P

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
PROVINCE DU NORD-KIVU                                                                                   Kirumba, le 12/06/2010
TERRITOIRE DE LUBERO
CITE DE KIRUMBA
FORCE VIVE DE LA
POPULATION DE KIRUMBA                                                                                     N° 01/F.V.P.K/2010
                                                                 
 
 Transmis copie pour information aux :
 
           Honorable Président du Parlement National à KINSHASA
           Honorable Président du Parlement Provincial à GOMA
           Parlement Provincial du Nord-Kivu à GOMA
           Directeur de Province du Nord-Kivu à GOMA       
           Son Excellence Monsieur le ministre des Affaires Intérieures du Nord-Kivu à Goma
           Monsieur l’Administrateur du Territoire de Lubero à LUBERO
           Monsieur le Chef de Cité de Kirumba à KIRUMBA
           Monsieur le Commandant de la PNC à KIRUMBA
           Monsieur le Commandant Secteur de FRDC à KASANDO
           Monsieur le Commandant de la MONUC basée à KIRUMBA
 
Objet : Transmission PETITION                            A son Excellence Monsieur le Gouverneur de
          de la population de la                                              Province du Nord-Kivu à GOMA
             Cité de Kirumba
 Evénement du 12/06/2010
 
Son Excellence,
Nous avons l’honneur de vous transmettre ce dont l’objet est exprimé en marge.
Espérant que cette pétition attirera votre attention, nous attendons de vous une bonne exploitation et réalisation pour essuyer les larmes de votre population.
Nos sentiments patriotiques
En annexe :
– Pétition de la population de la cité de Kirumba
– Signatures des Représentants de la population
 
PETITION DE LA POPULATION DE LA CITE DE KIRUMBA/NORD-KIVU
 
De cette journée de triste mémoire, pour la perte de notre maman KAVUGHO JULIENNE qui vient d’être tuée Samedi 12/06/2010 à 1H20’ par les hommes armés que les gens nomment non autrement identifiés et pourtant les autorités locales, civiles que militaires sont sensées avoir la compétence de sécuriser la population jour et nuit. Ne sont-elles pas impliquées dans cette insécurité?
En effet, nous souvenant du passé, nous avons l’opportunité de vous faire revivre certains faits douloureux déjà vécus :
– En date du 01/Mai 2001 : assassinat de notre aimable regretté Directeur Adalbert KIVUSA qui a été fusillé à son domicile sous le règne de KAMBALE KAKWIRA Ladislas ;
– En 2003 : assassinat du Chef de quartier MAKASI KAMBERE SELEMANI tué à son domicile par balles après une réunion de sécurité élargie organisée par le Chef de Cité KAKWIRA, conjointement avec les autorités militaires ;
– En date du 15/08/2009 : mort de DANIEL MUHONDI, Chef de Quartier Kikimba grand défenseur de la population mort sous un empoisonnement ;
