Ouverture de l’année Jubilaire de la Compagnie de Marie Notre Dame

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Aujourd’hui 08 avril 2006, les Sœurs de la Compagnie de Marie Notre Dame entrent dans l’Année jubilaire de 400 années de leur fondation. A Kinshasa, la messe d’ouverture de ce jubilé a été célébrée à la Paroisse Saint Raphaël. Plusieurs congrégations étaient représentées. Pendant l’offertoire trois symboles significatifs ont été présentés : l’Image de Sainte Jeanne de Lestonnac, le globe terrestre et les drapeaux de 26 pays où la Compagnie de Marie est présente. C’est vers la fin de la messe que la brève biographie de Sainte Jeanne de Lestonnac a été brossée par la Sœur Syaghuswa, commentatrice de cette messe. Qui est, en fait, Sainte Jeanne de Lestonnac ?

 

Elle est la fille de Richard de Lestonnac, Conseiller du Roi au parlement de Bordeaux, et de Jeanne Eyquem de Montaigne, sœur de l’écrivain Michel de Montaigne. Jeanne de Lestonnac est née en 1556. Dès son enfance elle est confrontée aux conflits des divisions religieuses qui ont caractérisé son époque. Ces conflits ne vont pas épargner sa propre famille où sa mère se convertit au calvinisme et essaya de l’attirer dans cette foi en tant que fille aînée. Heureusement, Jeanne de Lestonnac parviendra à conserver sa foi grâce au secours de son père et de son oncle Michel qui, eux sont restés catholiques fervents. Elle pria alors avec ferveur et se confia à la glorieuse Vierge Marie qui désormais lui tint lieu de mère et protectrice.

 

Elle écouta aussi avec une foi profonde cette voix intérieure qui lui dit : « Garde-toi ma fille d’éteindre cette flamme que j’ai allumée dans ton cœur et qui te porte avec Zèle à mon service ». Elle voulut embrasser la vie religieuse mais son père s’y opposa suite au relâchement qui s’était glissé dans les maisons religieuses de l’époque. A 17 ans, elle épousa Gaston de Montferrand, Baron de Landiras. Elle donna naissance à sept enfants dont quatre seulement survivront. Après 24 ans de mariage heureux, elle perd brusquement son époux et peu après son fils aîné.

 

Après s’être acquittée de son devoir de parent, elle se retira au monastère des Feuillantines à Toulouse à l’âge de 46 ans où elle espérait enfin répondre à sa première vocation. Mais elle ne pourra rester que six mois suite à l’austérité qui, rapidement, porta préjudice à sa santé. C’est dans sa dernière nuit en tant que novice qu’elle recevra sa vraie vocation. Elle passa en revue toute la jeunesse de Bordeaux qui se perd en voulant chercher l’instruction dans les écoles calvinistes. Elle comprit que c’était elle qui devait leur tendre la main. Elle s’associa d’autres filles et commencèrent un Ordre des filles qui s’occuperaient de l’éducation de la jeunesse. Cette dernière nuit est restée pour la Compagnie de Marie une nuit Historique : La Nuit des Feuillantines.

 

Jeanne de Lestonnac s’endormit le 02 février 1640 et fut proclamée Sainte le 15 mai 1949, par le Pape Pie XII.

 

Le thème pour cette année jubilaire est bien repris dans la lettre que la Mère Provinciale, Basiliane KALEMBA a envoyé à toutes les sœurs de la Compagnie de Marie, de la Province d’Afrique. Elle écrit : Le thème de notre Année Jubilaire, « 400 ans pour une éducation humaniste dans un monde pluriel » est d’actualité puisque ces personnes marginalisées et traumatisées nécessitent une éducation humaniste. Pour y arriver, l’instruction demeure pour nous une priorité pour remettre à l’homme sa dignité.

 

Puisse le Seigneur soutenir cette œuvre combien immense pour la gloire de Dieu et le salut  du monde. 

 

Fr. KAVUSA KASOKO Jean-Guillaume, a.a.

Kinshasa

Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*