundabatware qui a occupé et endeuillé Bukavu, Bunagana, Kiwanja, etc. est libre et n’est pourchassé par personne. Des innocents congolais sont arrêtés et mis en prison soit disant de connivence avec l’ennemi juste pour distraire le peuple! On n’a jamais su combien de temps ils passent en prison.  Il entre en Ville quand il veut, et sort à la vue et au su des services de sécurité. D’autres bandits viennent du Rwanda ou de l’Ouganda de la même manière. Tous ces bandits, rebelles ou agresseurs semblent avoir comme mission de tester l’opinion nationale et internationale. Un jour que l’opinion nationale et internationale sera à leur faveur, la R.D.Congo pourra entamer une autre période  sombre de son histoire, à savoir une balkanisation de son territoire national. Les congolais devraient se raviser qu’il n’y a pas de fumée sans feu! Le modèle de conquête que la communauté internationale utilise au Congo, notamment la gestion de la crise créée par la même communauté ne devrait pas obnubiler les congolais. Visiblement, cette crise profonde que le Congo à lui seul ne peut résoudre sans l’argent de l’étranger, et les alléchantes élections démocratiques ou didactiques, sont deux épouvantails bien trouvés pour hypnotiser les congolais. En soi, l’apport extérieur pour le développement d’un pays sera toujours désirable; les élections comme voie royale d’accession à la magistrature suprême c’est le souhait de tous! Mais pendant qu’on  miroite ces deux épouvantails à nos yeux, rien n’est fait pour nous assurer qu’après les élections il y aura la paix. Un des gestes qui nous convaincrait serait l’arrestation de Laurent Nkundabatware et ses collaborateurs et leur traduction devant la Cour de Justice de la R.D. Congo. Le ministre Mbusa Nyamwisi a proposé aussi la permutation des Fardc postés à l’Est vers d’autres provinces. La societé civile du Nord-Kivu a déja demandé la mutation du Gouverneur Serufuli du Nord-Kivu vers une autre province non frontalière avec les pays agresseurs du Congo.  La population a toujours demandé le maintien sur le terrain des opérations des commandants qui ont su protéger ses biens, mais en vain. D’autres propositions ont été faites mais sont restées lettre morte… A bon entendeur salut!  (Kakule Mathe, Butembo)

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*