– Le 23/01/2010 : mort du président de la société civile noyau de Kirumba par empoisonnement ;
– L’assassinat de DABLIYU dans sa maison la nuit au Quartier MBOGHO ;
– Assassinat de l’Infirmière psychiatre trouvée morte et violée à Kalingolingo Quartier Kyalungero.
En allant plus loin, des rumeurs circulent dans la cité qu’une certaine liste des leaders locaux qui défendent la cause de la population serait à cours d’exécution.
Pour rappel d’autre part,
– En date du 30/01/2010, un véhicule marque FUSO victime d’un pillage à Kikonde non loin de la cité de Kirumba : 2 morts et 3 blessés par les présumés militaires ;
– Le 07/02/2010 : un muni- bus pillé à Bwatsinge par les hommes à mains armées ;
– Le 01/Mai 2010 : 11 maisons incendiées à NDOLUMA par les FARDC : 1 mort dont monsieur KAMBALE KASUSU et 2 blessés par les militaires.
– Le 02/05/2010 : assassinat d’un professeur à Kanyatsi
– Le 02/05/2010 : un minu-bus pillé à BUSESA entre KIRUMBA et MIGHOBWE
– Le 10/042010 : pillage de 36 chèvres par les FDLR à Vusigho chez KKKT à Kaseghe
– Le 16/04/2010 : pillage de 62 chèvres à KASEGHE
– Le 12/05/2010 : assassinat de KAKULE MUFAZILI à KASINGIRI par un élément de la FARDC et incendie de 5 maisons, 2 motos et autres biens.
– Le 24/03/2010 : Assassinat de MUMBERE VAKATSURAKI à KIVAKO
– Le 21/04/2010 : pillage chez SIMEON à HUTWE par un élément de la FARDC
– Le 03/05/2010 : pillage à Kivako par FARDC, dont un militaire a été attrapé ;
– Le 19/03/2010 : incendie de 6 maisons à MAMBASA par les inconnus ;
– Le 09/04/2010 : tentation d’assassinat des bouchers d’Alimbongo et pillage par les FARDC ;
– Le 15/04/2010 : arrestation arbitraire de 3 civils présumés pillards à KANYAMBI
– Le 14/04/2010 : pillage et mort de 2 personnes à KANYAMBI ;
– Le 17/04/2010 : pillage à KAVIRU MULUVO ;
– Le 17/04/2010 : pillage de 3 garçons à KANYAMBI ;
– Le 16/04/2010 : pillage à Nduta par les FARDC ;
– Le 19/04/2010 : assassinat d’un boucher et pillage à VUTSOROVYA par les gardes du corps du Colonel BIZURU
– Le 17/04/2010 : pillage à MATEMBE par les FARDC
– Le 04/05/2010 : pillage à KYULO, KAGHETSI et LUKUVEVE par les FARDC captés à Kamandi.
– Plusieurs villages du Sud de Lubero déjà incendiées sans interventions aucune de la part du gouvernement.
– Les opérations KIMYA 1, 2 et AMANI LEO, mal interprétées par la population, car au lieu de ramener les FDLR au Rwanda maintenant sont dispersées vers l’intérieur du pays.
– La population n’a plus accès à ses champs
– Le prélèvement des quantités de récoltes de la paisible population dans des sentiers qui mènent aux champs par les FARDC ;
– Les pillages systématiques organisés en 2004 puis en 2008 par le FARDC en présence du Général Chef d’Etat Major des armés terrestres : TANGO FORT
 
