RDC : L’Eglise catholique dans la ligne de mire des rebelles

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
ROME, Mercredi 9 décembre 2009 (ZENIT.org) – Un prêtre et une religieuse catholiques ont été assassinés en République démocratique du Congo (RDC), rapporte aujourd’hui l’e site en ligne de « L’Aide à l’Église en détresse » (AED), qui déplore que l’Église catholique soit « dans la ligne de mire des rebelles ».
 
Un prêtre et une religieuse ont été tués lors d’une attaque dans l’archidiocèse de Bukavu (Est de la République Démocratique du Congo).
 
L’Abbé Daniel Cizimya Nakagama, 51 ans, prêtre dans l’archidiocèse de Bukavu depuis 12 ans, a été assassiné dans la nuit du 6 décembre, à Kabare (près de Bukavu), dans son presbytère.
 
Moins de 48 heures après, au nord de Bukavu, c’est le monastère de Murhesa, de l’ordre des Trappistines qui a été attaqué, provoquant la mort d’une religieuse, Sœur Denise Kahambu.
 
Les deux victimes ont été tuées d’une balle dans la tête, à bout portant. Dans le cas du prêtre, trois suspects ont été arrêtés et interrogés. Les assaillants du monastère des Trappistines courent toujours.
 
Ces deux assassinats confirment l’inquiétude de la population, face à une escalade de violence contre l’Église, commente l’AED. « Notre archidiocèse est victime de la barbarie, a déploré Mgr Pierre Bulambo, vicaire général de l’archidiocèse de Bukavu. Les congolais sont à bout, personne ne peut vivre entre les larmes et la mort ». Pour lui, l’Église est dans « l’œil du cyclone » dans cette région de Bukavu : il y a deux mois, deux prêtres ont été « enlevé et emprisonnés comme des rats » dans l’église de Ciherano, pendant que leur église a était incendiée.
 
L’AED rappelle que l’Église catholique de RDC s’est engagée depuis plusieurs années auprès des populations victimes de la guerre, dans l’éducation à la démocratisation de la population.
 
L’Eglise catholique, précise la même souce, défend également fermement l’exploitation responsable des ressources naturelles du pays, surtout dans l’Est du pays, riche en minerais -dont le coltan-, et ne cesse de s’élever contre les guerres successives subies par les Congolais qui ont fait au moins six millions de mort depuis le milieu des années 90.
 
Enfin, l’Eglise a mis en place des centres de « reconstruction » psychologique et médicale pour les femmes victimes de violences sexuelles.
 
« L’Aide à l’Église en détresse » (AED) est une association internationale catholique qui soutient les chrétiens partout où ils sont persécutés, réfugiés ou menacés. L’AED est présente dans 145 pays.
 
Source: Internet
Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*