Le président Kabila au cours d'une réunion photo BLO par Georges NOKO

RDC: ORGANISER LES ÉLECTIONS SANS KABILA, SEULE SOLUTION À LA CRISE. Comprenez ici les raisons !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
En tant que citoyen congolais, je m’interroge souvent à propos du passé, du présent et de l’avenir de mon pays. Parmi les questions qui s’imposent à ma réflexion, surtout après les dites guerres de libération, celle des Tutsis a occupé une place de premier rang. Cela est probablement du au fait que, quiconque ait connu une des guerres de libération devrait se rappeler avec grande lucidité le défilé des soldats tutsis à travers le Zaïre. En outre, l’importance qui est accordée à cette question pour la conquête du pouvoir et la création du consensus électoral par les politiciens congolais nous imposent de prendre au sérieux la question des Tutsi.
 
Les dernières informations sur la manière dont le cas du Général dissident Laurent Nkundabatware envisagent même une éventuelle création d’un « Tutsiland ». Toutefois, il n’ya pas de preuves de l’existence des Tutsis comme puissance. Il n’ya non plus aucune évidente démonstration de l’éventualité de la création d’un « Tutsiland ». Je souhaiterais que l’on corrobore l’existence d’un pouvoir Tutsi en tant que puissance des membres de ce groupe ethnique (s’il existe, d’ailleurs).
 
Je suis tenté de croire qu’un groupe de truands soit en train de manipuler des pauvres gens pour maximiser les résultats de leurs services aux réseaux criminels internationaux. A cet effet, ils se mythologisent eux-mêmes come Tutsis en utilisant le nom d’un groupe ethnique (surtout après la victoire tutsie de la guerre civile rwandaise); ils présentent les pauvres Tutsis comme des victimes afin de s’assurer de leur engagement ; et parlent continuellement de « Tutsiland » pour créer la peur chez les personnes qui ont vu des soldats Tutsis tuer sans pitié pendant leur promenade en République Démocratique du Congo (R.D.C.). Ce n’est là qu’une façon de minimiser le coût économique de leurs sales opérations contre les pauvres congolais. En fait, ils n’ont pas besoin de dépenser beaucoup d’argent pour payer des jeunes tutsi manipulés et qui croient qu’ils sont en train d’œuvrer pour leur cause. Ils n’ont même pas besoin de dépenser de l’argent pour rendre crédible leur menace en jouant sur la crainte du Tutsi qu’ils ont créé chez beaucoup de congolais. Ce groupe d’escrocs est en effet conscient que l’acceptabilité du pouvoir n’est pas nécessairement fondée sur l’acceptabilité des dirigeants, mais sur l’effectivité du contrôle du pouvoir. Manipulant la peur des congolais et la fierté des jeunes Tutsi dupés, ils obtiennent des résultats inattendus, même sur les érudits, qui, en parlant de « Tutsiland » leur offrent de la publicité gratuite.
 
La politique n’est pas mon lot. Toutefois, je me souviens que, pendant la guerre civile au Rwanda, après la victoire du groupe tutsi, le groupe Hutu était allé en exil. Pourquoi les Tutsis devraient penser à la création d’un « Tutsiland » sur le territoire de la R.D.C. s’ils ont déjà gagné la guerre au Ruanda et sont encore au pouvoir ? Il serait peut être plus raisonnable de penser la création d’un « Hutuland » pour mettre les groupes Hutus hors d’état de nuire, si pas même hors d’état d’extermination.
 
Certains pourraient affirmer qu’un « Tutsiland » serait projetable pour des raisons d’expansion économique et militaire. Cela leur permettrait non seulement d’exploiter le territoire congolais mais aussi de poursuivre leur guerre contre les Hutus sur d’autres fronts. En effet, c’est ce qui se passe au Kivu depuis les guerres de libération jusqu’à nos jours. Le cas Nkundabatware, n’a pas besoin d’être commenté pour soutenir notre affirmation. Je me demande alors pourquoi le tigre n’a pas voulu proclamer sa « tigritude ». C’est peut-être parce qu’il n’existe pas ?
 
Et puis s’il existait, que serait ce « Tutsiland » ? Des territoires autonomes de la R.D.C.? Une puissante faction rebelle dirigés par un général Tutsi? Une monarchie héréditaire avec un monarque Tutsi ? Une république avec une forte et dominante élite Tutsi? Une province du Rwanda après une éventuelle annexion? Tout ceci est impossible dans la mesure où les peuples qui habitent le territoire congolais ne se laisseront pas faire. En outre, de nombreux tutsi ont déjà démasqué l’imbroglio et ne veulent plus retomber dans le piège.
 
J’ai encore des souvenirs frais des dernières élections en R.D.C. au cours desquelles les voix de la majorité du peuple congolais n’étaient pas motivées par les préférences ethniques. Dans ce contexte l’hypothèse d’un « Tutsiland » perd son sens. Le système d’agrégation des préférences ethno-centrées est désormais révolu. Et même s’il était vrai que les accords de Lemera prévoyaient la formation d’un « Tutsiland », je ne pense pas que ces accords entre rebelles peuvent engager les peuples et un Etat Congolais souverain. Il va sans dire que le «Tutsiland» n’est qu’une idée qui ne pourra pas se matérialiser et restera à jamais un rêve dans les esprits de ses créateurs et de leurs disciples.
 
J’aime bien croire que le « Tutsiland » n’est qu’une invention des voleurs manipulateurs. Ils s’appellent des Tutsis (sans l’être nécessairement) et les terres qu’ils voudraient contrôler « Tutsiland ». Ils promettent ce qui ne leur appartient pas. En effet, je doute fort qu’il s’agisse seulement de Tutsis ou des africains. Ces escrocs appartiennent probablement à un puissant réseau criminel au sein duquel Nkundabatware pourrait être seulement l’un des petits fonctionnaires exécuteur des ordres. Ce qui fait que ce que l’on appelle « Tutsiland » pourrait être seulement un nom d’une organisation criminelle !
 
Si nous voulons résoudre la question de la rébellion de Nkundabatware, nous devons retrousser les manches et chercher d’identifier les membres de cette organisation. Une fois identifiés et arrêtés, ils devraient être rendus à l’autorité de la loi congolaise puisque c’est en R.D.C. que consomment tous leurs crimes. Mettre hors d’état de nuire ces criminels demande une collaboration sincère et dévouée de tous les pays du monde dans lesquels ces malfrats résident, si l’on veut mettre fin au drame du peuple de la R.D.C.
 
Dott. Muhindo Mughanda
University of Siena
Beni-Lubero Online

.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*