 Particulièrement à Kirumba, les viols, vols de bêtes et autres, tortures, tracasseries et BEBESHA sont quotidiens. Signalons également que les maisons de la population locale sont occupées illégalement par les FARDC.
Eu égard à ce tableau très sombre, nous population de KIRUMBA recommandons :
– Permutations immédiates des Chefs de Cité de Kirumba
– Départ de la brigade et Secteur, nous avons besoin des militaires d’autres Provinces à part ceux du Nord-Kivu.
– S’il n’y a pas de solutions palliatives aux multiples problèmes, la population va se prendre en charge ;
– Aucun bureau administratif ne sera ouvert si ces recommandations ne seront respectées.
Vous trouverez en annexe, les signatures de représentant de la population de la cité de Kirumba.
 
DECLARATION
 
            Vu la situation sécuritaire vécue au Sud de Lubero surtout et en particulier dans la cité de Kirumba.
Vu le nombre de leaders perdus par empoisonnement et assassinats de 1996 au 12 Juin 2010.
Vu Diverses recommandations sans suites favorables de la part de la population à travers des mémorandums et pétitions adressés aux différentes autorités nationales, provinciales et territoriales.
Vu des récents projets du gouvernement à notre défaveur (gouvernance sans peuple).
Conformément à la lettre de la couche vive de la population de Kirumba adressée à l’inspecteur provinciale de la PNC du 27/07/2009.
A la suite de la lettre de l’Inspection de l’Agriculture, Pêche et Elevage du Territoire de Lubero adressée à l’Administrateur du Territoire de Lubero en date du 22/04/2010.
Nous rappelant de la lettre N° 020/ CE JL.S/ CIKI 2010 du collège des étudiants et la Jeunesse de Lubero Sud  adressée au gouverneur de la Province du Nord- Kivu en date du 05/04/2010 qui reste sans suite.
En concluant par la lettre de la population et force vive de Kirumba adressée au Gouverneur de la Province du Nord – Kivu en date 12/06/2010 : « Pétition de la population de Kirumba ».
Faisant lecture de la constitution à ses articles 12,27,29,30,31,42,58,63,64,66 et 67, notre observation constitutionnelle nous prouvant de contradiction. Pour cela en cas de non résultat positif essuyant  nos larmes conforment à cette pétition dernière du 12/06/2010, ce serait la confirmation du gouvernement tel que nous ne sommes pas des citoyens pour jouir de nos droits congolais.
C’est pourquoi nous proposons des alternatives telles que :
         La constitution n’est pas respectée, ce que elle mérite une révision à ces articles précités ci du moins elle est la nôtre;
         Les obligations civiques ne seraient pas demandées à cette pauvre population, demandons la restitution de nos biens pillés de 1996 -2010 car les pillages étaient bien organisés par les agents de l’ordre du Gouvernement.
Tout en étant parti de l’humanité, nous présentons notre déclaration au monde auditeur et autre dirigeant décideur 
 
Ainsi dit à Kirumba, le 12/06/2010
.
Les signatures des représentants de la population de Kirumba pour la pétition et pour la déclaration :
©Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

P

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Selon une interview du Père GIOVANNI accordée à la Radio Victoire Horizon FM et diffusée    ce matin à Butembo, le Père GIOVANNI, prêtre italien et missionnaire au Diocèse de Butembo-Beni, a été victime d’une agression en mains armées en date du vendredi 17 juillet 2009, à Muramba dans la localité de Bunyatenge, au Sud du Territoire de Lubero. Le Père Giovanni a lui-même déclaré que ses agresseurs étaient visiblement trois militaires rwandais du CNDP en  tenues des FARDC !  
 
Après  intimidations et menaces de mort, le Père Giovanni, s’est vu dépossédé de plusieurs biens de valeur et de tout l’argent qu’il détenait à la mission de Muramba, notamment :
–  Un ordinateur Portable,
–  Plus de 8000 $,
–  Plus de 500.000 schilling ougandais,
–  Plus de 1 460 000 Francs Congolais
–  L’unique véhicule de la mission, etc.
 D’après  le Père Giovanni, tous ces biens et cet argent extorqués au bout du fusil, appartenaient au Dispensaire de Muramba
 
Aux dernières nouvelles, ces malfrats auraient été arrêtés à Bunyatenge même par d’autres Fardc issus comme eux du CNDP ! La suite de leur arrestation n’est pas encore connue. Le Père Giovanni espère qu’il pourra retrouver quelques-uns des biens extorqués.
L’agression du Père Giovanni comme des milliers d’autres agressions de ces jours, mets à nu la situation précaire qui prévaut au Sud de Lubero et ailleurs au Nord-Kivu. Les actes barbares qui s’y commettent sont l’œuvre des Fardc même si certains medias à la solde des agresseurs et de l’ONU continuent à accuser les FDLR dont le mythe ou réalité constitue le gros mensonge sur lequel reposent le pillage des ressources minières et la guerre d’occupation du Nord-Kivu !
 
Tembos Yotama
Butembo
Beni-Lubero Online
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

P

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Il y a exactement deux mois, les bâtiments de l’Eglise et du couvent des Prêtres de Luofu étaient encerclés par des rebelles rwandophones du RUD qui voulaient les bombarder.
A l’origine de l’affaire, un des prêtres de la paroisse n’aurait pas accomplit une promesse faite dans une opération DDRR qui a mal tournée entre la MONUC et les dits rebelles. Selon des sources proches de la paroisse, le couvent des prêtres avait tout simplement été désigné comme un lieu neutre dans un deal entre la Monuc et les rebelles du RUD.
Jusqu’aujourd’hui on n’a jamais su qui, entre la Monuc, le prêtre, et les rebelles du RUD n’avait pas accompli sa promesse. Craignant pour eux-mêmes et pour la destruction des bâtiments de l’Eglise, les prêtres avaient réussis à s’échapper. La paroisse était par la suite officiellement fermée après la dispersion des bergers.
Le couvent des Petites Sœurs de la Présentation était aussi fermé et cela jusqu’à nos jours.
Notez que ce n’est pas la première fois que la paroisse de Luofu ait été fermée momentanément à la suite des attaques des rebelles ou des Mai-Mai.
.
C’est cette paroisse qui a été ré-ouverte le dimanche dernier avec l’arrivée d’une nouvelle équipe des prêtres composée d’Adolphe, Ngwali, Kaghaniryo ( ?) (ndlr) et Jean-Marie. N’ayant pas un autre endroit où aller comme les prêtres et les sœurs, les habitants de Luofu étaient revenus au village quelques jours seulement après l’attaque et la fuite des prêtres. En effet, pour une fois, seuls les prêtres étaient directement visés par les assaillants. Mais l’absence des prêtres et des sœurs qui sont au centre des activités spirituelles (messe, catéchisme, sacrements) et sociales (Ecoles, Centre de Santé, Encadrement de la Jeunesse, etc) se faisait sentir dans la localité de Luofu.
C’est ainsi que le retour des prêtres fait renaître Luofu après deux mois sans vie. La réouverture de la Paroisse de Luofu en cette période de Pâques est tout un symbole. C’est une véritable résurrection de la vie paroissiale, un signe de l’espérance chrétienne qui est plus forte que la peur et la mort.
Ceci est d’autant plus vrai que les rebelles rwandophones sont toujours à un jet de pierres du village. Il est vrai que le Conseil de Securité des Nations Unies a voté une nouvelle résolution demandant aux rebelles rwandais de se démobiliser. Il est vrai aussi que les Fardc se déploient de nouveau dans les zones où elles étaient délogées au mois de novembre 2007 par les rebelles de Nkunda. Mais ce scenario et ce tapage médiatique ne sont pas les premiers du genre. Des faits intrigants sont le CNDP de Nkunda, la multiplicité des milices et rebellions dans la région. Les habitants de Luofu auraient voulu entendre que le CNDP et les Mai-Mai étaient désormais intégrés ou brassés dans l’armée congolaise pour que devenue plus forte cette armée puisse dissuader les rebelles étrangers. Mais la situation aux environs de Luofu n’est pas différente de celle de novembre 2007. Chaque groupe armé garde sa position. Le CNDP de Nkunda qui avait mis en déroute les Fardc, fait l’économie de sa force en laissant les Fardc s’occuper seules des FDLR qu’il redoute. Ce qui est étrange c’est que les Fardc ne disent mot et semblent s’accomoder de ce rôle supplétif sur un terrain où elles devaient faire la loi.
Les péripéties de cette bataille contre les rebelles rwandophones à l’Est de la R.D. Congo est une véritable équation à plusieurs inconnues ! Plusieurs observateurs s’en inquiètent avec raison car le doux traitement réservé à certains rebelles dans un Congo qui se veut souverain n’augure pas des lendemains meilleurs.
.
La confusion qui demeure sur terrain au Nord-Kivu, plus précisément à Luofu et ses environs, permet d’apprécier le courage de ses habitants et des nouveaux prêtres qui sont arrivés pour poursuivre la mission d’évangélisation. C’est un témoignage de la vie qui est plus forte que la mort. La vie, la soif de vivre qui est une puissance que personne et que rien ne peut arrêter. C’est ainsi que l’unique rue de la petite bourgade de Luofu est de nouveau fréquentée.
Le petit commerce y reprend timidement. Les enfants jouent de nouveau dans la cour.
Les enseignants ont repris leur beau métier de la craie malgré plusieurs mois impayés.
Les hommes peuvent de nouveau s’attrouper pour discuter de tout et de rien, etc. La cloche de l’Eglise sonne de nouveau pour appeler les gens à la prière du matin et du soir.
Les affaires locales sont de nouveau jugées localement par les juges locaux… Mais la question des FDLR ne trouve pas de juge local car visiblement elle n’est pas locale, elle est imposée aux congolais de Luofu!
.
Correspondance particulière de Kayna
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*